[Chronique] Huit crimes parfaits, de Peter Swanson

Huit crimes parfaits
 
« Les auteurs littéraires ont toujours éveillé mes soupçons avec leurs espérances d’immortalité. Je préfère de loin les écrivains de thrillers et les poètes. J’aime ceux qui sont conscients de livrer une bataille perdue d’avance. »


couv32373934
 
Huit crimes parfaits
Auteur :
Peter Swanson
Traducteur : Christophe Cuq
Illustration : Emmanuel Polanco
Éditeur
: Gallmeister
Genre : Thriller
Date de parution : 4 février 2021
Nombre de pages : 342
Prix : 23,40 €
 
Synopsis
Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw reçoit la visite surprise du FBI.
L’agent Gwen Mulvey enquête sur deux affaires étranges : une série de meurtres qui rappelle un roman d’Agatha Christie, et un « accident » qui fait écho à un livre de James Caïn.
Elle espère donc que l’avis d’un expert du genre lui permettra d’interpréter correctement les (rares) indices à sa disposition.
Et ce n’est pas tout : Malcolm, quinze ans plus tôt, a publié sur son blog une liste intitulée ”Huit crimes parfaits”, où figuraient ces deux intrigues. Serait-il possible qu’un tueur s’en inspire aujourd’hui ?
Très vite, l’angoissante certitude s’impose : le tueur rôde déjà à proximité. Malcolm commence à le voir partout, et sent un véritable nœud coulant se resserrer autour de son cou…
 
MON avis
Peter Swanson est un auteur très remarqué aux Etats-Unis, son premier roman a même été élu meilleur thriller de l’année par le Washington Post. Huit crimes parfaits est son septième roman et le deuxième à avoir été publié aux éditions Gallmeister après Vis-à-vis en 2020. 
 

Hommage à la littérature

 
Huit crimes parfaits possèdent tous les éléments pour plaire aux amateurs de littérature (et surtout de thrillers) puisque les livres y ont une place centrale. On suit ainsi un libraire spécialisé en thrillers forcément accompagné de son chat, qui a un jour publié une liste des crimes parfaits de la littérature sur son blog. Mais il oublie vite l’existence de cette liste jusqu’à ce que le FBI frappe à sa porte pour lui annoncer qu’un tueur semble s’en servir pour commettre des meurtres. 
 
Avant de se lancer dans ce roman, il faut savoir que l’auteur ne se prive pas de spoiler les romans de la liste des huit crimes parfaits, à savoir :

– Le mystère de la maison rouge, A. A. Milne ;
– Préméditation, Anthony Berkeley Cox (alias Francis Iles) :
Assurance sur la mort, James M.Cain ;
– L’inconnu du Nord-Express, Patricia Highsmith ;
 Le bouillon rédempteur, John D.MacDonald ;
– Piège mortel, Ira Levin ;
– Le maître des illusions, Donna Tartt ;
– ABC contre Poirot, Agatha Christie ;
Le meurtre de Roger Ackroyd, Agatha Christie.

Le dernier n’est pas dans la liste, mais à une telle importance dans l’histoire qu’il est entièrement spoilé, je vous conseille vraiment de l’avoir lu. L’intrigue des autres romans est également mentionnée et des éléments importants sont dévoilés, mais il est moins indispensable de les avoir lus selon moi (sauf peut-être ABC contre Poirot, c’est toujours dommage de connaître l’intrigue d’un Agatha Christie à l’avance), sauf si vraiment vous comptez les lire un jour et ne voulez rien en savoir. J’avais personnellement lu les deux Agatha Christie au préalable et Huit crimes parfaits m’a même donné envie de découvrir certains titres de la liste dont je n’avais jamais entendu parler ! 

Ce roman fait donc la part belle à la littérature et nous emmène vraiment dans une ambiance qui devrait plaire à tous les amoureux de livres. On s’identifie assez facilement à ce libraire qui dévore les livres la nuit, fait des listes de romans sur son blog et ne se sépare pas de son fidèle compagnon à quatre pattes. Le fait que l’intrigue se base sur des livres qui existent vraiment rend également le récit plus concret et réaliste. Il n’est pas question ici de meurtres hyper sanglants avec des mises en scène extravagantes, mais de quelque chose de plus sobre, plus proche de ce qu’on peut retrouver dans la réalité. Pour commettre des crimes parfaits, après tout, il vaut mieux faire passer le meurtre pour un suicide ou inventer des procédés ingénieux pour qu’on ne puisse pas remonter jusqu’au coupable. Pour cela, les huit livres choisis fonctionnent très bien et présentent chacun des procédés différents plus ou moins faciles à retranscrire dans la réalité. Huit crimes parfaits, interroge ainsi sur cette notion de « crime parfait » et sur la différence entre fiction et réalité. Est-ce que ce qui fonctionne si bien dans la littérature fonctionnerait également en vrai ? Ce thriller apporte quelques éléments de réponse et traite cette thématique de manière vraiment originale. 

Un roman qui joue avec le lecteur 

Outre le fait de proposer une réflexion sur la notion de crimes parfaits, ce thriller nous offre également une réelle intrigue de thriller avec une tension qui s’accentue de page en page. Le lecteur est plongé dans la tête du narrateur Malcom, ce libraire, somme toute très banal, qui voit sa passion pour les thrillers se retourner peu à peu contre lui. Le fait d’être dans la tête de ce personnage nous rend proches de lui, mais nous expose également à ses faux-semblants. Très vite, il s’adresse aux lecteurs, lui avouant qu’il ne lui a peut-être pas tout dit… Malcom dévoile peu à peu certaines zones d’ombre de sa vie tout en contrôlant à chaque instant ce qu’il dit ou ne dit pas. Il instaure ainsi un jeu avec le lecteur, qui rend le roman très addictif. C’est d’ailleurs un double jeu que l’intrigue met en place puisque si Malcom joue avec le lecteur, le tueur qui s’inspire de sa liste installe également un jeu très pervers avec Malcom. Le lecteur se retrouve ainsi propulsé entre les secrets et non-dits de ce narrateur qu’on ne sait pas complètement cerner jusqu’à la fin et le désir de découvrir l’identité du tueur. L’obsession que développe Malcom concernant ce tueur devient en effet extrêmement communicatif étant donné la proximité que ce personnage installe avec le lecteur. Peter Swanson maîtrise si bien la personnalité et la psychologie de son personnage principal qu’il finit par exercer sur nous une certaine fascination. Malgré les sentiments contradictoires qu’on peut éprouver pour Malcom, il devient vite hyper plaisant de le suivre dans son enquête et découvrir peu à peu tous ses secrets.

Finalement, la révélation sur l’identité du tueur n’est pas le plus important et même s’il est possible de la deviner à l’avance, le récit est si riche d’autres révélations et rebondissements que ce n’est pas vraiment ce qu’on retient au final. La plus grande réussit du récit est vraiment le jeu qui s’installe entre le narrateur et le lecteur et la confrontation entre la fiction et la réalité. Si ce genre de thématiques vous intéresse, n’hésitez pas à vous lancer dans Huit crimes parfaits, il devrait vous offrir un très bon divertissement ! 


 Conclusion


Huit crimes parfaits est un thriller un peu particulier puisque son intrigue s’inspire de huit (et même neuf en réalité) romans qui existent réellement qui vont devenir la source d’inspiration d’un tueur en récit. Ainsi le récit interroge sur la notion de crime parfait, sur la transposition entre fiction et réalité. Peut-on vraiment reproduire les crimes de la littérature ? En plus de cette réflexion, ce thriller nous propose une intrigue riche et addictive qui repose avant tout sur la grande qualité de son personnage principal, Malcom. Difficile de ne pas se reconnaître dans ce narrateur amoureux de livres et qui gère même sa propre librairie accompagné de son chat. Et pourtant, un jeu s’installe vite entre le narrateur et le lecteur, les faux-semblants s’accumulent et l’ambiguïté autour de ce personnage s’installe tout autant que la fascination. Un deuxième jeu pervers entre ce narrateur et le tueur vient compléter le tableau pour nous offrir un récit haletant plein de tension et de rebondissements !

petit coup de coeur

6 réflexions sur “[Chronique] Huit crimes parfaits, de Peter Swanson

  1. Baroona 22 septembre 2021 / 15 h 07 min

    Mieux que le 2 en 1, mieux que le 3 en 1… le roman 10 en 1. ^^
    Ça a l’air bien sympa. Faut juste que je décide avec moi-même si me faire divulgacher des romans que je ne lirai certainement jamais me dérange ou non. ^^’

    Aimé par 1 personne

  2. Tigger Lilly 26 septembre 2021 / 14 h 59 min

    Ca a l’air vraiment sympa ! J’ai le Le meurtre de Roger Acroyd au collège mais ne m’en souviens plus. Par contre j’ai fait un jeu qui adapte ABC contre Poirot du coup je vois de quoi il retourne mais j’avais bon espoir d’oublier assez avant de lire le livre pour de vrai. Je vais réfléchir XD

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s