[Chronique] La couleur du mensonge d’Erin Beaty

20180321_203949
 –
« Le sang de la jeune fille ne fit qu’un tour. William avait lâché ces derniers mots comme si son statut de roturière était une souillure, comme s’il n’avait pas lui-même épousé une femme du peuple. Comme s’il était honteux que les parents de Sage aient préféré un mariage d’amour à une union arrangée… »


 
 la-couleur-du-mensonge,-livre-1-1002053-264-432
 –
Titre VO : Traitor’s Trilogy, book 1: The Traitor’s Kiss
Auteure
 : Erin Beaty
Éditeur
: Lumen
Date de parution
: 15 février 2018

Genre : Fantasy
Nombre de pages : 505
Prix : 15 €
Synopsis :

Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s’en sortir ? Épouser un beau parti. Elle se présente donc chez une entremetteuse – l’une de ces femmes chargées d’évaluer le potentiel des candidats au mariage, et dont les décisions font et défont les fortunes d’une famille, voire d’un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, la jeune fille échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l’observation, la marieuse lui propose toutefois de devenir apprentie.

Sage s’embarque donc dans un périple vers la capitale pour assister au Concordium – là où, tous les cinq ans, se décident les unions les plus importantes – avec un groupe de jeunes filles triées sur le volet. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d’élite qui ne tarde pas à réaliser qu’ils sont tous sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin prépare une invasion et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l’un des membres de la troupe sollicite alors l’aide de Sage. Mais plus elle avance dans ses recherches plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu… à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle…

MON avis

Un récit intelligent qui joue avec le lecteur

Dès le début de ce roman, j’ai tout de suite été séduite par l’atmosphère qui s’y dégageait. En effet, les premiers chapitres m’ont énormément fait penser à Mulan. L’héroïne, Sage, se rend en effet chez la marieuse pour qu’elle évalue son potentiel à être une bonne épouse, exactement comme Mulan au début du dessin animé. Le roman prend ensuite une autre direction, mais on sent très clairement que le Disney a été une source d’inspiration pour l’autrice. 

Les énormes atouts de ce livre sont pour moi la plume de l’autrice et ses personnages. L’écriture est très travaillée tout en restant simple et accessible (par contre, je ne sais pas ce qu’il s’est passé avec la traduction, mais il y a beaucoup de fautes d’orthographe/de phrases qui ne veulent rien dire). On sent que rien n’est laissé au hasard dans l’écriture et dans la structure du roman pour garder le plus de suspens possible jusqu’à la fin. Le roman est écrit de manière très intelligente. Erin Beaty nous donne toutes les pièces du puzzle pour déjouer tous les complots qui se trament et pourtant elle parvient brillamment à nous retourner le cerveau et à nous mener en bateau. À un moment de ma lecture j’étais complètement perdue, ne sachant plus qui était qui parmi les personnages, ce qui, on le comprend après, est exactement l’effet recherché !

J’ai également beaucoup apprécié les différents personnages du roman, même s’ils m’ont tous un peu agacée à certains moments. Sage est une jeune fille intelligente et impulsive qui sait user de ses charmes pour manipuler les gens. Cependant, je n’ai pas compris sa réaction, que j’ai trouvé exagérée, lorsqu’elle découvre une des grosses révélations du récit. Le roman tourne également autour d’une histoire d’amour, qui prend beaucoup de place et est intéressante mais, il faut l’avouer, devient assez vite plutôt niaise. 

Une intrigue qui aurait pu être encore plus développée

Le rythme de ce récit est assez lent. Il n’y a pas beaucoup d’action, tout se joue dans les complots politiques et les mensonges et j’ai finalement trouvé que cet aspect aurait pu être développé encore plus en profondeur.

Durant ma lecture, je passais un excellent moment, mais en y repensant avec le recul, je me rends compte que l’histoire n’a finalement rien de si extraordinaire et reste assez superficielle. Je m’attendais à plus de trahisons, de mensonges et de violence. Finalement, les choses restent assez simples, les mensonges n’ont pas de conséquences si importantes, et une fois passée la grande révélation, le reste devient très prévisible. 

Cependant, ce sont des aspects que je regrette après ma lecture, mais sur le moment j’ai adoré cet univers et cette intrigue, et c’est bien ce qui compte le plus !

Conclusion 

Une lecture très agréable mêlant complots, mensonges et mariages arrangés. L’autrice parvient à nous retourner complètement le cerveau de manière assez habile même si je m’attendais à beaucoup plus de violence et de trahisons. 

TB lecture

Publicités

4 réflexions sur “[Chronique] La couleur du mensonge d’Erin Beaty

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s