[Chronique] Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, de Stuart Turton

20191210_102230
 –

« La dernière fois que j’ai vu cet homme, il gisait mort sur le sol de la forêt et je lui faisais les poches. Blackheath l’a relevé et épousseté, remontant son mécanisme pour qu’il puisse tout recommencer. Si ce n’est pas l’enfer, le diable prend à coup sûr des notes. »


 
9782355847264ORI
Les Sept Vies d’Evelyn Hardcastle
Auteur 
: Stuart Turton
Traducteur : Fabrice Pointeau

Éditeur
 : Sonatine
Genre : Science-fiction / Thriller
Date de parution : 16 mai 2019
Nombre de pages : 540
Prix : 22 €
Synopsis
Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.
Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

MON avis

Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle est très loin d’être un thriller classique puisqu’il mêle également au côté enquête des aspects fantastiques et de science-fiction. Je pense qu’il ne faut pas trop en savoir avant de se plonger dans ce roman, car les surprises y sont nombreuses et que son concept très innovant vaut le coup d’être découvert au fil des pages. Je vais donc essayer d’en dévoiler le moins possible dans cette chronique ! 

Comme son titre l’indique très bien, tout le sujet de ce roman va porter sur le meurtre d’une femme nommée Evelyn Hardcastle. On va donc suivre un personnage dont l’identité n’est pas simple à définir, mais qu’on pourra nommer Aiden Bishop (puisque le synopsis le nomme ainsi) qui va chercher à résoudre cette affaire. Pourquoi sept morts alors ? En réalité, ce roman est basé sur une boucle temporelle qui va entraîner la répétition infinie de la journée du meurtre. Aiden va donc être amené à revivre d’une manière différente à chaque fois la même journée pour découvrir les clés du mystère. Et ce roman à l’intrigue incroyablement foisonnante ne s’arrête pas là puisque d’étranges personnages vont mettre des obstacles sur sa route et Aiden va vite se rendre compte qu’il n’est pas le seul à être enfermé dans la boucle.

En plus de l’enquête qui peut paraître classique sur une affaire de meurtre (mais qui est en réalité extrêmement complexe), beaucoup de thèmes qu’on ne retrouve pas souvent dans ce genre sont abordés comme la quête identitaire, la question de la rédemption et du pardon et la confiance qu’on porte en soi-même et dans les autres. Stuart Turton aurait pu s’arrêter à l’enquête sur le crime qui en elle-même est plus réussie qu’énormément de thrillers que j’ai pu lire, mais il a en plus enrichie son intrigue grâce à plusieurs sous-intrigues qui se mélangent très bien à l’atmosphère assez étouffante du roman. Car finalement que ce soit sur le fond avec la maison dans laquelle se passe l’intrigue que sur la forme avec la boucle temporelle, les personnages sont enfermés dans un huis-clos dont il faut réussir à sortir. 

En lisant ce roman, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à quel point l’auteur devait être fou d’avoir voulu écrire une histoire pareille. L’histoire en elle-même est d’une grande complexité avec des nouveaux indices et de nouveaux rebondissements à chaque chapitre et y rajouter une boucle temporelle en fait un casse-tête inimaginable ! D’autant plus que l’auteur réussit à rendre le roman toujours intéressant et jamais répétitif. Malgré le fait qu’on lise le récit d’une même journée que se répète en boucle, l’intrigue ne devient jamais redondante puisqu’on découvre à chaque fois un aspect totalement différent de l’histoire. L’auteur a maîtrisé son intrigue sur le bout des doigts en nous apportant les indices exactement au bon moment pour toujours garder un profond mystère. Moi qui ai tendance à toujours deviner très vite les dénouements des thrillers, ça n’a absolument pas été le cas ici grâce à la construction très solide de l’intrigue qui permet de garder un très grand suspense jusqu’à la dernière page. 

Comme je le disais ce roman est donc complexe, et s’il a dû être très dur à écrire pour l’auteur, il est également déroutant pour le lecteur. L’écriture de Stuart Turton est très efficace, mais elle est également très dense. Il y a énormément de personnages et d’informations à assimiler tout au long du roman. Je dois d’ailleurs noter que le très beau travail éditorial réalisé sur ce livre aide beaucoup. Ainsi la liste des personnages et leur fonction est notés sur le rabat de la couverture, ce qui est d’une très grande aide pendant la lecture. Ce roman n’est donc plus aisé à lire, il faut prendre du temps pour bien le digérer d’autant plus que le rythme du récit n’est pas très élevé. Pour les lecteurs qui cherchent un roman léger et sans prise de tête, Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle n’est pas le livre idéal. Par contre, pour ceux qui ont envie d’une lecture active qui les amènera à se creuser la tête, je vous conseille vivement ce roman qui renouvelle totalement tout ce qui a pu être fait en thriller jusqu’à présent ! 


Conclusion


Les Sept morts d’Evelyn Hardcastle est un thriller loin d’être simple à aborder, car son intrigue foisonnante présente une grande richesse dans les thèmes abordés et une grande complexité. Le concept du roman se basant sur une boucle temporelle innove le genre du thriller et est extrêmement bien maîtrisé par l’auteur si bien que l’intrigue ne devient jamais redondante et reste surprenante jusqu’à la dernière page. 

coup de coeur2

 

9 réflexions sur “[Chronique] Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, de Stuart Turton

  1. OmbreBones 14 décembre 2019 / 7 h 20 min

    Je déteste l’utilisation des boucles temporelles xD mais genre, vraiment. Par contre ce que tu dis de ce roman m’intrigue beaucoup. Je me le note dans un coin o/

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 15 décembre 2019 / 13 h 20 min

      Ah mince, ça va être compliqué avec ce livre-là du coup parce que le côté boucle temporelle est vraiment omniprésent :/

      Aimé par 1 personne

      • OmbreBones 15 décembre 2019 / 17 h 17 min

        Ouais j’en ak l’impression mais c’est parce que jusqu’ici j’ai jamais vu ça bien fait y’avait toujours une couille qui rendait le concept pas crédible. C’est pas un roman que je vais mettre en haut de ma liste mais ce que tu en dis intrigue quand même donc à voir en occasion par exemple o/

        Aimé par 1 personne

        • Sometimes a book 15 décembre 2019 / 20 h 55 min

          Oui je comprends tout à fait, c’est clair que ça rend pas les choses crédibles, mais là dans ce genre de contexte ça me dérange pas tant que ça… A voir effectivement si un jour tu ne sais pas quoi lire ahah

          Aimé par 1 personne

  2. lire à la folie 14 décembre 2019 / 10 h 50 min

    Je l’ai aussi beaucoup aimé et je trouve la boucle très bien maîtrisée 😊 il a du planifier en détails son histoire car c’est vrai que le plan des événements est complexe!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s