[Chronique] Zone tampon, d’Isabelle Bauthian

Zone Tampon
 
« C’est si facile d’oublier ce qui nous a conduits où nous en sommes. Je repense au conte d’hier soir. Combien d’innocentes provocations, combien de petits plaisirs, combien de subtiles transgressions, encore, avant que mon monde ne s’effondre comme l’a fait celui de mes ancêtres »


couv13174937
 
Zone tampon
Autrice :
Isabelle Bauthian
Illustration : Zariel
Éditeur
: ActuSF
Genre : Science-fiction
Date de parution : 17 septembre 2021
Nombre de pages : 405
Prix : 17,90 €
 
Synopsis
« L’ignorance est notre force, car elle nous rend vigilants. » Telle est la devise de la ville fortifiée de Jacksonstadt, seule oasis au sein du désert hostile qu’est devenue notre planète après l’Effondrement climatique. Lisi a la chance d’y vivre. Son père adoptif a tout sacrifié pour devenir membre des Belles Familles, les citoyens les plus privilégiés. Mais un attentat fait fuir l’adolescente dans le désert, en compagnie de sa demi-sœur Soraya et du jeune et charismatique prêtre Milen…
 
MON avis
Zone Tampon est roman de science-fiction young adult qui prend place dans un monde futuriste complètement dévasté à cause des problèmes climatiques. Au milieu de la nature désertique se dresse une ville, Jacksonstadt un refuge pour ses habitants qui y vivent de manière paisible. Plus paisible que ceux qui n’ont pas la chance d’y être acceptés ou qui en sont bannis et se retrouve à l’extérieur dans ce qu’on appelle la « zone tampon ». 
 
Dès le départ, Isabelle Bauthian pose des bases assez fortes avec la devise même de Jacksonstadt : « l’ignorance est notre force, car elle nous rend vigilants », de quoi promettre de belles réflexions sur le pouvoir de la connaissance. Malheureusement, je n’ai pas trouvé que l’intrigue tenait ses promesses sur ce point, laissant vite de côté la réflexion au profit d’une intrigue contenant les clichés young adult que je n’apprécie personnellement pas. Il faut donc le dire, ce roman n’était pas fait pour moi à la base et pourtant je me suis laissée tenter, entendant de bons échos sur l’autrice et ayant plutôt confiance en la qualité des récits de la maison d’édition.
 
Zone tampon est donc un roman de science-fiction young adult comme on en voit beaucoup en ce moment. Les récits post-apocalyptiques liés au dérèglement climatique fleurissent et je n’ai pas trouvé que Zone tampon apportait vraiment plus que tous les romans qui existent déjà. La trame de l’intrigue reprend les schémas classiques : une groupe d’adolescents ou de jeunes adultes décident de se rebeller contre le système en place et se retrouvent exilés dans un endroit réputé comme hostile où vivent tout ceux qui ont été rejetés par la société. Ainsi le récit ne surprend jamais vraiment, mais on ne peut absolument pas dire non plus qu’il est déplaisant à lire. Les personnages du récit vont vivre une aventure effréné pleine de rebondissements. L’intrigue est dynamique, l’action ne manque et les pages défilent sans qu’on s’en rende vraiment compte. Isabelle Bauthian semble se concentrer énormément sur ses personnages, aimant leur faire perdre toutes leur certitude au fil des pages. Ainsi les personnages évoluent chacun d’un manière intéressante et s’interrogent sur leur société, sur la manière de faire changer les choses et la nécessité d’utiliser la violence pour cela… 
 
Le récit pose donc bien les bases d’une réflexion intéressante, mais qui se perd bien vite au milieu des petits problèmes personnels des personnages, de leurs amourettes et de l’intrigue qui va beaucoup trop vite. L’autrice ne prend pas le temps de poser son univers, de l’exploiter. Il n’y a aucune description, le roman se concentrant exclusivement sur les dialogues et le ressenti des personnages. Mille questions à propos de l’univers sont restées sans réponse comme s’il ne servait que de toile de fond à l’intrigue et n’avait pas une grande importance. Et pourtant cet univers semble riche, et c’est dommage d’imaginer un tel univers pour si peu l’exploiter. De plus, même si le récit se concentre surtout sur l’action et les personnages, ceux-ci restent eux aussi dépeints en surface. Par exemple, Isabelle Bauthian met en scène un personnage asexuel, ce que je n’avais encore jamais rencontré en SFFF, mais une fois encore, la thématique n’est pas exploitée et son asexualité est simplement mentionnée comme si le roman cochait une case diversité et passait à autre chose. Finalement, comme je le disais, le roman tombe dans ce qui me déplait souvent en young adult : le manque de profondeur. L’intrigue possède un sérieux potentiel que ce soit au niveau des personnages et des thématiques, mais tout est tellement englouti par d’autres choses que les messages ne passent pas comme ils devraient et en sont moins percutants. 
 

Conclusion


Zone tampon est un roman post-apocalyptique young adult qui ne m’aura malheureusement pas convaincue. Je n’ai pas trouvé la petite touche de fraîcheur que je recherchais dans ce récit ayant eu l’impression de relire un énième roman post-apocalyptique lié au dérèglement climatique. L’écriture d’Isabelle Bauthian est extrêmement fluide et dynamique, j’ai d’ailleurs rarement lu un roman aussi rapidement ce qui est agréable, mais elle est justement trop lissée à mon goût. Il n’y a quasiment pas de descriptions, pas d’explications sur l’univers qui était pourtant prometteur, ce qui lui aurait amené une plus grande richesse. Le texte se concentre surtout sur les dialogues et les réflexions des personnages et n’aborde jamais vraiment les choses avec profondeur. Le récit propose pas mal de pistes de réflexion intéressante pour le public adolescent comme le pouvoir de la connaissance, la manière dont on peut changer la société, mais les thématiques se perdent dans l’intrigue au milieu de l’action et des amourettes des personnages. Un bon divertissement en soi, mais qui ne va pas assez loin pour vraiment proposer une réflexion profonde. 
 
avis mitigé

7 réflexions sur “[Chronique] Zone tampon, d’Isabelle Bauthian

  1. Light And Smell 9 octobre 2021 / 8 h 01 min

    Dommage ce focus sur les sentiments des personnages au détriment de l’univers… Je reste intriguée, mais ce ne sera pas une lecture prioritaire, parce que si j’apprécie le YA, j’aime beaucoup moins les romans YA qui versent dans les clichés.

    Aimé par 1 personne

  2. OmbreBones 11 octobre 2021 / 4 h 22 min

    Définitivement pas pour moi entre l’aspect post apo et les codes YA..

    J'aime

  3. Yuyine 5 novembre 2021 / 12 h 31 min

    Arf dommage… il m’attire pas mal mais ayant lu de très nombreux romans postapo, le manque de fraîcheur risque de freiner un peu mon enthousiasme

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 5 novembre 2021 / 21 h 19 min

      Oui c’est le problème, difficile de vraiment se renouveler dans ce genre là :/

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s