[Chronique] Le chuchoteur, de Donato Carrisi

le-chuchoteur-671008-264-432

« La mort, surtout si elle est violente, exerce une drôle de fascination sur les vivants. Devant un cadavre, nous sommes tous curieux. La mort est une dame très séduisante. »

Titre VO :  Il suggeritore
Auteur : Donato Carrisi
Éditeur
: Le livre de poche
Date de parution
: 5 mai 2010

Genre : Thriller
Nombre de pages : 572
Prix : 7,90 €
Synopsis :

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Mon avis

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre comme étant un grand classique des thrillers. Étant donné qu’il s’agit d’un genre que j’affectionne particulièrement, je me devais de le découvrir et, cela vous surprendra peut-être, mais cette lecture m’a déçue.

La première chose qui m’a gênée au cours de ma lecture est le manque de cadre spatio-temporel. On ne sait pas où l’histoire se passe, quand elle se passe. On ne sait pas combien de jours ou d’heures se déroulent entre les différents évènements, ni les distances entre les différents lieux. Et ce problème fait qu’on ne peut pas se projeter dans l’enquête et qu’elle devient complètement surréaliste. Pour donner un exemple concret sans spoiler, les enquêteurs découvrent à corps et, quelques lignes plus loin, ils ont déjà tous les résultats des tests ADN et autres analyses faites sur la scène de crime. Le déroulé des évènements manquent donc de crédibilité : les enquêteurs parviennent à faire absolument tout ce qu’ils veulent sans problème de coût, d’autorisation hiérarchique ou de temps. Tous ces éléments sont complètement occultés et font que l’enquête manque complètement de réalisme.

L’autre point qui m’a dérangée pendant ma lecture est l’enquête en elle-même. Les enquêteurs ne se posent absolument jamais les bonnes questions, certains points plus qu’essentiels ne sont pas du tout abordés ou alors très tardivement alors qu’il aurait été logique de commencer par-là, et on sent que toutes les déductions qui sont faites ne sont pas issus de la logique face aux éléments présents, mais servent uniquement à l’avancée du récit et sortent parfois de nul part. Les enquêteurs font ainsi énormément d’erreurs en laissant de côté des indices importants ou en balayant trop vite certaines suppositions pourtant plus que probables. Alors, peut-être que l’auteur a choisi délibérément de mettre en scène une équipe pas très douée, mais j’ai quand même du mal à y croire. Néanmoins, le résultat a été que j’ai eu énormément de mal à suivre l’enquête. J’aime bien faire mes propres suppositions, mais c’était ici malheureusement totalement impossible et on ressent même parfois une impression de « fouillis ».

Bien heureusement il n’y a pas que des points négatifs à ce récit, bien au contraire. J’ai énormément aimé le dénouement du roman et toute l’histoire du tueur en elle-même. J’ai trouvé que cet aspect était extrêmement original et audacieux. Les cent dernières pages du récit sont remplies de très nombreuses révélations que je n’avais honnêtement pas forcément vues venir et je suis très heureuse d’avoir enfin lu un thriller qui ait réussi à me surprendre ! On découvre dans cette histoire une catégorie de tueur assez peu connue, du moins assez peu utilisée dans les œuvres de fiction, et j’ai vraiment adoré cet aspect.

Si vous hésitez à lire ce livre, je vous le conseille si vous n’êtes pas trop attaché au côté rigoureux et réaliste de l’enquête. L’écriture est très simple et facile à lire. Malgré ce que l’on peut penser, cette histoire ne fait absolument pas peur et est assez soft (il s’agit tout de même d’enlèvements d’enfants, mais il n’y a pas de passage particulièrement gore). De plus, le dénouement vaut quand même le détour et offre des pistes de réflexion intéressantes.

Conclusion 

Cette lecture a été en demi-teinte. Je n’ai pas aimé l’enquête de manière globale : j’ai trouvé qu’elle était mal menée et qu’elle manquait de cohérence et de réalisme. Néanmoins, j’ai adoré l’histoire derrière l’enquête qui est très originale et surprenante.

déception2

3 réflexions sur “[Chronique] Le chuchoteur, de Donato Carrisi

  1. serialectrice 8 août 2021 / 16 h 47 min

    Mon avis est globalement similaire ! J’ai terminé ce livre il y a quelques jours, et c’est plutôt une déception. Je m’attendais à autre chose et le fait qu’on n’ait aucun repère spatio-temporel m’a donné cette désagréable sensation que ça pourrait arriver n’importe où, n’importe quand. Même si c’est certainement l’effet escompté par l’auteur, il n’empêche que ça rend l’écrit assez brouillon et confus.

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 8 août 2021 / 17 h 46 min

      Ca me rassure de voir un autre avis mitigé sur ce livre qui semble globalement encensé par tout le monde !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s