[Chronique] L’enterrement des étoiles, de Christophe Guillemain

L'enterrement des étoiles

« La destinée de chacun lui sera dévoilée en temps voulu.
La liberté, me dites-vous ? Je crains qu’il ne s’agisse pas de cela. Les puissants ont confisqué votre liberté avant votre naissance, lorsqu’ils ont hérité de l’avenir du monde. »


L-Enterrement-des-etoiles
 
L’enterrement des étoiles
Auteur :
Christophe Guillemain
Illustration : Abel Klaer
Éditeur : Mnémos
Genre : Fantasy
Date de parution française : 25 février 2022
Nombre de pages : 300
Prix : 20,00 €
 
Synopsis
L’annonce de la fin est proche. À la cité des Héritiers, le roi Jenophon reçoit la visite de l’oracle annonciateur. C’est le moment que choisit un cirque pour s’installer non loin et offrir un moment de joie. Mais face à l’obscurité qui s’étend, cette compagnie de monstres de foire devra trouver la lumière intérieure, l’unité et l’harmonie, ultimes espoirs d’un pays au bord du gouffre. Dans la nuit d’encre, les étoiles éphémères seront portées par ceux que la société rejette pour leurs différences.
MON avis
L’enterrement des étoiles est la pépite de l’imaginaire 2022 des éditions Mnémos, qui a pour but de faire découvrir chaque année un nouvel auteur francophone. 
 
Cette année c’est au tour de Christophe Guillemain d’être mis en avant avec son roman construit autour de la thématique de la prophétie et porté par des personnages rejetés par la société, regroupés dans un cirque qui n’est pas sans rappeler les freaks shows.
 
Malgré ce que la couverture très lumineuse et poétique peut laisser penser, l’univers de L’enterrement des étoiles et très sombre et âpre. L’auteur nous emmène dans une dark fantasy peu accueillante, dans un monde brisé dont la fin est annoncée et où les étoiles se sont éteintes. Il est donc difficile de se faire une place dans le récit tant on peut en ressentir le côté oppressant. L’écriture est assez lourde, tout comme l’univers et le cœur de tous les personnages. Il peut donc être compliqué de rentrer dans ce roman, mais on ne peut enlever à l’auteur son talent pour décrire des univers horrifiques. Le monde décrit transpire l’agonie, les ténèbres et la cruauté des hommes, et il est dommage de ne pas avoir proposé une couverture collant plus à ces aspects. 
 
Christophe Guillemain construit son intrigue en trois parties équivalentes en termes de nombre de pages. La première partie se consacre à la présentation des personnages et à la mise en place des enjeux de l’univers. Il y a très peu d’action, on découvre les différents protagonistes issus pour la plupart de la troupe de cirque de Todestre. On ressent une réelle volonté de la part de l’auteur de nuancer ses personnages, mais comme je le disais précédemment ils ont tous le cœur très lourd, et ont une mentalité qui correspond à cet univers dévasté dans lequel il est difficile de trouver sa place, d’autant plus lorsqu’on possède une particularité. Si on peut comprendre certains de leurs états d’âme, une distance nécessaire s’installe entre eux et le lecteur, et certains personnages ressortent malgré tout de manière plutôt détestable. De plus, le travail de nuances est surtout effectué sur les personnages masculins. On ressent une plus grande difficulté dans la construction des personnages féminins qui sont décrits avec une vision très masculine. La volonté de réfléchir sur la figure du monstre et de montrer que le monstre n’est pas forcément celui auquel on pense est bien présente dans le récit, mais pas exploité à son maximum. C’est agréable de voir mis en avant ceux qui sont d’habitude rejetés ou invisibilisés, mais leurs actes ne suivent pas toujours avec la vision que l’auteur veut donner d’eux. 
 
Les actes 2 et 3 sont beaucoup plus riches en action. Les personnages commencent chacun de leur côté à suivre leur destin et toutes les pièces s’emboitent peu à peu. On découvre avec une certaine fascination à quel point tout a été orchestré avec précision. Christophe Guillemain propose un jeu d’illusionniste où il s’amuse à emmêler les fils du destin de ses personnages et à proposer une nouvelle vision de la thématique de la prophétie. Dans L’Enterrement des étoiles, les apparences sont souvent trompeuses et tout peut être construit et déconstruit à tout moment. Certains personnages vont prendre une plus grande importance dans le récit et l’auteur réussi parfaitement à tirer les fils du destin de ses personnages. Ils sont comme des marionnettes dirigées par des forces plus puissantes, ce qui offre de beaux rebondissements à l’intrigue. Si la trame du récit est très bien menée, le roman souffre tout de même d’un univers trop peu développé. Le worldbuilding est assez léger et pauvre en détails, tout comme l’intrigue qui ne repose que sur cette prophétie. Il manque un peu de corps pour envelopper tout ça et peut-être permettre une immersion plus simple pour le lecteur. 
 
avis mitigé
Je remercie les éditions Mnémos pour l’envoi de ce roman en service presse
 

 

Publicité

11 réflexions sur “[Chronique] L’enterrement des étoiles, de Christophe Guillemain

  1. zoelucaccini 23 février 2022 / 12 h 09 min

    C’est vraiment surprenant, je trouve des avis très emballés par ce titre, et d’autres plutôt mitigés qui pointent les mêmes soucis dans la construction des persos féminins, de la lourdeur de l’ambiance (certes bien retranscrite visiblement, mais en complète contradiction avec la couverture)…
    Finalement, je me dis que c’est peut-être là la limite de la couverture : certes magnifique (j’ai l’impression que les cover reveal sont devenues une véritable mode et que les couv sont toutes plus waouh les unes que les autres), et le battage qu’il y a eu autour a fait gonfler l’emballement autour, mais si derrière, ça ne colle pas au contenu, ben c’est un problème. Sauf si ça répond à un questionnement spécifique, ce qui ne me semble pas être le cas ici…

    Bon, tout ceci m’incite quand même à me faire mon propre avis. Par contre, je commence à me demander si je ne vais pas le lire en ebook en fait…

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 26 février 2022 / 20 h 23 min

      Oui je pense que ce roman dégage quelque chose de très différent que ce que la couverture laisse penser, ce qui créé de fausses attentes. Mais oui je pense que tu as tout de même raison de te faire ton propre avis, après tout le roman est loin d’avoir que des défauts et je suis sûre qu’il peut plaire à plein de monde !

      Aimé par 1 personne

  2. tampopo24 23 février 2022 / 13 h 08 min

    C’est ma lecture des prochains jours mais c’est vrai que tous ces avis partagés, notamment avec la question de ce wordbuilding un peu faible :s

    Aimé par 1 personne

  3. Shaya 5 mars 2022 / 15 h 10 min

    Pour le coup je pense que le traitement des personnages féminins me fera sortir de l’histoire, donc, je passe.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s