[Chronique] L’arrache-mots, de Judith Bouilloc

20190811_134031.jpg
 –

« Iliade pensait que la littérature était le plus puissant des boucliers, ce qui ne l’empêchait pas de trébucher sur les pavés ou de percuter les promeneurs parce qu’elle déambulât le nez dans les bouquins. »


 
couv11572331
L’arrache-mots
Autrice 
: Judith Bouilloc
Éditeur : Hachette
Illustrateur : Nicolas Carmine
Genre : Fantasy / Romance
Date de parution : 22 mai 2019
Nombre de pages : 295
Prix : 15,90 €

 

Synopsis 

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.

Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !

Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

MON avis

J’ai reçu ce livre dans la box mille et un livres du mois de mai et je dois dire que je partais déjà avec une petite appréhension du fait du résumé qui ressemblait beaucoup à La Passe-miroir. Malheureusement mes doutes se sont confirmés, car je n’ai pas apprécié cette lecture.

Tout d’abord, j’ai été extrêmement surprise par le ton et l’histoire qui font très jeunesse, même si la plume de l’autrice est assez jolie et travaillée. Je pensais être dans un récit young adult, mais non, selon pour moi le public cible est clairement plus jeune et donc forcément assez éloigné de moi. Il m’arrive pourtant d’apprécier des romans jeunesse, mais plusieurs raisons ont fait que je n’ai pas adhéré à celui-ci. 

De la romance sur fond de fantasy

L’originalité de ce récit ne tient qu’à son univers et il faut l’avouer l’univers inventé par Judith Bouilloc avait énormément de potentiel. Une jeune fille capable de faire vivre les histoires en les racontant le tout dans un univers de fantasy assez visuel et féerique, ça laisse rêver et effectivement ça devrait plaire aux jeunes lecteurs. Seulement, l’univers est extrêmement peu développé et je pense même que son potentiel a été gâché. C’est assez dommage de créer un univers aussi original et de ne pas tout l’exploiter. L’autrice a inventé de nouvelles créatures pour peupler son monde, une manière de se déplacer, des pouvoirs magiques comme celui de l’arrache-mots, mais tout n’est qu’effleuré. Les choses sont à peine nommées sans plus de descriptions ou d’explications. Certains personnages ont des pouvoirs et d’autres non sans qu’à aucun moment on ne sache pourquoi ni d’où ils viennent, ce qui est quand même une très grosse facilité scénaristique pour l’intrigue. 

Finalement, tout l’univers est caché derrière une romance, tout ce qu’il y a de plus classique. Car le sujet de ce roman, c’est bien ça, la romance entre deux personnages qui à la base se rencontrent pour un mariage politique et, bien sûr, vont tomber amoureux. Bon on le sait, je n’aime pas du tout les romances, mais objectivement c’est vu et revu. J’avais l’impression de lire un petit conte de fée comme on en raconte aux enfants, le genre de conte très manichéen sur fond d’intrigue politique très simpliste où tout fini bien dans le meilleur des mondes. On est donc pour moi uniquement sur de la romance et pas du tout sur de la fantasy qui n’est en fait qu’un prétexte pour colorer un peu cette histoire. 

Clin d’œil à la Passe-miroir ?

En soi, comme je le disais, c’est dommage d’avoir créé un tel univers pour une romance aussi simple, mais ce n’est pas vraiment le plus dérangeant, car l’intrigue devrait quand même plaire à un public très jeune qui découvre la littérature. Le problème est que ce roman s’inspire énormément de la Passe-miroir et fait plus que s’en inspirer selon moi. Alors, il faut le dire tout de suite, si vous êtes fan de La Passe-miroir, ne lisez pas ce roman, on est très très loin de l’intrigue foisonnante et complexe de cette oeuvre. Il n’y a pas une multitude de sous-intrigues dans L’arrache-mots, mais une seule qui, malgré le fait que le roman fasse moins de 300 pages, a réussi à m’ennuyer par moment.

Bref, là où l’on retrouve la Passe-miroir c’est dans le personnage masculin qui est ni plus ni moins que la copie conforme de Thorn transposée à un autre univers. Alors, j’adore Thorn, donc je ne pouvais qu’aimer ce personnage ici, mais c’est trop facile. Si on était dans un hommage subtil, un petit clin d’œil à Thorn, d’accord, mais ici non c’est trop grossier, ça ne passe malheureusement pas pour moi. 

Un autre thème abordé par ce livre est celui de la littérature. Effectivement ce roman est une ode à la littérature grâce à son personnage principal qui dévore de nombreuses œuvres. Ainsi tout au long du roman, il y a de nombreuses citations tirées de classiques de la littérature avec des notes en bas de page pour nous expliquer le contexte de l’oeuvre. Je ne suis pas très fan du procédé et ça rajoute du côté très jeunesse de l’histoire. C’est peut-être bien pour initier les très jeunes à ces œuvres, mais elles sont si connues que ça ne passe pas avec un public plus âgé. D’autant plus que certain passage spoilent carrément toute l’oeuvre en question. Bref, l’idée est louable, mais ne fonctionne pas selon moi. 


Conclusion


L’arrache-mots est un roman beaucoup plus jeunesse que je ne le pensais. L’univers de fantasy avait du potentiel, mais était très vite masqué par la romance qui prend toute la place de l’intrigue. Finalement, bien que bien écrite, l’intrigue se révèle très simpliste et manichéenne, un conte de fée léger qui plaira peut-être aux très jeunes lecteurs, mais que je ne conseillerais pas à des lecteurs plus expérimentés.

déception2

 

5 réflexions sur “[Chronique] L’arrache-mots, de Judith Bouilloc

  1. The teapot library 28 août 2019 / 7 h 57 min

    Le résumé est très attirant mais vu ta chronique, je passerai mon chemin. Comme toi, je n’aime pas trop les romances, et puis je suis fan de la Passe-miroir que je vais d’ailleurs relire vu que le dernier sort cet automne 😀 😀

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 29 août 2019 / 18 h 59 min

      Oui si tu n’aimes pas trop les romances, je ne te le conseille pas alors ! Et puis rien ne remplace la Passe miroir ❤ ahah

      Aimé par 1 personne

  2. leslivresderose 28 août 2019 / 13 h 21 min

    Je suis quand même curieuse de le découvrir (je l’ai dans ma PAL donc je le ferai un jour ou l’autre)…Au moins, je suis avertie et je reverrai mes attentes à la baisse!^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s