[Chronique] La maison des brouillards, par Eric Berg

la-maison-des-brouillards-907280-264-432

«  Mais le meurtrier est un escroc, parce qu’il prive sa victime de ce qu’elle avait épargné, mis de côté pour l’avenir. Il n’est pas le destin, il usurpe le rôle du destin, les croyants diraient qu’il se prend pour Dieu. Qu’il tue un enfant ou une femme de sixante-sept ans, il tue toujours un espoir. »

Lire la suite

Publicités