[Chronique] La voix du feu, d’Alan Moore

La voix du feu

« Ce doit être le vieil homme qui se brûle lui-même, à moins que cette Hurna ne lui grille le torse pour s’amuser. C’est une chose ou l’autre, car un lieu n’est pas une personne, et il n’y a pas sympathie entre la chair et le champ.  »


la voix du feu
 
La voix du feu
Auteur :
Alan Moore
Traduction : Patrick Marcel
Éditeur : ActuSF
Genre : Fantastique
Année de parution originale : 2008 
Nombre de pages : 474
Prix : 20,90 € (collector) / 10 € (poche)
 
Synopsis
Northampton : petite ville située au centre de l’Angleterre, habitée depuis la préhistoire et peuplée de 200 000 âmes. Dont Alan Moore.
C’est lui qui, à travers les siècles et douze récits qui s’entremêlent, en dessine une histoire faite de sorcellerie, de mensonges, de vérités et de morts. On y rencontre un homme oiseau, une sorcière, un ancien croisé traumatisé, un enquêteur romain, une nonne éclopée, un VRP et même… une tête sans corps. Autant de voix qui se mélangent dans la chaleur des brasiers.
 

MON avis

Après l’avoir édité deux fois en poche dans sa collection Helios, ActuSF a ressorti fin 2020 La voix du feu dans un magnifique écrin collector. Alan Moore est un auteur et scénariste particulièrement connu pour ses comics comme la saga Watchmen, mais il livre ici quelque chose de très différent sous forme d’un recueil de 12 nouvelles dédiées à sa ville natale : Northampton. 

Bienvenue à Northampton

Si chaque nouvelle de ce recueil se lisent de manière indépendante, elles possèdent toutes pour point commun leur localisation dans la ville de Northampton. L’auteur réalise une fresque chronologique d’évènements s’étant déroulés dans cette en commençant en l’an 4000 avant J.C pour finir avec l’année 1995. Le recueil présente une large palette de personnages allant de l’homme préhistorique jusqu’au vendeur de porte-jarretelles en passant par la sorcière envoyée sur le bûcher ou encore un envoyé romain assistant au déclin de son Empire. L’auteur propose ainsi un récit aux multiples voix puisque chaque nouvelle est écrite du point de vue du personnage principal et narré à la première personne du singulier. Le lecteur se retrouve ainsi plongé dans la tête de ces personnages très éclectiques et dont certains sont assez antipathiques, ce qui est plutôt déstabilisant. 

Alan Moore nous propose des nouvelles d’une longueur très variable, certains s’approchent de la centaine de pages quand d’autres n’en font qu’une vingtaine. Chaque nouvelle nous conte une époque bien particulière et possède donc sa propre ambiance, mais on retrouve des thèmes communs à toutes les nouvelles qui ont une place plus ou moins importante dans le récit. Ainsi on retrouve par exemple, un clin d’œil pour le mois de novembre dans chacune des nouvelles. De manière moins anecdotique, le feu a une place prépondérante dans le recueil comme son titre l’indique bien. Les nouvelles sont globalement assez sombres mettant en avant des personnages étranges dans des intrigues où la mort est extrêmement présente. Un côté sale assez prononcé se dégage des différentes nouvelles que cela soit par rapport aux situations dans lesquelles se retrouvent les personnages ou au vocabulaire utilisé parfois vulgaire. Les personnages plongent ainsi souvent dans la luxure et, paradoxalement, la religion tient également une place importante dans ces nouvelles.

Un jeu de style

Avec La voix du feu,  Alan Moore joue littéralement avec son style en faisant parler des personnages très particuliers. Ainsi le recueil s’ouvre sur une nouvelle mettant en scène un homme du néolithique ayant un langage très minimaliste si l’on peut dire. La nouvelle, qui plus est assez longue, est assez difficile à lire puisqu’elle nous demande de faire un effort pour déchiffrer ces phrases et comprendre l’étrange langage de cet homme. Bien heureusement, les autres nouvelles du recueil sont beaucoup plus abordables même si l’auteur continue de jouer avec son style. Il s’adapte extrêmement bien au personnage qu’il incarne réussissant vraiment à donner à chacun une façon de parler et une personnalité qui lui est propre. J’ai vraiment été charmée par la plume très travaillée d’Alan Moore qui est pour moi le gros point fort du récit. Son écriture est extrêmement maîtrisée et même lorsqu’il écrit des phrases ne voulant rien dire ou possédant des fautes, car venant de l’esprit d’un attardé, on sent qu’elles ont été mûrement réfléchies et que chaque mot a été choisi avec soin.   

Si j’ai donc adoré le style de ce recueil, les nouvelles dans l’ensemble m’auront moins convaincue. Je n’ai malheureusement pas vraiment accroché aux thématiques récurrentes du récit et j’ai eu du mal à saisir la finalité de la plupart des nouvelles. Les nouvelles demandent de voir plus loin que leurs intrigues qui ne sont finalement pas très développées et j’ai eu du mal à faire ce travail du fait de la répulsion que je ressentais la plupart du temps pour les personnages. Beaucoup de sentiments négatifs, de cruauté se dégagent du récit et certains personnages donnent une vision de la femme que je n’ai pas appréciée ce qui ne m’a pas vraiment permis de m’immerger dans l’ambiance de ce recueil. 


Conclusion


Avec La voix du feu, Alan Moore nous emmène à la découverte de sa ville natale Northampton dans une grande fresque historique répartie en 12 nouvelles. L’auteur nous livre les voix de personnages très différents et tous très particuliers. Il réussit à la perfection à adapter sa plume au personnage qu’il incarne et à lui donner une vraie personnalité. On sent que l’auteur a pris énormément de plaisir à jouer avec son style d’écriture donnant des nouvelles plus ou moins abordables en fonction du personnage mis en avant. Si j’ai beaucoup aimé la plume poétique de l’auteur, j’ai moins aimé le contenu des différentes nouvelles et la manière dont l’auteur a utilisé les thématiques récurrentes à chaque nouvelle. Il nous livre en effet un texte très sombre voire vulgaire et cruel dans lequel les thématiques du feu, de la mort, de la luxure sont prépondérantes. Les personnages sont souvent extrêmement antipathiques, ce qui rend particulièrement déstabilisant de se retrouver dans leur tête. 

avis mitigé

Je remercie les éditions ActuSF pour l’envoi ce livre en service-presse.

D’autres avis : La GeekosopheXapurVert – ?

9 réflexions sur “[Chronique] La voix du feu, d’Alan Moore

  1. tampopo24 3 février 2021 / 7 h 09 min

    Je ne suis pas très nouvelles, à la limite je préfère les novellas. Du coup je ne suis pas surprise par ton avis mitigé. Même si cette belle édition aurait pu me tenter je préfère découvrir l’auteur sur un autre type de textes 😅

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 4 février 2021 / 20 h 24 min

      Oui je suis pareille, pas très fan de nouvelles donc ça n’aide pas et je comprends totalement ton désir de découvrir l’auteur sur un autre type de texte du coup !

      Aimé par 1 personne

  2. zoelucaccini 3 février 2021 / 8 h 57 min

    Il est dans ma PAL pour le ABC challenge. Ça a l’air vraiment particulier quand même. Je suis partagée entre l’envie de le découvrir et celle de le laisser de côté pour l’instant, histoire d’attendre que mon cerveau soit plus apte à saisir tous les ressorts de ce labyrinthe…

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 4 février 2021 / 20 h 23 min

      Oui je comprends, c’est vraiment un texte particulier, je pense que ça passe ou ça casse, peut-être qu’attendre le bon moment peut être une bonne idée !

      Aimé par 1 personne

  3. frey jean pierre 3 février 2021 / 15 h 36 min

    bonjour il est intéressant de parler de Northampton mais l’auteur va encore plus avec son pavé de 1800 pages « Jerusalem » entièrement consacré à sa ville
    A signaler en parallèle
    jean pierre frey

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s