[Chronique] Que passe l’hiver, de David Bry

IMG_20180509_124429_876.jpg
 –

« À quoi pense-il ? À quoi peut penser un demi-dieu, dont la vie ne tient plus qu’à un fil du destin ? Car il sait, bien sûr. Il sait le mensonge et la trahison, le désespoir et la mort qui approche, avide. Il a deviné ceux qui mourront, ceux qui survivront. Peut-être. »


 
 couv12909230
 –
Auteur : David Bry
Éditeur
: Éditions de l’Homme Sans Nom
Date de parution : 12 mai 2017

Genre : Fantasy
Nombre de pages : 391
Prix : 19,90 €
Synopsis :
Stig vient d’avoir vingt ans, l’âge de porter une épée et de se rendre – enfin ! – sur le Wegg, l’étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d’hiver ne se déroule pas comme il l’avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu’il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l’ombre des festivités, protéger ceux qu’il aime… et même survivre. Y parviendra-t-il ? À la croisée de l’ode initiatique et du huis-clos, Que passe l’hiver raconte le destin d’un jeune homme au pied bot et d’un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelström d’un monde qui se meurt, peut-être…

MON avis

J’avais rangé ce livre dans la catégorie « livre qui me faisait le plus envie » pour le mois de la fantasy, et je ne me suis pas trompée, ce livre est tout simplement une petite merveille. 

David Bry nous emmène au plein cœur d’un hiver glacé dans un univers peuplé par quatre clans, tous possédant une forme de magie différente. Mais lorsque ces quatre clans se retrouvent réunis pour fêter le solstice d’hiver et rendre hommage au demi-dieu roi de la Clairière, plus rien ne se passe comme prévu et tous se retrouvent en danger…

Un roman sombre et envoûtant

L’auteur nous guide avec une plume enchanteresse dans un univers sombre et envoûtant. J’avais peur que ce roman soit un peu complexe du fait des nombreux personnages qui y sont présents, mais le récit est si bien mené qu’on ne s’y perd jamais. De plus, il y a un listing de tous les personnages au début du livre qui aide grandement à bien les situer et la lecture se fait donc avec une étonnante fluidité. 

Même s’il n’y a pas forcément beaucoup d’action dans ce roman, David Bry réussit à quand même à captiver le lecteur à travers de nombreux dialogues et de magnifiques descriptions. L’ambiance de plus en plus sombre et pesante au fil que les pages se tournent nous happe jusqu’au dénouement final dont on ne ressort pas indemne. 

J’ai trouvé le personnage principal, Stig, extrêmement touchant et à la psychologie très soignée. Il n’est pas vraiment difficile de se projeter dans ce personnage qui a su faire de sa différence une grande force et qui tente de trouver un sens à sa vie. Les autres personnages sont moins travaillés, la plupart restent extrêmement mystérieux, ce qui n’est pas forcément dérangeant même si le fait de s’attacher un peu plus aux personnages secondaires aurait pu être bénéfique pour ce récit. 

Quand tragédie rime avec espoir

Mais ce qui m’a vraiment le plus marquée dans ce livre est finalement le message transmis par toute cette histoire. Bien sûr, je vous laisse découvrir par vous-même ce qu’il en est, mais je peux vous dire qu’il s’agit d’un message très fort, car c’est finalement l’humanité en elle-même qui est mise en jeu dans ce roman. 

J’ai trouvé que ce message était amené en douceur et de manière très intelligente. Finalement, ce que l’on retient de ce livre pourtant si sombre et si tragique n’est que poésie et espoir.

Bien sûr, le récit n’est pas exempt de petits défauts notamment en ce qui concerne les personnages féminins, mais il est également si beau et poétique qu’on omet ces détails et qu’on retient seulement le reste. 

Conclusion

Ce roman pourtant assez lent est captivant et mené d’une main de maître. Il mêle tragédie et espoir dans une atmosphère à la fois sombre, glaçante et extrêmement poétique. Ce livre dépeint l’humanité et la relation entre Hommes et dieux avec beaucoup d’intelligence et délivre un message très fort. Un coup de cœur ! 

Je trouve d’ailleurs que cette histoire va merveilleusement bien avec sa couverture. Cette dernière retranscrit exactement les émotions que l’on ressent pendant la lecture, donc si vous aimez cette couverture, n’hésitez pas à découvrir ce fabuleux roman ! 

coup de coeur2

11 réflexions sur “[Chronique] Que passe l’hiver, de David Bry

  1. Elhyandra 12 mai 2018 / 17 h 51 min

    Ma dernière lecture en date et j’avais aussi trouvé cette tragédie poétique 😄 un bon moment de lecture

    J'aime

  2. Charlotte Grn 13 mai 2018 / 9 h 48 min

    Mon prochain achat si je le trouve d’occasion ! 🙂 Merci pour ton retour !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s