[Chronique] Lake ephemeral, d’Anya Allyn

 
lake ephemeral

« A première vue, la vallée semblait un  lieu sauvage de merveille et de liberté. Les cinq enfants qui y vivaient pouvaient faire ce que bon leur semblait […]. Je ne me sentais plus seule, parce que j’étais comme eux. Parce qu’ici je pourrais être libre. Mais Lake Ephemeral n’était pas un paradis. »