[Chronique] Les limbes d’Olivier Bal

20190615_194209
 –

« Le rêve, c’est la dernière frontière. L’homme a conquis la mer, la terre, l’espace… et maintenant, enfin, il conquiert son propre esprit »


 
couv52543963
Les limbes
Auteur 
: Olivier Bal
Illustrateur : Guillaume Ries
Éditeur : De Saxus / Pocket
Genre : Thriller Fantastique
Date de parution : mars 2018
Nombre de pages : 432 (poche)
Prix : 7,90 € (poche)
Synospsis
Vietnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu’il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s’est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu’il dort, il visite les songes des autres… Seuls les médicaments l’empêchent de rêver. Un an plus tard, un ancien frère d’armes, Nate Irving, vient frapper à sa porte. Il est venu le chercher pour participer à un projet secret : les Limbes. Direction une base perdue au fin fond de l’Alaska pour une aventure aux frontières de la peur et de la folie, une aventure qui les entraînera au cœur des rêves pour percer le mystère des Limbes.

MON avis

Un thriller qui explore le monde profond des rêves ? Voilà ce que nous promet Les Limbes et le pari est plutôt réussi !

Le roman démarre en pleine guerre du Vietnam, mais cela sert surtout à mettre en contexte le récit. Si vous n’êtes pas friand de récit de guerre, pas d’inquiétude donc, la guerre n’a pas non plus vraiment réussi au personnage principal, James, qui va très vite être rapatrié chez lui. Et c’est là que l’intrigue va vraiment se mettre en place et que le récit va commencer à happer complètement le lecteur. Car Olivier Bal a un vrai talent de conteur. J’ai beaucoup aimé le style d’écriture, plus travaillé que ce qu’on trouve souvent dans les thrillers et surtout très immersif. De plus, l’auteur a réussi a vraiment très bien ficeler son intrigue. L’exercice n’était pas facile, mélanger thriller et fantastique peut vite partir dans quelque chose de très invraisemblable, mais ici pas du tout ! Le tout est extrêmement réaliste, ce qui rend ce roman assez fascinant. J’aime beaucoup le thème du rêve et le fait de l’associer à un côté recherche scientifique m’a beaucoup plu. L’auteur a créé une grande mythologie autour du monde des rêves en faisant intervenir les croyances de diverses populations et le côté recherche scientifique est aussi assez bien traité, ce qui est loin d’être toujours le cas ! J’ai donc énormément aimé la manière dont le côté fantastique est traité avec beaucoup de vraisemblance. L’auteur réussi à nous faire croire à son univers et c’est déjà une belle réussite ! 

Le roman commence de manière assez douce. Mis à part le contexte de la guerre du Vietnam, le début du récit est très soft, on n’a pas vraiment l’impression d’être dans un thriller, même si quelques éléments de plus en plus mystérieux viennent au fur et à mesure ponctuer le récit. On a également un côté huis-clos puisque le héros se retrouve enfermé dans une base perdue au fin fond de l’Alaska. Cet enfermement apporte peu à peu un côté de plus en plus oppressant au récit, mais finalement l’horreur ne va venir de là où l’on attendait… Car si le début du récit est doux, c’est pour mieux nous diriger vers un récit aux tournures totalement horrifiques ! Je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à ce que les choses prennent cette tournure et ça a été une bonne surprise. Le récit devient de plus en plus addictif et finalement bascule dans l’enfer pour les différents personnages. Un compte à rebours se met en place, ce qui donne un rythme très dynamique au récit. La fin laisse de nombreuses questions en suspens, ce qui donne très envie de lire la suite ! 

En ce qui concerne les personnages, je les ai trouvés assez bien construits. Ils sont vraiment réalistes, le personnage principal est presque un anti-héros. Il a commis des actes terribles et est en lutte constant entre le déni et les remords, entre sa volonté de dépasser ses limites et sa conscience qui lui crie de tout arrêter. J’ai bien aimé cette double facette qui rend le personnage intéressant et qui compense un peu le fait qu’on ne sait pas si on doit s’attacher à lui, car on ne sait pas où vont mener ses décisions. Les autres personnages ne sont pas énormément développés, mais ils apportent un côté assez mystérieux au récit et certains sont très attachants. Globalement, il y a une certaine harmonie entre les différents personnages et tous portent bien le récit. 


Conclusion


Les limbes est un premier roman très réussi. Le style d’écriture est très agréable et immersif et l’intrigue mêlant huis-clos oppressant et voyage au cœur des rêves est très bien ficelée et addictive. Le récit commence en douceur et se referme petit à petit comme piège auquel lecteurs et personnages ne peuvent plus échapper.

tb lecture

Une réflexion sur “[Chronique] Les limbes d’Olivier Bal

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s