[Chronique] Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy

 

20180706_212152.jpg
 –

« Elle ne pleurait jamais, dormait toute la journée, et dès la tombée de la nuit, ouvrait doucement ses grands yeux lunaires pour observer avec fascination tout ce qui l’entourait, comme si elle était capable de deviner les secrets cachés derrière chaque chose. »


 
 couv61563505
 –
Effroyable porcelaine
Auteure
 : Vincent Tassy
Éditeur
: Éditions du chat noir
Date de parution : 5 avril 2017 
Genre : Fantastique
Nombre de pages : 189
Prix : 10 €
Synopsis :

Sibylle Delombre est une collégienne ordinaire. Enfin, si l’on considère qu’il est ordinaire de décorer sa chambre avec des ossements, des peluches chauves-souris, des schémas de dissection et des grimoires. Oui, Sibylle aime bien l’étrange et le mystère. Ainsi, elle a de quoi se réjouir lorsque sa mère lui propose de l’accompagner pour débarrasser un vieux château. Mais tous les objets bizarres qu’elle rêvait d’y découvrir ne sont rien en comparaison de la splendide poupée en robe noire, aux cheveux argentés comme un clair de lune, qu’elle trouve dans une chambre et qu’elle s’approprie aussitôt, séduite par sa beauté vénéneuse. Et si les cauchemars qui se mettent alors à hanter les nuits de Sibylle avaient un lien avec elle ? Et si cette poupée, aux yeux violets, au regard aussi triste que cruel, n’était pas inoffensive ? Quel terrible secret renferme l’effroyable porcelaine ?

 

MON avis

Je ne lis pas beaucoup de roman jeunesse par peur d’y trouver des intrigues pas assez recherchées et pourtant ce livre me faisait très envie de par les très nombreux avis positifs que j’ai pu voir.

Ce livre partait déjà avec un bon point : il aborde un thème qui j’aime beaucoup et que je ne retrouve pas souvent (ou alors pas forcément bien traité) : les histoires de fantômes et de possession. En effet, on suit la jeune Sibylle qui va trouver une magnifique poupée dans un vieux château abandonné. Mais des évènements de plus en plus étranges vont commencer à se produire qui semblent tous avoir un lien avec cette fameuse poupée… 

Je n’ai pas été déçue par la manière dont ce thème était traité. Le livre est très court, donc les évènements s’enchaînent tous très vite, mais on a quand même le temps de se poser quelques questions et de sentir l’ambiance devenir de plus en plus pesante peu à peu.

Dès les premières pages, j’ai été touchée par la plume poétique de Vincent Tassy. Malgré que le livre soit destiné à la jeunesse, j’ai trouvé qu’il ne cédait pas à la facilité. L’écriture et l’ambiance du roman ont été soigneusement travaillées, on est ainsi directement embarqué dans l’histoire. Les magnifiques illustrations qui agrémentent ce livre nous aident également à visualiser les différentes scènes si bien qu’on se sent acteur du récit et non pas seulement spectateur. On se surprend donc à frissonner en même temps que les personnages qui ne sont pas épargnés et vivent des choses pour le moins effrayantes ! 

De plus, même si les personnages ne correspondent pas forcément à notre tranche d’âge, j’ai trouvé qu’ils étaient très réalistes et qu’il était facile de s’identifier à eux. Certaines problématiques qui ressortent de ce livre sont finalement plutôt universelles, et on peut facilement s’y retrouver. Mais ce roman aborde en particulier un thème majeur que l’on ne découvre qu’à la fin et qui fait que ce livre devrait être lu par tout le monde. Je ne dévoilerai bien sûr pas de quoi il s’agit puisque c’est vraiment l’énorme point fort du roman et que rien ne laissait supposer qu’on y trouverait un tel message. L’intrigue, en elle-même est finalement assez banale même si elle est parfaitement traitée : les codes qu’on y retrouvent sont les mêmes que dans les autres romans de ce type. C’est vraiment ce message à la fin qui permet à ce livre de se démarquer des autres et qui le rend tout simplement beau. 

Conclusion

Derrière une histoire plutôt banale de poupée possédée, Vincent Tassy cache un magnifique message d’amour et de tolérance. Un roman beaucoup plus complexe qu’il n’en a l’air qui mérite d’être lu par tout le monde, et ce, quel que soit l’âge ! 

TB lecture

Publicités

3 réflexions sur “[Chronique] Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s