[Chronique] Les Belles – tome 1, de Dhonielle Clayton

20190914_163721
 –

« Imagine que tous veuillent te ressembler à présent ? Qu’ils ne soient prêts à payer que pour avoir tes traits ? Il y aurait des millions de sosies dans les rues. Autant redevenir gris. La beauté réside dans la variété. La beauté, c’est le changement. »


 
couv1825101
Les Belles
Autrice 
: Dhonielle Clayton
Traductrice : Cécile Ardilly
Éditeur : Robert Laffont
Genre : Fantasy
Date de parution : 22 février 2018
Nombre de pages : 465
Prix : 17,90 €

Synopsis

Ne souffrez plus pour être une Belle.
Dans le monde opulent d’Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences.
Or Camélia ne veut pas se contenter d’être une Belle. Elle rêve de devenir la favorite choisie par la reine d’Orléans pour s’occuper de la famille royale et d’être reconnue comme la plus douée du pays. Mais une fois Camélia et ses sœurs Belles arrivées à la cour, il s’avère que la position de favorite tient davantage du cauchemar. Derrière les ors du palais, les noirs secrets pullulent…

MON avis

Les Belles est un roman de fantasy young adult qui me semblait être assez classique dans son résumé, même si le concept de Belles et un univers tournant autour de la beauté me semblait porteur de messages intéressants. 

Une intrigue divertissante 

J’ai été agréablement surprise par l’intrigue de ce roman qui est finalement bien moins classique qu’il n’y paraissait. Tout d’abord, je trouve le synopsis très bien fait puisqu’il ne spoile absolument pas le roman. Celui-ci démarre le jour du choix de la Belle qui deviendra la favorite et s’installera à la cour et le suspense est présent dès le début puisque le choix ce n’est pas révélé dans le résumé. L’autrice ne prend pas non plus le chemin de la facilité dans son intrigue et elle met des barrières à son héroïne Camélia qui n’accède pas à ses désirs en un claquement de doigt. La plume est également très agréable et un peu plus travaillée que ce que l’on trouve souvent en young adult. 

Le suspense du début du roman permet d’introduire les personnages et l’univers sans pour autant que le roman ne souffre trop de longueurs. Tout le concept de beauté et le fonctionnement de ce monde est assez innovant, mais également assez facile à appréhender. On rentre directement au cœur de l’intrigue avec une démonstration du pouvoir des Belles qui est assez impressionnant. L’autrice a peaufiné la construction de ce monde et des pouvoirs offerts aux Belles. Le début de l’histoire nous montre le monde avec une certaine naïveté comme le voit les potentielles favorites. Tout semble grandiose et merveilleux, mais très vite les Belles vont découvrir que les apparences sont trompeuses et que beaucoup de secrets se cachent derrière elles. 

L’aspect géographique de ce monde est quant à lui beaucoup plus flou. Quelques noms de lieux sont donnés, mais il n’est pas vraiment aisé de se les représenter. Cependant, l’intrigue principale se passe dans une seule ville et principalement à la cour donc ce n’est pas hyper dérangeant pour ce premier tome (par contre ça le sera peut-être plus pour la suite).

Globalement, j’ai trouvé ce roman très divertissant, car l’autrice n’empreinte pas les chemins auquel on s’attend et joue assez bien avec les mystères et les retournements de situation. Le rythme du roman est très bon, il n’est pas foisonnant d’action et il y a un bel équilibre entre découverte du monde et l’avancée de l’intrigue. Par contre, la fin de ce premier tome casse un peu le travail construit avant, car les facilités scénaristiques s’enchaînent et le réalisme de l’intrigue en prend un coup. 

Mais des défauts importants

Même si l’intrigue m’a agréablement surprises par rapport aux craintes que j’en avais, le roman souffre quand même de point très négatifs. Tout d’abord les personnages sont extrêmement caricaturaux. Les différentes Belles sont majoritairement définies par un trait de caractère : la rebelle, l’originale, la sérieuse…, mais le personnage qui souffre le plus de ce problème est Sophia, la « méchante » de l’histoire qui n’est autre que la princesse et potentielle future Reine du Royaume. L’évolution de ce personnage est déjà assez mal amenée et pas bien dosée. Elle semble sympathique dans la première moitié de l’histoire puis change d’un seul coup de caractère pour devenir une caricature de méchante Disney. Elle n’a pas spécialement de motivation à se comporter comme tel et ses réactions ne sont parfois pas du tout logiques voire très extrêmes. Elle semble juste être méchante par essence et parce qu’il en faut bien une dans l’histoire. 

Mais, le plus qui m’a vraiment le plus gênée dans cette histoire, c’est qu’aucun message n’en ressort. Je pensais que l’autrice construirait cet univers pour dénoncer le culte de la beauté et tous les extrêmes qui en ressortent, mais je me suis totalement fourvoyée. Il y a bien quelques extrêmes énoncés de ce roman à travers les titres des journaux que les Belles reçoivent comme celui disant que les habitants dépensent plus d’argent pour des soins beauté que pour la nourriture. La famille royale fait également passer quelques lois pour limiter les comportements trop à risque, mais tout ça n’est absolument pas exploité dans le récit et à aucun moment on ne ressent de volonté de dénonciation de ces comportements. Peut-être que j’avais une image faussée de ce roman et donc que cette énorme déception vient de moi, mais je trouve que l’autrice passe à côté de l’opportunité de faire passer des messages qui auraient été parfaits pour la cible du roman. 


Conclusion


Les Belles est un roman à l’univers riche et original. L’autrice a bien peaufiné la construction de son monde qui tourne entièrement sur le culte de la beauté avec un système magique intéressant. L’intrigue en elle-même est très divertissante, l’autrice joue bien avec le suspense et le mystère pour donner envie aux lecteurs de lire la suite. Le rythme et l’ambiance sont maîtrisés jusqu’à la fin où l’intrigue tombe dans un peu trop dans des facilités scénaristiques et où tout s’enchaîne trop rapidement. De plus, le roman souffre de personnages trop caricaturaux notamment la méchante de l’histoire qui manque de nuances et il rate l’occasion de dénoncer le culte de la beauté et ses dérives au profit d’intrigues de cour beaucoup plus classiques.

avis mitigé

 

5 réflexions sur “[Chronique] Les Belles – tome 1, de Dhonielle Clayton

  1. lire à la folie 12 octobre 2019 / 16 h 40 min

    Les personnages caricaturaux ne m’étonnent pas, j’ai un peu peur de me lancer à cause de ça!
    Je l’ai acheté il y a un an environ et je ne l’ai pas encore commencé.

    Aimé par 1 personne

  2. OmbreBones 12 octobre 2019 / 17 h 27 min

    Comme toi j’aurai aimé un roman qui dénonce le culte de l’apparence et j’ai cru que celui ci en serait un mais les chroniques m’ont vite fait déchanter, dommage les idées étaient là :/

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 13 octobre 2019 / 9 h 38 min

      Ah j’ai vu aucune chronique qui soulevait ce point, j’aurais dû faire plus attention, j’aurais été moins déçue :/

      J'aime

      • OmbreBones 13 octobre 2019 / 9 h 55 min

        Après je dis des chroniques mais c’est peut être bien mon amie Laure-Anne qui m’avait prévenue après l’avoir lu, je ne sais plus ça remonte >< Mais en tout cas, je le savais et c'est pour ça que je ne l'ai pas lu !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s