[Chronique] The folk of the air – book 1: The Cruel Prince

20190406_184431
 –

« I am going to keep on defying you. I am going to shame you with my defiance. You remind me that I am a mere mortal and you are a prince of Faerie. Well, let me remind you that means you have much to lose and I have nothing »


 
couv54549903
The folk of the air – book 1: The Cruel Prince
Autrice 
: Holly Black
Éditeur : Hot Key Books
Genre : Fantasy
Date de parution : 02 janvier 2018
Nombre de pages : 373
Synospsis
Of course I want to be like them. They’re beautiful as blades forged in some divine fire. They will live forever. And Cardan is even more beautiful than the rest. I hate him more than all the others. I hate him so much that sometimes when I look at him, I can hardly breathe. Jude was seven years old when her parents were murdered and she and her two sisters were stolen away to live in the treacherous High Court of Faerie. Ten years later, Jude wants nothing more than to belong there, despite her mortality. But many of the fey despise humans. Especially Prince Cardan, the youngest and wickedest son of the High King. To win a place at the Court, she must defy him–and face the consequences. In doing so, she becomes embroiled in palace intrigues and deceptions, discovering her own capacity for bloodshed. But as civil war threatens to drown the Courts of Faerie in violence, Jude will need to risk her life in a dangerous alliance to save her sisters, and Faerie itself.

MON avis

The Cruel Prince est le premier tome d’une saga qui nous emmène dans le monde des fae en compagnie de Jude et ses deux sœurs Vivi et Taryn qui y vivent bien malgré elles. Elles ont en effet été emmenées de force pour vivre à la Haute Cour du royaume de Faerie, un endroit cruel et violent surtout quand vient le temps du changement de couronne… 

Des personnages clichés

Le pitch de base avait tout pour me plaire : je n’avais encore jamais lu de livre mettant en scène des fae, une mythologie qui pourtant m’intéresse beaucoup. On nous promet un univers violent, avec des retournements de situation, des alliances inattendues et des intrigues de cour. Effectivement, tous ces éléments sont réunis dans ce livre, mais on se retrouve surtout dans une histoire banale contenant tous les codes du young adult déjà vus et revus et surtout l’intrigue souffre d’un grand manque d’ambition.

J’ai eu l’impression en lisant ce livre que l’autrice répondait à un cahier des charges et cochait au fur et à mesure tous les éléments à mettre absolument dans un roman young adult, notamment au niveau des personnages. On a donc :

  • Une héroïne badass qui remporte toujours tout, malgré le fait qu’elle soit une humaine dans un royaume de fae, qui sont donc par définition beaucoup plus puissants qu’elle, ce qu’on lui rappelle toutes les 2 lignes. 
  • Un personnage masculin cruel, mais vous comprenez le pauvre souffre tellement dans sa vie, et puis il est beau donc on lui pardonne le fait qu’il soit abject.
  • Le personnage LGBT+ qui n’a aucun rôle ni aucune saveur dans l’histoire et ne semble être là que pour les apparences.
     

Bref, le roman nous offre une multitude de personnages plus clichés les uns que les autres et qui manquent globalement de développement. Le point intéressant est quand même que quasiment tous ont une part très sombre, notamment Jude, le personnage principal, qui est loin d’être un exemple de moralité. J’ai apprécié le choix de l’autrice de mettre en avant un personnage aussi sombre, guidée par son trop plein d’ambition. Mais j’aurais aimé qu’elle aille plus loin, qu’elle nuance encore plus ses personnages dont les actions manquent souvent de crédibilité.

Une intrigue qui manque d’ambition

Outre les personnages, c’est bien l’intrigue qui m’a le plus déçue dans ce roman. J’ai mis énormément de temps à rentrer dans l’histoire. La première moitié m’a semblé extrêmement longue et quand enfin l’histoire commence à être intéressante, que les intrigues se développent avec de l’espionnage et des secrets, une scène tout fait retomber. Je m’attendais à ce que tout se joue dans la subtilité et dans la manipulation comme l’intrigue nous le laissait penser, mais non tout est remis en question dans une scène d’une grande violence qui balaye tout sur son passage. Finalement, les 3/4 du romans ne servent à rien, on aurait pu commencer l’histoire par cette scène, ça n’aurait rien changé. J’ai été extrêmement déçue par ce passage, je m’attendais à des intrigues subtiles et des manipulations, pas qu’on résolve tout en prenant la voie de facilité de la violence. J’ai eu l’impression d’avoir été trompée par une histoire que me faisait plein de promesses pour finalement finir sur la conclusion de « tout ça pour ça ». 

Il y a quand même quelques révélations dans l’histoire, mais je ne les aie absolument pas trouvées surprenantes, bien que je ne les ai pas toutes devinées à l’avance (certaines étaient quand même assez évidentes). Comme je le disais, j’ai eu l’impression que construire une intrigue solide n’était pas la priorité de ce livre. Le récit voulait avant tout coller le plus possible au genre sans prendre l’ambition d’aller plus loin. Et ce côté très commercial ne fonctionne malheureusement pas avec moi. 

Je terminerai en parlant de la romance qui est vraiment un aspect très étrange de cette histoire. Je n’avais encore jamais vu de romances aussi rapides, en une ou deux pages tout était expédié comme si l’autrice se disait qu’il fallait absolument de la romance pour plaire aux lecteurs, mais pas trop parce que quand même on est dans de la fantasy. Bon l’avantage c’est que si comme moi, la romance ce n’est pas votre truc, au moins elle ne prend pas toutes la place, mais bon niveau crédibilité, on repassera. Cependant l’une des romances a un petit côté pervers que j’ai beaucoup aimé et qui change un peu de ce qu’on a l’habitude de voir. 

the cruel prince.png


Conclusion


Finalement, le point qui revient dans ma chronique est le fait que j’ai eu l’impression que ce roman voulait absolument répondre à des codes qui passaient avant la crédibilité et le naturel de l’intrigue. La patte de l’autrice était trop présente si bien qu’on sentait que les personnages n’agissaient pas selon leur propre personnalité, mais bien selon la volonté extérieure de l’autrice. Je n’ai donc pas réussi à m’immerger dans ce roman, car malheureusement je n’ai cru ni à l’intrigue ni aux personnages. 

déception2

Une réflexion sur “[Chronique] The folk of the air – book 1: The Cruel Prince

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s