[Chronique] La Belgariade – Intégrale 2, de David Eddings

La Belgariade 2
 
« – Tu n’aurais pas dû faire si ouvertement étalage de tes dons, remarqua Belgarath. Les gens préfèrent ne pas croire à ce genre de chose. Une collection complète de vilaines petites émotions macèrent dans l’esprit humain et le moindre trait sortant de l’ordinaire est prétexte à châtiment. »


couv42685663
 
La Belgariade – Intégrale 2
Auteur :
David Eddings
Traduction : Dominique Haas
Illustration : Alain Brion
Éditeur : Pocket
Genre : Fantasy 
Date de parution : 1982 (publication originale)
11 février 2021 (format intégrale)
Nombre de pages : 877
Prix : 13 € 
 
Synopsis
Au commencement de cette histoire, il était un jeune valet de ferme, ignorant tout de son Destin. Garion. Aux côtés de sa tante Polgara, la puissante sorcière, et de son grand-père Belgarath, l’homme éternel, Garion prit conscience de ses immenses pouvoirs et partit récupérer ce qui lui revenait de plein droit. Désormais en possession de l’Orbe, il lui reste à fuir la sombre tour et rejoindre Ce’Nedra pour devenir le Roi de Riva. La quête de l’artefact sera enfin achevée et pourra prendre le nom de Belgariade. Mais la Prophétie n’en a pas fini avec le jeune homme et, tandis que les peuples se préparent à la guerre, le pion jadis innocent comprend que c’est seul qu’on affronte un Dieu.
 

MON avis

Les éditions Pocket rééditent actuellement l’œuvre de David et Leigh Eddings. Une première intégrale de la saga de La Belgariade contenant les 3 premiers tomes a été publiée en septembre 2020 en même temps que Le codex de Riva, suivie par cette deuxième intégrale, contenant les deux derniers tomes, parue en février 2021. Et les sorties continues avec de nouvelles éditions des deux tomes de Belgarath le Sorcier prévus pour juin 2021. 

Belgarath-le-sorcier

Un tournant dans la saga

Comme c’était le cas auparavant, le tome 4 reprend exactement là où s’est terminé le 3, mais on sent effectivement une fission entre les trois premiers tomes et les deux derniers. Le tome 4 est celui qui met enfin en place toutes les choses que l’on avait compris depuis longtemps et qui prépare la fin de la saga. Ainsi, j’ai trouvé ce tome un peu plus long à démarrer que les précédents. Garion, toujours aussi naïf, découvre enfin ce que le lecteur, lui, attend depuis plusieurs tomes. Pour la première fois, on ne suit ainsi plus le périple de Garion et de ses compagnons dans les Royaumes du Ponant, mais une intrigue un peu plus statique. En effet, Garion est de retour sur ses terres d’origine et doit enfin devenir le héros de la prophétie et se préparer à affronter Torak. 

L’ambiance de ces deux derniers tomes est ainsi très différente et beaucoup moins centrée sur l’alchimie entre les différents personnages. Les personnages se retrouvent même pour la première fois séparés et les différentes parties du récit vont alterner entre différents points de vue. Ce’ Nedra prend beaucoup plus d’importance et se révèle dans ces deux derniers tomes en devenant une véritable chef d’armée, tout en restant toujours aussi insupportable (mais c’est ce qui fait son charme). Il faut dire que le côté stéréotypé du caractère des personnages est exacerbé quand les personnages sont pris séparément ; ils possédaient une meilleure dynamique quand ils étaient tous ensemble comme c’était le cas dans les tomes précédents. C’est donc dommage de briser cette belle dynamique et cela rend ces deux derniers tomes peut-être un peu moins sympathiques à lire. 

Une intrigue plus militaire

Si le tome 4 prépare déjà à une intrigue plus militaire, le tome 5 est lui en très grande partie consacré à cet aspect. Ainsi l’avancée de Garion jusqu’à Torak est très souvent mise de côté au profit de longs passages de stratégies militaires qui ne m’ont malheureusement pas intéressée. Tout l’aspect militaire de l’intrigue m’a semblée de trop puisqu’il n’apporte selon moi pas d’avancée significative à l’intrigue et une impression que l’auteur cherchait surtout à gagner du temps. Cette deuxième intégrale m’a donc semblée parfois un peu longue, même si elle conserve l’esprit des trois premiers tomes et qu’elle nous offre de belles aventures. Le trajet de Garion jusqu’à Torak nous laisse ainsi découvrir de nouvelles facettes de cet univers. Ces passages de voyage sont aussi bien maîtrisés par l’auteur que dans les trois premiers tomes et compensent heureusement les parties plus statiques et militaires du récit. 

La confrontation finale 

Et ce 5e tome nous emmène enfin vers le but ultime de la saga, la confrontation entre Garion et Torak qui est, comme attendu, épique à souhait. On sait bien sûr déjà comment les choses vont se terminer, l’univers déployé par l’auteur ne permet qu’une seule fin possible, mais le déroulé est satisfaisant. L’auteur exploite très bien l’utilisation de la prophétie sans rendre les choses trop faciles pour autant. Il relie très bien les évènements à la prophétie et fait toujours en sorte que les personnages s’en sorte comme il le souhaitait, grâce à de multiples pirouettes. J’aurais aimé que le dénouement soit plus nuancé, mais il correspond très bien à cet univers assez manichéen et à la dimension finalement assez jeunesse du récit. Même si ces deux derniers tomes m’ont donc semblé moins bons que les précédents, ils offrent tout de même une fin très convaincante à la saga et j’ai eu un petit pincement au cœur de quitter les personnages !


Conclusion


Les tomes 4 et 5 qui composent cette deuxième intégrale nous préparent et nous emmènent vers le dénouement de la saga. L’ambiance générale du récit prend ainsi une dimension assez différente. La dynamique entre les personnages est grandement modifiée et l’intrigue prend une dimension plus militaire. L’affrontement final est épique à souhait et nous offre le dénouement attendu, sans pour autant que les personnages s’en sortent trop facilement. Cette fin de saga répond finalement bien aux attentes liées à cet univers et est tout à fait convaincante malgré un certain manque de nuances.

Bonne lecture

4 réflexions sur “[Chronique] La Belgariade – Intégrale 2, de David Eddings

  1. Steven 3 juin 2021 / 6 h 29 min

    Malgré les quelques défauts que tu soulignes et la prévisibilité du premier tome, j’ai très envie de continuer cette saga qui prend la poussière dans ma PAL 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Shaya 4 juin 2021 / 7 h 52 min

    C’est vrai que c’est prévisible mais j’aime bien quand même. Tu penses lire les prologues sur Belgarath et Polgara ? Je crois qu’à mes yeux, ce sont les meilleurs tomes de la saga.

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 4 juin 2021 / 20 h 23 min

      J’hésitais justement, mais si tu dis que ce sont les meilleurs tomes, je vais peut-être les lire !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s