[Chronique] Monstrueuse féerie, de Laurent Pépin

Monstrueuse féérie
 
« Il y a toujours une fenêtre que je laisse ouverte pour que les Monstres puissent entrer. Je ne le fais pas vraiment exprès. Mais tous les Monstres rentrent dans toutes les têtes  de la même façon : on les y invite. Parce qu’il y a quelque chose qui nous fascine, qui nous comble, ou du moins qui absorbe notre esprit logique en polarisant nos réflexions. Quand ils sont là, c’est trop tard. Ils ne sortent plus et la terreur grandit. »


monstrueuse-feerie-flatland
 
Monstrueuse féérie
Auteur :
Laurent Pépin
Illustration de couverture : Kawanabe Kyōsai
Éditeur : Flatland
Genre : Conte / Fantastique
Date de parution : 15 octobre 2020
Nombre de pages : 102
Prix : 8,50 € 
 
Synopsis
Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens “normaux”. Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l’envers, avec l’envie d’engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance.
Alors que les bizarres, c’est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d’emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C’est le problème des trucs en kit.
Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce Centre. Souvent mon boulanger me demande si ce n’est pas trop dur de travailler avec “les fous”. Moi j’ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c’est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais.
Et je ne peux pas répondre que parmi les Monuments, on peut parfois trouver des elfes.
 
 
MON avis
Monstrueuse féerie est un véritable petit ovni littéraire (ou olni pour les intimes), si bien qu’il est assez difficile de le faire entrer dans une case. Roman fantastique ? Horrifique ? Romance ? Tout ça à la fois et encore bien d’autres choses encore, en réalité. L’éditeur le décrit comme un conte pour adultes teinté de pataphysique, de psychanalyse, de poésie et d’humour noir et c’est finalement une assez bonne définition de ce qu’on peut trouver dans cette novella. Je reviens sur le terme de « pataphysique » qui ne doit pas forcément parler à tout le monde (et moi la première, j’ignorais sa signification), il s’agit de « décrire les phénomènes du monde sous un regard particulier en décalage avec la vision traditionnelle ». En effet Monstrueuse féerie nous emmène dans un récit très intimiste centré sur la manière de voir le monde du personnage principal, de ses traumatismes d’enfance jusqu’aux conséquences à l’âge adulte. On découvre ainsi la réalité alternative de ce personnage, réalité peuplée de monstres, de monuments et d’elfes. 
 
J’ai été dès les premières pages emportée par la plume de Laurent Pépin, sa poésie et sa manière de dépeindre le monde m’a complètement fascinée. On découvre ces lignes sans réussir à en saisir tout l’essence, mais les incertitudes entre réalité et folie, et l’alternance entre des scènes d’une violence extrême notamment psychologique et des scènes extrêmement douces m’ont captivée. J’aime beaucoup les récits qui interrogent l’esprit humain et c’est ce que j’ai trouvé ici. Plusieurs lectures et interprétations de ce livre sont possibles, l’auteur utilise de nombreuses métaphores qu’il est intéressant d’essayer de décrypter. On est plongé dans les pensées remplies de doutes du personnage principal et Laurent Pépin parvient très bien à sonder l’âme humaine et à donner beaucoup de relief et d’humanité à son personnage. Il n’y a finalement pas de réelle intrigue dans cette novella, on observe simplement la vision du monde du personnage issue de ses propres expériences et traumatismes et c’est suffisant pour en faire un texte très réussi qui nous pousse à nous interroger sur le monde et sur les normes sociales. C’est effectivement un conte sombre et troublant teinté de psychanalyse qui ne plaira pas à tout le monde de par son étrangeté et son aspect très métaphorique, mais qui m’a personnellement beaucoup plu. C’est un texte court et très bien écrit, donc si vous êtes intrigués, n’hésitez pas à lui laisser sa chance ! 
 
TB lecture

9 réflexions sur “[Chronique] Monstrueuse féerie, de Laurent Pépin

  1. Baroona 6 juin 2021 / 16 h 08 min

    Le côté métaphorique me fait peur, peut-être plus que le côté « horrifique », mais c’est quand même intrigant, surtout qu’il semble vraiment plaire à bon nombre de lecteurs aux profils différents. Faudra vraiment que je me force à le tenter un jour. ^^

    Aimé par 1 personne

    • Laurent Pepin 6 juin 2021 / 20 h 25 min

      Par métaphorique, ce que sometimes veut dire, je crois, c’est que l’on ne sait pas si l’on est dans une novella fantastique ou si l’on assiste à la décompensation psychotique du narrateur au fur et à mesure. J’ai joué sur les deux tableaux simultanément en refusant de privilégier une réponse plutôt qu’une autre…

      Aimé par 1 personne

  2. Yuyine 8 juin 2021 / 10 h 21 min

    Tiens ça donne bien envie tout ça. Je le découvre grâce à toi et, si j’ai le temps, j’espère le lire

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 8 juin 2021 / 16 h 46 min

      Je suis très contente de te l’avoir fait découvrir et j’espère que tu l’apprécieras autant que moi !

      J'aime

  3. Sabine C. 8 juin 2021 / 14 h 47 min

    Merci beaucoup pour le lien et ravie que cette expérience livresque t’ai plu 😄. On est d’accord, l’auteur a une très belle plume ^^.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s