[Chronique] Les tribulations d’Esther Parmetier, de Maëlle Desard

Esther Parmentier
 –

« Je le rejoignis au petit trot, la perplexité remplaçant la peur un bref instant en le regardant se diriger vers… des jardins communautaires ? C’était une blague ? Apparemment pas, vu qu’il poussa le portique en métal et s’engagea sur un chemin de terre sèche. Bon. Parfait. Donc pas de rencontre dans un vieux caveau familial avec des vampires millénaires en cape sombre. Ce serait ambiance « Esther fait du jardinage » avec Vampy la courgette et Dracu la tomate.  »


 
couv3733928
Les tribulations d’Esther Parmentier
Autrice :
Maëlle Desard
Illustratrice : Agnès Maupré
Éditeur : Rageot
Genre : Urban Fantasy
Date de parution : 1er juillet 2020
Nombre de pages : 379
Prix : 15,90 €
Synopsis

Esther Parmentier, 19 ans, a quitté sa Bretagne natale pour un stage à Strasbourg dans une société informatique quand elle est repérée par l’Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles. Car Esther est une sorcière. A peine remise de cette découverte, et des tests visant à déterminer ses capacités, Esther apprend qu’elle n’a pas plus de pouvoirs qu’une allumette mouillée. Sa note sur l’échelle des pouvoirs est historiquement basse  : 2 sur 82. Mais Esther est dotée d’un caractère de cochon, de solides capacités de déduction et est capable de résister aux pouvoirs de séduction des Créatures.
Malgré son faible score, l’Agence décide donc de l’embaucher comme stagiaire.
Seul bémol à cette nouvelle vie trépidante au sein d’une Agence où Esther côtoie un loup-garou alpha, une sorcière surpuissante, un djinn séducteur, une goule affamée, un fantôme accro aux jeux de rôle, elle va devoir faire équipe avec l’agent Loan, désagréable mais néanmoins très séduisant vampire, qui la considère de haut. Il va pourtant bien falloir qu’ils collaborent, car l’affaire du Ghost Challenge affole l’Agence  : des adolescents disparaissent régulièrement et sont transformés en vampires. Un mouvement séparatiste au sein des Créatures serait à l’origine de ces mutations…

MON avis

Lorsque Babelio m’a proposé de recevoir ce roman en service-presse, j’ai d’abord hésité ayant un peu peur de ce que cette couverture très chargée pouvait cacher et de la maison d’édition très connotée jeunesse. Puis j’ai lu le résumé que j’ai trouvé très fun : une jeune femme qui se découvre être une sorcière aux pouvoirs extrêmement réduits et qui se retrouve engagée comme stagiaire dans une organisation de créatures magiques, pourquoi pas après tout ? Eh bien, bonne pioche, car j’ai passé un excellent moment avec Les tribulations d’Esther Parmentier !

Des personnages et un humour ravageur !

Ce récit bourré d’humour nous emmène donc à Strasbourg sur les traces d’Esther Parmentier, jeune femme au caractère bien trempé qui n’a pas sa langue de sa poche ! Un jour, en rentrant chez elle, elle découvre un peu par hasard qu’elle est une sorcière et se retrouve embarquée dans des aventures rocambolesques. Vampires, sorciers, djinns, loups-garous fantômes… toutes ces créatures se retrouvent mêlées à une sombre affaire de disparition d’étudiants ! Esther va faire équipe avec un vampire, l’agent Loan et ce duo va se révéler électrique tant les deux personnages ont des personnalités opposées. 

Les personnages sont un des gros points forts de ce récit que j’ai trouvé finalement bien moins caricatural qu’on aurait pu le croire. Les traits de caractère des personnages sont bien évidemment forcés, mais ils sont assez bien construits et ils assez attachants pour ne pas devenir totalement insupportables ! Ainsi l’effronterie d’Esther et la grande réserve de l’agent Loan nous offrent des dialogues truculents. Ajoutez à cela un petit fantôme des plus mignons et vous obtiendrez un roman à l’ambiance très rafraîchissante. Bon petit bémol sur les méchants qui, pour le coup, sont bien caricaturaux et ressemblent à des méchants de dessins animés aux ambitions complètement irréalistes. On ne peut pas tout avoir, mais globalement l’humour fonctionne très bien en s’appuyant sur des nombreuses références très modernes et en  se jouant des conventions !

Un récit dynamique et enjoué

Maëlle Desnard nous emmène dans une intrigue qui va à 100 à l’heure. Le rythme du récit est effréné et la plume légère et enjouée rend ce roman très dynamique et agréable à lire. Il est vrai que l’intrigue part légèrement dans tous les sens, mais le récit reste assez aisé à suivre et le nombre limité de personnages aide à ne pas être perdus. L’enquête reste cependant vraiment secondaire et je pense qu’il ne faut pas lire ce roman en se basant sur cet aspect. En effet, même si les enjeux de l’enquête sont importants, les ficelles menant à sa résolution sont énormes et son dénouement un peu trop simple. C’est d’ailleurs, ce que je reprocherais au récit, la fin dénote un peu trop du reste du roman dans le ton et la manière dont les personnages se sortent des situations difficiles. Cependant, cette fin colle bien à l’ambiance générale très légère de l’intrigue et cette enquête n’est finalement pas le plus important. 

Ainsi, l’intérêt du récit se porte plutôt dans les interactions entre les personnages et l’évolution des liens qui les unit. Ce dernier élément est d’ailleurs finement construit et rend certaines scènes assez touchantes. Il n’y a d’ailleurs aucune romance dans ce récit et c’est agréable de voir un roman jeunesse sans romance. Preuve que c’est possible ! Enfin pour ne rien gâcher, j’ai également été agréablement surprise par la mythologie inventée par l’autrice. Elle a en effet créé un contexte historique lié différent aux créatures ainsi que des liens entre les différentes « espèces » permettant d’apporter juste ce qu’il faut de richesse au récit ! Bref si vous avez envie d’une lecture légère et prenante qui vous fera sourire entre deux romans plus sérieux, Les tribulations d’Esther Parmentier pourrait bien faire l’affaire !


Conclusion


Les tribulations d’Esther Parmentier est un roman qui ne se prend pas au sérieux et joue avec les conventions sociales. Porté par le personnage d’Esther, une jeune fille aussi déjantée qu’effrontée, ce récit se démarque par son humour truculent. Entre les interactions hautes en couleur entre les personnages et les situations rocambolesques dans lesquelles ils se retrouvent, difficile de s’ennuyer au cours de cette lecture. Un roman léger et rafraîchissant, une lecture détente idéale pour l’été !

TB lecture

5 réflexions sur “[Chronique] Les tribulations d’Esther Parmetier, de Maëlle Desard

  1. OmbreBones 15 juillet 2020 / 13 h 35 min

    Très surprise (en bien) de ta chronique parce que je ne me serais jamais arrêtée sur ce roman autrement ! Hop sur ma liste 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 15 juillet 2020 / 16 h 42 min

      Oui je n’en attendais vraiment rien non plus et c’est sûrement la raison qui fait que c’est bien passé. Après je suis pas forcément convaincue que ça te plaise, mais ça se tente !

      Aimé par 1 personne

      • OmbreBones 15 juillet 2020 / 16 h 46 min

        Qui sait si j’ai l’occasion via un prêt ou autre ! Je ne vais pas forcément me ruer dessus mais je me le note au cas où, parfois c’est bien d’avoir des titres légers sous le coude o/

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s