[Chronique] Les Ombres d’Esver, de Katia Lanero Zamora

20181222_152517.jpg
 –

« Les lambeaux de sa joie tombèrent le long de ses joues et Amaryllis se retourna lentement, en se demandant pourquoi sa mère changeait ainsi d’humeur. Quand ses yeux se posèrent la fleur, elle sut que tous ses rêves étaient brisés. À nouveau. »


 
couv39133911
Les Ombres d’Esver
Auteure
 : Katia Lanero Zamora
Illustration : Alexandra V. Bach
Éditeur : ActuSF
Genre : Fantastique
Date de parution : 14/09/2018
Nombre de pages : 261
Prix : 14,90 €

Synopsis :
Amaryllis a 16 ans et n’a jamais connu que la maison où elle est née, le domaine d’Esver, reculé, magnifique, mystérieux. Dans ce manoir qui tombe en ruines où elle vit seule avec sa mère austère, elle étudie la botanique avec l’espoir d’en faire son métier… Le jour où elles reçoivent une lettre du père annonçant la vente du domaine et le mariage forcé d’Amaryllis à un de ses associés, tout bascule. Pour échapper à ce destin, malgré les ombres qui hantent ses nuits, la jeune fille répondra-t-elle à l’aventure fantastique qui se cache derrière les portes fermées d’Esver ?

MON avis

Un roman aux multiples facettes…

Les ombres d’Esver est un roman aux multiples facettes qui nous plonge dans une sorte de huis-clos fantastique teinté d’une ambiance sombre et onirique.

La plume de Katia Lanero Zamora est envoûtante. Elle décrit avec perfection le monde extrêmement mystérieux d’Esver en distillant tout au long de l’intrigue des indices qui nous permettent de démêler le rêve de la réalité. Le domaine d’Esver dans lequel Amaryllis et sa mère sont « emprisonnées », de manière à la fois très réaliste et très métaphorique, est très sombre, poussiéreux, quasiment à l’abandon. Les deux femmes ne vivent que de leur passion pour la botanique et leurs journées sont entièrement cadrées et minutées. L’univers, au premier abord, est très froid et dégage une ambiance un peu glauque. Mais lorsque la nuit tombe, Amaryllis découvre une nouvelle facette d’Esver pleine de créatures fantastiques, d’aventures et de combats et nous entraîne dans une quête initiatique qui la mettra face à son passé. 

Le récit démarre de manière très étrange. La relation entre Amaryllis et sa mère nous met un peu mal à l’aise, on sent qu’un lourd passé se cache entre les murs du domaine… J’ai d’abord été déstabilisée par la tournure des évènements et par le côté fantastique de ce conte gothique qui est vraiment surprenant. Finalement, la dimension psychologique qui apporte une très grande profondeur au récit m’a complètement convaincue. Le passé et le présent, les rêves et la réalité, toutes les dimensions s’entremêlent dans un balai à la fois glaçant et féerique et on ne sait finalement plus à quoi se fier. 

Et beaucoup plus profond qu’il n’y parait 

J’ai adoré le côté très métaphorique de ce roman qui le rend vraiment très surprenant et très touchant. Rien n’est laissé au hasard, chaque action a une résonance avec l’histoire personnelle des personnages et le tout est écrit de manière très intelligente. Même si certaines révélations sont assez prévisibles, les révélations sur le grand secret que cache Esver ne peut laisser indifférent. 

J’avais peur qu’en moins de 300 pages, le roman manque un peu de développement, mais je me suis entièrement trompée. Le personnage d’Amaryllis est extrêmement bien construit et très attachante. C’est un personnage complexe et d’une grande justesse qui est sans cesse tiraillée entre ses désirs et la vie qu’on lui dicte d’avoir. Sa mère quant à elle, bien qu’elle puisse sembler antipathique au premier abord, se révèle tout au long de la lecture et cache bien des mystères ! Il y a peu de personnages dans ce roman et les personnages secondaires sont assez peu développés, mais ce n’est absolument pas gênant, car c’est surtout la symbolique qu’ils représentent qui est importante… 

Ce roman a donc été une magnifique découverte, malheureusement j’ai été un peu moins emballée par la fin. J’ai eu l’impression que l’auteure, qui avait pourtant jusqu’ici tissé un récit parfaitement maîtrisé n’était pas allée jusqu’au bout de ses idées et il m’a manqué un petit quelque chose ! 

Conclusion

Ce roman entremêle le passé et le présent dans une ambiance sombre et glaçante, mais aussi fantastique et onirique et nous embarque dans une quête captivante dont on ne sait plus démêler le vrai du faux ! 

petit coup de coeur

Publicités

3 réflexions sur “[Chronique] Les Ombres d’Esver, de Katia Lanero Zamora

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s