[Chronique] Zone tampon, d’Isabelle Bauthian

Zone Tampon
 
« C’est si facile d’oublier ce qui nous a conduits où nous en sommes. Je repense au conte d’hier soir. Combien d’innocentes provocations, combien de petits plaisirs, combien de subtiles transgressions, encore, avant que mon monde ne s’effondre comme l’a fait celui de mes ancêtres »

[Chronique] Lake ephemeral, d’Anya Allyn

 
lake ephemeral

« A première vue, la vallée semblait un  lieu sauvage de merveille et de liberté. Les cinq enfants qui y vivaient pouvaient faire ce que bon leur semblait […]. Je ne me sentais plus seule, parce que j’étais comme eux. Parce qu’ici je pourrais être libre. Mais Lake Ephemeral n’était pas un paradis. »

[Chronique] La machine – tome 1, de Katia Lanero Zamora

 
La machine

« Vian imagina une tout autre sorte de fête, faite de bière et de poussière, pour célébrer l’ère nouvelle qui se levait sur Panîm après des années d’affrontement : la Machine avait cessé de n’être qu’une idée, elle était devenu un parti et ce parti était un rival de taille pour les prochaines élections. »

[Chronique] Un reflet de lune, d’Estelle Faye

Un reflet de lune

« Je me souviens malgré moi de la Révolte des Masques, tandis que je remonte vers les arènes des Rhéteurs amassées Place de la Libre-Alliance, anciennement Place de la République, anciennement Place du Château-d’Eau. Ma ville s’est construite sur des couches et des couches d’histoires, réelles ou rêvées. Au fur et à mesure que j’avance, elle se charge de souvenirs, de ma propres cartes d’émotions et de mon passé. »

[Chronique] Carne, de Julia Richard #PLIB2020

 
 –

Carne

« J’attrape mon téléphone au fond de ma poche. J’ai les doigts noirs d’hémoglobine, mais tant pis. Pas d’appel en absence. Ma femme et mon fils dorment, et j’ai un cadavre sur les bras. La ville entière roupille pendant que je vais devoir me débarrasser du corps. La totalité du pays pionce, et je l’ai planqué dans un buisson en attendant de creuser une tombe. C’est dingue. Et je vais même pas pouvoir le raconter à mes collègues demain. »

Lire la suite

[Chronique] La maison dans laquelle, de Mariam Petrosyan

la maison dans laquelle
 –

« La Maison, c’est une succession de murs dont la peinture n’en finit pas de s’écailler. C’est aussi d’interminables volées de marches étroites. Des moucherons qui dansent sous les lanternes des balcons. L’aurore au bois de rose qui caresse les rideaux. […] La Maison, c’est un petit garçon qui s’enfuit à travers les couloirs déserts, un petit garçon constamment couvert de bleus, qui s’endort pendant les cours et se voit affubler d’une multitude de surnoms : Céphalopode, Destrier, Sauterelle ou bien Trace d’Aveugle – vu qu’il ne le quitte pas d’une semelle et marche dans ses pas. Lorsque quelqu’un pénètre dans la Maison, celle-ci commence par braquer sur lui un angle de mur tranchant comme une lame. Ensuite seulement, le visiteur peur en franchir le seuil. »

Lire la suite

[Chronique] Les Brumes de Cendrelune – tome 1 : Le jardin des âmes de Georgia Caldera #PLIB2020

Les brumes de cendrelune
 –

« S’ils fut un temps où ces oraisons avaient un sens pour moi, elles en étaient à présent totalement dépourvues. Je me contentais de répéter mécaniquement ce que l’on m’avait appris, l’esprit détaché de mon corps, n’impliquant ma conscience dans aucune des paroles que mes lèvres prononçaient ni aucun de mes gestes. »

Lire la suite

[Chronique] Vert-de-Lierre, de Louise Le Bars #PLIB2020

Vert-de-Lierre
 –

« Sa beauté était purement littéraire à mes yeux, et servait avec grâce l’emploi des adjectifs les plus poétiques. Elle possédait cette silhouette d’héroïne romantique, cette présence ciselée par la plume, cette intensité exacerbée par les silences de la page, que même l’écriture de l’écrivain le plus talentueux ne pouvait rendre avec fidélité. »

Lire la suite