[Chronique] La trilogie du Tearling – tome 1 : Reine de cendres, d’Erika Johansen

Screenshot_20180601-210418.png
 –

« Madame, votre mère n’était pas une mauvaise reine, ni une mauvaise femme, mais elle était faible. Elle n’aurait jamais été capable d’aller au-devant de la mort. Tout fey porte en lui un immense pouvoir, mais soyez certaine que les ravages que vous allez provoquer seront pour le bien de votre peuple, non contre la mémoire de votre mère. Il y a une différence entre une reine et une enfant colérique. »


 
 couv7697437
 –

 

Auteure : Erika Johansen
Éditeur
: JC Lattes / Le livre de poche
Année de parution française : 02 novembre 2016 

Genre : Fantasy
Nombre de pages : 599 (poche)
Prix : 22 € / 8,90 €
 
Synopsis :

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling.
Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge.
La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d’embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende… ou la détruira.
Erika Johansen nous entraîne dans une épopée flamboyante où une jeune princesse insoumise devra lutter pour monter sur le trône.

MON avis

Le deuxième tome sort en poche dans quelques jours et il était donc temps pour moi de découvrir le premier. 

Un début non dénué de défauts…

On suit dans ce livre les premiers pas en tant que reine de Kelsea : de son parcours semé d’embûches vers son nouveau lieu d’habitation à sa découverte de la situation politique délicate dans laquelle est plongé son royaume. Et il faut dire, qu’elle part de loin car, même si elle a reçu une éducation pour assurer son rôle, Kelsea est restée cachée toute sa vie et n’est au courant d’absolument rien. Et bien sûr, on ne veut absolument rien lui dire (lève les yeux au ciel…).  

Bon je dois avouer que j’ai eu un peu peur au début d’être tombée dans un livre rempli de clichés. Les premières réactions de Kelsea étaient d’admirer la beauté de tous les hommes qu’elle croisait et c’était légèrement agaçant. Je trouvais également son personnage plutôt incohérent : pour quelqu’un qui n’avait jamais eu de réelle vie sociale, je trouvais qu’elle avait une grande confiance en elle et qu’elle agissait même de manière plutôt déplacée parfois ! De plus, je n’aime pas quand l’auteur adopte l’excuse du « on n’a le droit de ne rien dire », juste pour surprendre le lecteur un peu plus tard alors que l’héroïne pose mille questions. Le procédé est trop gros et je ne trouve pas forcément crédible le fait que Kelsea ait été aussi peu préparée à devenir Reine.

Un récit finalement bien mené 

Heureusement la suite du récit rattrape très bien ce début un peu chaotique et le personnage de Kelsea redevient un peu plus crédible et attachant. 

Mais il ne faut pas se méprendre, ce roman est globalement très lent : il y a beaucoup de descriptions, de retours en arrière et d’intrigues politiques et très peu d’action. Pourtant je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Je trouve qu’Erika Johansen a un don pour nous embarquer dans son récit et que, même s’il ne se passe pas énormément de choses, on ne puisse plus le lâcher. J’ai finalement adoré ma lecture, j’ai été captivée par l’univers créé par l’auteur. On n’est pas ici dans un monde complètement inventé, mais dans le futur très lointain de ce qu’est devenu l’Europe et je trouve ce concept vraiment génial. Même si les personnages évoquent beaucoup le passé, tout reste volontairement flou et j’ai vraiment hâte d’apprendre ce qu’il s’est passé pour que notre monde devienne celui de Kelsea. 

Des éléments de magie sont également savamment distillé dans l’histoire, mais encore une fois tout reste énormément mystérieux. J’attends donc énormément de la suite qui j’espère répondra à toutes les questions soulevées dans ce premier tome, et il y en a beaucoup !

Finalement, je pense que l’autre gros point fort de ce livre et qui fait qu’on ne décroche pas malgré la lenteur sont les personnages qui entourent Kelsea. On apprend notamment à connaître plusieurs membres de sa garde et il est difficile de ne pas s’attacher à eux. Erika Johansen a réussi à faire des personnages très humains et à faire passer beaucoup de messages à travers eux.

Conclusion

Malgré un début avec quelques défauts, le reste du récit est captivant. L’habilité avec laquelle l’auteure gère l’intrigue, la situation géopolitique et les personnages fait qu’on ne voit pas les 600 pages se tourner et qu’on passe un très bon moment de lecture ! 

TB lecture

5 réflexions sur “[Chronique] La trilogie du Tearling – tome 1 : Reine de cendres, d’Erika Johansen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s