[Pile à lire] Pumpkin Autumn Challenge 2020

Comme chaque année, j’attendais avec impatience le Pumkin Autumn Challenge, mon challenge littéraire préféré (il faut dire que mes goûts littéraires un peu creepy correspondent toujours très bien aux catégories du challenge). Même s’il arrive un peu tôt alors qu’on n’est pas encore dans une ambiance automnale, j’ai préparé ma pile à lire et certains romans seront gardés pour la période d’Halloween ! Et puis ce challenge m’aide à passer l’automne, saison que je n’aime pas du tout, alors je ne peux pas en dire de mal !

Si vous ne le connaissez pas, il s’agit d’un challenge concocté par Guimause de la chaîne Youtube Le Terrier de Guimause qui dure du 1er septembre au 30 novembre. Comme chaque année, Guimause a préparé diverses catégories et sous-catégories avec des intitulés toujours très originaux et plein de références. Je vous conseille d’aller voir sa vidéo pour plus d’informations !

Comme chaque année, j’ai rempli chaque sous-catégorie avec deux romans, je suis d’ailleurs très contente d’avoir réussi à remplir ainsi toutes les sous-catégories (sauf une), et mon but est de lire au moins un livre par sous-catégories !

AutomneFrissonnant

1- Je suis médée, vieux crocodile !

(Trahison//Horreur/Thriller/Policier)

couv43793976
Misery – Stephen King – Albin Michel – 391 pages

→ Et comme chaque année, on inaugure cette pile à lire avec Misery ! Oui je le place toujours dans la première catégorie du challenge, mais je ne l’ai encore jamais lu, une honte. Je suis surtout rebutée par le fait qu’il s’agit d’une très vielle édition trouvée dans la bibliothèque familiale qui me fera éternuer à chaque page étant donné mon allergie à la poussière… Mais un jour je réussirai à passer outre et à le lire !

Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l’a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d’argent, mais l’a aussi étouffé : sa mort l’a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre.
Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d’Annie Wilkes, l’infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d’avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n’a pas le choix…


Nuit d’été – Dan Simmons – Pocket – 756 pages

→ Si je connais déjà la plume de Stephen King, je n’ai encore jamais lu de Dan Simmons qui est pourtant lui aussi un grand nom de l’horreur et ce roman a donc tout autant sa place dans cette sous-catégorie. Grâce à ce SP des éditions pocket, je vais pouvoir découvrir cet auteur !

L’histoire fait revivre merveilleusement Elm Haven, ville du Middle-West américain dans les années 1960. Une bande de gamins se retrouve mêlée à une histoire de morts-vivants et de monstres hideux et finit, après plusieurs morts horribles, par identifier la source de ce Mal incommensurable qui s’est abattu sur leur ville : Old Central, leur école.

2- Les chimères de la sylve rouge 

(Gothique/Vampires/Créatures de la nuit)

Les chaînes du silence – Céline Chevet – Editions du chat noir – 308 pages

→ Après mon énorme coup de cœur pour La fille qui tressait les nuages, j’ai très envie de découvrir le nouveau roman de Céline Chevet, d’autant plus qu’il semble avoir été écrit pour ce thème !

Après avoir sauvé la vie d’un vampire, Nathanaël est contraint de fuir son village. Réfugié au plus profond de la forêt où ces créatures gardent les ombres, il est adopté par l’une d’entre elles qu’il nomme Kael, scellant ainsi son destin.
Malgré sa nouvelle condition d’animal domestique et le silence permanent de son maître, Nathanael observe la communauté qu’il intègre et dont il ignore tout. Pour la première fois, il apprend à contempler ces espaces immenses qui isolent les hommes et abritent les Bêtes, ces créatures issues d’un autre temps.
Lui, l’humain fragile et sensible, symbolise tout ce que les vampires immortels ne regardent plus. Mais parce qu’il choisit de s’attacher pleinement à son maître, leur vie en est bouleversée. De ces chaînes nait un espoir. La liberté. Pour tous les deux.


Rebecca – Daphhné Du Maurier – Le Livre de Poche – 640 pages

→ Pour l’aspect gothique, j’ai choisi un classique du genre que je gardais bien au chaud dans ma bibliothèque en attendant le PAC.

Sur Manderley, superbe demeure de l’ouest de l’Angleterre, aux atours victoriens, planent l’angoisse, le doute : la nouvelle épouse de Maximilien de Winter, frêle et innocente jeune femme, réussira-t-elle à se substituer à l’ancienne madame de Winter, morte noyée quelque temps auparavant ? Daphné du Maurier plonge chaque page de son roman – popularisé par le film d’Hitchcock, tourné en 1940, avec Laurence Olivier et Joan Fontaine – dans une ambiance insoutenable, filigranée par un suspense admirablement distillé, touche après touche, comme pour mieux conserver à chaque nouvelle scène son rythme haletant, pour ne pas dire sa cadence infernale. Un récit d’une étrange rivalité entre une vivante – la nouvelle madame de Winter – et le fantôme d’une défunte, qui hante Maximilien, exerçant sur lui une psychose, dont un analyste aurait bien du mal à dessiner les contours avec certitude.

3- Les supplices de la belladone

(Livre à la couverture noire)

Carnaval – Ray Celestin – Cherche Midi – 493 pages

→ C’est le plus vieux livre de ma pile à lire et je me suis donc promis de le lire rapidement. Le PAC m’aidera peut-être à me remotiver à le lire !

Au cœur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s’affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant…
Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.


Shades of Light – VE Schwab – Lumen – 761 pages

→ Il y a peu de suites ou fins de saga dans ma sélection, pourtant j’ai énormément de séries à finir ! Ça serait donc bien l’occasion d’enfin lire le troisième et dernier tome de Shades of magic qui j’espère sera plus dynamique que le tome 2.

Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui. Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise. Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !

4- Esprit, es-tu là ?

(Fantôme, Famille, historique, fantôme du passé)

La voix des ombres – Frances Hardinge – Gallimard – 496 pages

→ Je ne pouvais pas ne pas intégrer de roman de mon autrice préférée, d’autant plus que tous ses romans collent parfaitement avec l’atmosphère automnale. Celui-ci est une histoire de fantôme et rentre donc parfaitement dans cette sous-catégorie !

Parfois, quand quelqu’un décède, son esprit s’échappe à la recherche d’un endroit où se réfugier. Certaines personnes qui possèdent un espace en eux représentent alors la cachette parfaite. Makepeace a appris à se défendre contre ces fantômes. Mais un jour, un événement épouvantable lui fait baisser sa garde. A présent, un esprit habite en elle. Il est sauvage, fort et en colère… mais il est aussi son seul rempart contre la cruelle famille de son père. Dans un pays déchiré par la guerre, Makepeace doit décider de son destin : la liberté ou la vie.


Le phare au corbeau – Rozenn Illiano – Critic – 382 pages

→ Autre roman qui met également en avant une histoire d’esprit et qui colle parfaitement à la saison. Je pense qu’il pourrait également coller aux thématiques « famille » et « fantôme du passé », à confirmer à la lecture !

Agathe et Isaïah officient comme exorcistes. L’une a les pouvoirs, l’autre les connaissances ; tous deux forment un redoutable duo.
Une annonce sur le réseau social des sorciers retient leur attention. Un confrère retraité y affirme qu’un esprit nocturne hante le domaine d’une commune côtière de Bretagne et qu’il faut l’en déloger. Rien que de très banal. Tout laisse donc à penser que l’affaire sera vite expédiée.
Cependant, lorsque les deux exorcistes débarquent là-bas, le cas se révèle plus épineux que prévu. Une étrange malédiction, vieille de plusieurs générations, pèse sur le domaine de Ker ar Bran, son phare et son manoir.
Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, il leur faudra ébranler le mutisme des locaux et creuser dans un passé que certains aimeraient bien garder enfoui…

AutomneDouceurDeVivre

1- Il fait un temps épouvantail !

(Halloween / Samhain / Automne)

Alex Verus, tome 1 : Destinée – Bénédict Jacka – Anne Carrière – 440 pages

→ C’est la catégorie qui m’a posé le plus de problème n’ayant pas vraiment de romans liés à Halloween ou à l’automne dans ma pile à lire. J’ai donc choisi le récit dont la couverture fait le plus penser à Halloween et à l’automne et il faut avouer qu’Alex Verus fait bien l’affaire à ce niveau là avec sa couleur orange et ses toiles d’araignée !

Alex Verus vit à Londres et il est devin. Il peut voir le futur comme un faisceau de probabilités. Pour le commun des mortels, c’est un don impressionnant, mais pour les autres mages, c’est le bas de l’échelle des arts occultes. De toute façon, Alex a tourné le dos à cette confrérie. Trop de rivalités, de secrets, de complots, trop de morts… Sa seule ambition est de mener une existence sans histoires, caché dans sa petite boutique d’accessoires pour magiciens amateurs. Dans l’arrière-salle, il continue à faire un peu de marché noir, c’est risqué mais le commerce des vrais objets magiques lui permet de payer le loyer. Quand une relique puissante échoue entre ses mains, il se retrouve la proie des forces auxquelles il avait essayé d’échapper, forcé de choisir un camp dans une bataille qui le dépasse.Voir le futur n’est pas toujours drôle, surtout quand le sien semble à ce point compromis.


La neuvième maison – Leigh Bardugo – De Saxus – 525 pages

→ C’est le premier livre que j’ai lu pour le challenge et qui est donc déjà terminé à l’heure où je publie cet article. Il aurait pu aller dans énormément de catégories, mais il me manquait un livre ici et une partie de l’histoire se déroule en automne donc ça colle parfaitement !

Alex Stern, 20 ans, la seule survivante d’un massacre inexpliqué, se voit offrir la chance d’intégrer l’université de Yale. Elle est en même temps recrutée par une société secrète, Lethe, la neuvième maison qui supervise huit autres maisons magiques dans lesquelles des personnalités pratiquent la magie. Alex a été choisie car elle peut voir les fantômes, les posséder et voler leurs pouvoirs.

2- Siroter un chocolat chaud sous les saules

(Anthropomorphisme/Enfance/Feel Good/Cocooning)

Je suis ta nuit – Loïc Le Borgne – ActuSF – 350 pages

→ Bon comme la couverture le montre, on n’est pas vraiment dans un feel good ici, mais de toute façon ce n’est pas trop mon truc et le thème de l’enfance est bien respecté puisque les enfants sont les personnages principaux de ce récit !

Été 1980, dans un village de Bretagne… Ils sont six copains, inséparables, rêvant à Star Wars, Goldorak et aux filles. Lors d’une partie de casse-bouteilles, ils découvrent le cadavre mutilé d’un vagabond.
C’est le début d’une cascade d’évènements terrifiants, mystérieux, dont les enfants sont l’épicentre. La peur s’installe dans le village et peu à peu, la bande comprend qu’une force maléfique rôde et qu’elle cherche à les détruire. Le Mal est-il de retour ?


Nevermoor – Jessica Townsend – Little, Brown and Compagny – 480 pages

→ Autre roman qui fait la part belle à l’enfance et qui correspond peut-être un peu plus à l’atmosphère cocooning voulu par cette sous-catégorie. Je n’en ai entendu que de très bons avis et ça fait trop longtemps que je n’ai pas lu en VO, ce roman me promet donc de passer un très bon moment !

Morrigane Crow est née le jour du Merveillon, ce qui signifie deux choses :
1. Elle est maudite.
2. Elle est condamnée à mourir à minuit le jour de ses onze ans.
Son cercueil l’attend.
Elle est sauvée in extremis par un homme étrange qui l’emmène dans le royaume magique de Nevermoor…

3- Fàfnir ton assiette sinon pas de piécette !

(Créatures légendaires et fantastiques/Petit peuple/Féérie/Contes/Légendes/Mythes)

L’ours et le rossignol – Katherine Arden – Denoël – 351 pages

→ Pour cette sous-catégorie, j’ai choisi de mettre à l’honneur les mythes et légendes russes ! Même si le récit semble plus coller à l’hiver, pas sûr que je parvienne attendre jusqu’à cet hiver pour le découvrir !

Au plus froid de l’hiver, Vassia adore par-dessus tout écouter, avec ses frères et sa sœur, les contes de Dounia, la vieille servante. Et plus particulièrement celui de Gel, ou Morozko, le démon aux yeux bleus, le roi de l’hiver. Mais, pour Vassia, ces histoires sont bien plus que cela. En effet, elle est la seule de la fratrie à voir les esprits protecteurs de la maison, à entendre l’appel insistant des sombres forces nichées au plus profond de la forêt. Ce qui n’est pas du goût de la nouvelle femme de son père, dévote acharnée, bien décidée à éradiquer de son foyer les superstitions ancestrales.


Kra – John Crowley – L’atalante – 512 ages

→ Voilà une des sorties de cette rentrée littéraire que j’attendais le plus et je ne vais sûrement pas pouvoir attendre longtemps avant de le découvrir ! Il se retrouve donc dans cette pile à lire et son étrange corneille me fait penser qu’il correspondra bien à la thématique « créature fantastique ».

Une corneille seule n’est pas une corneille.
Une corneille ne tue jamais une autre corneille.

Dans un futur proche ravagé par la pollution, un vieil homme nous raconte qu’une Corneille nommée Dar Duchesne – la première de tous les temps à avoir porté un nom – lui a raconté ses nombreuses vies et morts au pays de Kra…

4- A window to the past

(Sorcières/Sorcier/Magie/SFFF)

Sorcière de chair – Sarah Buschmann – Noir d’absinthe – 359 pages

→ Je pense que le titre parle de lui-même, et même si ce roman est en réalité un mélange entre thriller et fantastique, il y est bien question de sorcellerie. On m’a promis une fin extrêmement surprenante, j’espère ne pas être déçue !

Australie, 2016.
Sept ans après un massacre qui a décimé toute une famille, de nouveaux meurtres surviennent à Melbourne. Des homicides si sordides que la Sorcellerie de Chair, taboue depuis les grandes chasses qui ont déchiré le pays, est évoquée.
Pour Arabella Malvo, lieutenant de la brigade criminelle, ils s’avèrent particulièrement déstabilisants. Pourquoi les victimes lui ressemblent-elles comme des sœurs ? Le meurtrier la connaît-elle ? Pourquoi maintenant ? Une chose est sûre : l’abîme qu’elle fuit depuis toutes ces années risque de s’ouvrir à nouveau sous ses pieds. Et cette fois, de l’engloutir pour de bon…


American Elsewhere – Robert Jackson Benett – Albin Michel – 779 pages

→ Ici, j’ai plutôt joué avec l’aspect SFFF voulant absolument trouver une place à ce roman et ne le voyant pas dans d’autres catégories. Pourtant je pense que son ambiance mystérieuse collera très bien avec la saison et le challenge et j’espère vraiment pouvoir le lire (mais vous remarquerez que c’est le 4e roman qui fait plus de 600 pages – et pas le dernier – de cette liste, donc je ne me suis pas vraiment facilité la tâche…)

Veillée par une lune rose, Wink, au Nouveau-Mexique, est une petite ville idéale. À un détail près : elle ne figure sur aucune carte. Après deux ans d errance, Mona Bright, ex-flic, vient d y hériter de la maison de sa mère, qui s est suicidée trente ans plus tôt. Très vite, Mona s attache au calme des rues, aux jolis petits pavillons, aux habitants qui semblent encore vivre dans l utopique douceur des années cinquante. Pourtant, au fil de ses rencontres et de son enquête sur le passé de sa mère et les circonstances de sa mort (fuyez le naturel…), Mona doit se rendre à l évidence : une menace plane sur Wink et ses étranges habitants. Sera-t-elle vraiment de taille à affronter les forces occultes à l’oeuvre dans ce lieu hors d Amérique ?

1- Les rêves d’Aurore

(LGBTQIA+/Militantisme)

Le prieuré de l’oranger – Samantha Shannon – De Saxus – 958 pages

→ J’ai hésité entre plusieurs catégories pour placer ce livre, mais contrairement à d’autres romans de ma pile à lire, je suis sûre que celui-ci contient bien des intrigues LGBTQIA+ ! Mais honnêtement, il ne passera pas en priorité et vu sa longueur, je ne suis pas sûre d’avoir le temps de le lire…

Un monde divisé. Un reinaume sans héritière. Un ancien ennemi s’éveille. La maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle… Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages.
Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela. De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence. Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil…
Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.


Rouge – Pascaline Nolot – Gulf stream – 312 pages

→ Pour le côté militantisme, j’ai choisi Rouge qui est décrit par beaucoup de blogueurs comme un roman très engagé et qui a donc sa place dans cette sous-catégorie selon moi.

« Ce qu’il vit avant tout, c’était l’immonde coloris écarlate qui rongeait à moitié le nouveau-né ainsi que l’infâme petite boule de peau surplombant son regard. Le monstre avait engendré un autre monstre !
– Comment devons-nous l’appeler ? lui demanda la vieille femme.
Il contempla le nourrisson en pleurs avec aversion. Puis il vomit sa sentence en un mot :
– Rouge ! »
Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois-Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups. C’est là que survit Rouge, rejetée à cause d’une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu’il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par le Mal. Lorsque survient son premier sang, les villageois sont soulagés de la voir partir, conformément au pacte maudit qui pèse sur eux. Comme tant d’autres jeunes filles de Malombre avant elle, celle que tous surnomment la Cramoisie doit s’engager dans les bois afin d’y rejoindre l’inquiétante Grand-Mère. Est-ce son salut ou un sort pire que la mort qui attend Rouge ? Nul ne s’en préoccupe et nul ne le sait, car aucune bannie n’est jamais revenue…

2- Sarah Bernhardt, monstre sacré

(Dramaturgie/Pièce de théâtre/Art)

Porcelaine – Estelle Faye – Les moutons électriques – 288 pages

→ Pas de pièce de théâtre pour moi, mais un roman qui rend hommage au théâtre, et dans lequel on suit une troupe de comédiens. Ce n’est donc pas vraiment de la triche ?

Chine, vers l’an 200.
Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans.
Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.
Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

3- Les écailles de Mélusine

(Féminisme/Transformation/Métamorphose)

Le jardin des silences – Mélanie Fazi – FolioSF – 316 pages

→ Dans ce recueil de nouvelles Mélanie Fazi retrace des portraits de femmes. Je trouve qu’il allait donc bien dans l’aspect féminisme, même si je ne connais pas les thématiques précises qui seront abordés dans ce récit.

Un bal secret au coeur de l’hiver, une violoniste dont les notes soulèvent le voile des apparences, une dresseuse d’automates dépassée par sa création : à travers ces douze textes ciselés, découvrez ou retrouvez l’univers envoûtant de Mélanie Fazi, auteure rare à la plume délicate, qui joue des mots émotions avec une justesse bouleversante.


Aberrations – tome 2 : l’avertissement de la sorcière – Bayard – 371 pages

→ Pour l’aspect transformation/métamorphose, j’ai choisi le tome 2 d’Aberrations, la nouvelle saga de Joseph Delaney. Dans ce récit, un étrange brouillard transforme les êtres vivants en horribles créatures. Le premier tome était sympathique et ce genre de livre a l’avantage de se lire vite tout en étant très divertissant, parfait entre deux grosses lectures !

Le Shole, un monstrueux brouillard, a englouti des régions entières de l’Angleterre et continue son expansion vers le nord. Ceux qui s’y trouvent piégés meurent ou sont transformés en créature immondes : les aberrations.
Dans le duché de Lancaster, Crafty, treize ans, est l’un des rares survivants qui peut traverser ces étendues maudites. Recruté pour servir au château, il devient l’apprenti d’une mystérieuse guilde qui l’envoie effectuer des missions dans les zones dangereuses. Mais bientôt, le garçon devine que les aberrations ne représentent peut-être pas le plus grand danger…

4- Nausicaä de la vallée du vent

(Nature Writing/Ecologie/Nature/Post-apocalyptique)

Nos Futurs – Anthologie – ActuSF – 400 pages

→ Difficile de coller plus parfaitement au thème qu’avec Nos Futurs, cette anthologie mélangeant textes scientifiques et textes fictifs autour de thématiques écologiques. Je suis vraiment très curieuse de voir comment ce partenariat sera traité.

Ce livre part d’un double constat :
D’une part, la transition écologique au sens large, et les changements radicaux qui l‘accompagnent, intéressent et préoccupent un public de plus en plus large, qui cherche des moyens de se saisir du sujet.
D’autre part, alors que l’homme est un animal d’histoires, nous manquons de récits pour nous approprier ces futurs, souhaités ou subis. Certes, le GIEC (Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Evolution du Climat) produit régulièrement un panorama des conséquences à long terme du changement climatique qui permet d’imaginer à quoi le monde risque de ressembler. Mais ces rapports, s’ils font référence et sont fondamentaux pour une prise de décision éclairée, ne sont que peu lus par le grand public et peinent à atteindre les imaginaires.
C’est pour ça que nous avons formé dix binômes auteur-chercheur qui se saisiront de dix thèmes parmi ceux étudiés par le GIEC, et dont le choix a fait l’objet d’un sondage auprès d’un large public (voir page sondage, voir page choix des thèmes). L’ambition est de présenter ces dix thèmes sous un double éclairage : celui de la fiction, pour explorer les possibles, et celui de la vulgarisation scientifique, pour expliquer l’état des connaissances. En rassemblant ces vingt textes, issus de la rencontre entre auteurs et chercheurs, l’objectif est de donner à voir la différence et la complémentarité entre ces deux approches qui vont être indispensables pour s’approprier les bouleversements qui s’annoncent.


Un long voyage – Claire Duvivier – Aux forges de Vulcain – 314 pages

→ Dernier livre de cette pile à lire dont la couverture et le titre m’inspire vraiment la nature, le tout dans un univers de fantasy. J’en ai entendu d’excellents avis (mais aussi des moins bons) qui m’ont poussée à acheter ce livre sorti très récemment, à moi maintenant de me faire mon propre avis.

Issu d’une famille de pêcheurs, Liesse doit quitter son village natal à la mort de son père. Fruste mais malin, il parvient à faire son chemin dans le comptoir commercial où il a été placé. Au point d’être pris comme secrétaire par Malvine Zélina de Félarasie, ambassadrice impériale dans l’Archipel, aristocrate promise aux plus grandes destinées politiques. Dans le sillage de la jeune femme, Liesse va s’embarquer pour un grand voyage loin de ses îles et devenir, au fil des ans, le témoin privilégié de la fin d’un Empire.


Et voilà pour cette pile à lire bien fournie ! Est-ce que vous en avez lu certains ? Participez-vous au pumpkin autumn challenge ?

9 réflexions sur “[Pile à lire] Pumpkin Autumn Challenge 2020

  1. Light And Smell 9 septembre 2020 / 7 h 19 min

    Très jolie PAL ! J’espère que tu atteindras ton objectif et, surtout, que tu feras de belles lectures.
    Je garde un excellent souvenir de L’ours et le rossignol et de Carnaval.
    Bon challenge 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. lasorcieredesmots 12 septembre 2020 / 13 h 46 min

    C’est une sacrée pal ^^ je te souhaite un bon challenge, du temps pour pouvoir lire tout cela, et surtout de bons moments de lecture 🙂 Ta pal donne envie ^^

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 12 septembre 2020 / 19 h 57 min

      Ahah oui j’ai le choix (et pourtant j’arrive à lire des livres qui n’en font pas partie) ! Clairement je ne lirai pas tout, mais l’important c’est de faire de bonnes lectures 😊

      J'aime

  3. The teapot library 24 septembre 2020 / 11 h 55 min

    Je participe aussi. L’ours et le rossignol a l’air très beau, et j’ai adoré Le prieuré de l’oranger (j’ai profité du confinement pour lire ce groooos pavé :p).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s