[Chronique] Pandemonium, d’Aurélie Mendonça #PLIB2019

quicksquare_20181222154536925
 –

« Le visage de Lucifer devient un masque glacé. Sans un mot, il fait un pas en arrière. Sans sa proximité qui semblait me soutenir à elle seule, je sens mes jambes trembler et je m’effondre en me demandant ce m’attend, à présent. Le Dieu des Enfers Punitifs émet un claquement de langue agacé, puis plaque sur ses lèvres un sourire aussi terrifiant qu’ironique. »


 
preview
Pandemonium
Auteure
 : Aurélie Mendonça
Illustration : Emilie Garcin
Éditeur : Éditions du chat noir
Genre : Fantastique
Date de parution : 14/09/2018
Nombre de pages : 292
Prix : 19,90 €
#ISBN9782375680643

Synopsis :
Chacun à sa manière cherche le sens de la vie. Moi, j’essaie au quotidien de donner du sens à la mort.
Je me nomme Elena Lautturi et je suis thanatopractrice. Croque-mort autrement dit. L’image ne manque pas de mordant… Des civilisations plus anciennes m’auraient désignée comme une passeuse d’âmes. Ce que je suis, au figuré comme au propre…
Une mésaventure aux enfers a fait de moi l’employée spéciale de la déesse Hela. Ma mission est simple: m’assurer que chaque âme destinée à son royaume arrive à bon port, tout cela sous couvert de mon humble entreprise de pompes funèbres, le Pandemonium.
L’enfer est un lieu complexe et je fais partie des nombreux rouages qui permettent son bon fonctionnement. Malgré mon professionnalisme, il apparaît évident qu’une entité inconnue et puissante me considère plus comme le grain de sable dans la machine.
Aujourd’hui, je suis menacée…
Moi et les destin de toutes ces âmes qui dépendent de mes soins…

MON avis

J’avais repéré ce roman depuis sa sortie, car je me renseigne beaucoup sur tout ce qui touche à la médecine légale et aux transformations du corps après la mort de manière générale (je ne suis pas une psychopathe, promis, juste une scientifique curieuse !) et pourtant je n’avais toujours pas trouvé le temps de lire ce roman ! Le fait qu’il ait été sélectionné pour le #PLIB2019 a fini de me convaincre de l’acheter et de le dévorer sans attendre ! 

Je n’ai pas été déçue par la manière dont le thème de la mort a été traité. On suit le personnage principal, Elena dans son quotidien de croque-mort et on sent que l’autrice s’est très bien renseignée sur ce métier. J’ai beaucoup aimé le fait que, outre l’aspect mortuaire avec la prise en charge et les soins apportés aux cadavres, l’autrice se concentrait énormément sur l’aspect humain de ce métier. Elena est très souvent confrontée aux familles endeuillées et la manière dont elles s’adaptent aux personnes est très intéressante et fait réfléchir. Il faut parfois avoir le cœur bien accroché, car certaines scènes sont assez déprimantes et je ne vous conseille donc pas de lire ce livre si vous êtes en période de deuil. Cependant, le côté un peu glauque dû au thème est très bien contrebalancé par énormément d’humour et des scènes parfois assez burlesques ! 

Mais, ce qui donne un vrai plus à ce roman est son aspect mythologique avec la revisite du mythe des enfers. L’autrice s’est inspirée de différentes mythologies (grecque, nordique…) et a créé un univers très abouti et original pour ce roman. J’ai adoré découvrir les destins possibles après la mort, rencontrer des dieux, des déesses et autres créatures des enfers. J’ai vraiment été emballée par la description de ces enfers et par la manière assez complexe et plutôt réaliste, si on peut dire, dont ils sont gérés ! Les passages qui se déroulent dans les enfers donnent beaucoup de rythme au récit et nous rendent très curieux de connaître tous les mystères que renferment ce lieu et ses habitants…

J’avais peur qu’en moins de 300 pages, l’autrice ne prenne pas assez de temps pour approfondir l’intrigue et les personnages, mais j’ai été agréablement surprise. Le personnage principal, Elena, est très bien détaillée. L’intrigue nous livre beaucoup d’éléments sur son passé et on sent qu’il s’agit d’un personnage très juste et humain. Les personnages secondaires sont moins développés, mais je n’ai pas trouvé que cela nuisait à l’intrigue. Cependant, j’ai trouvé que la fin du roman partait un peu dans tous les sens et que la résolution finale était un peu trop facile au regard de la complexité de l’univers. C’est la seule chose que je reprocherai à ce récit qui était quand même très réussi !

Conclusion

Ce roman aborde le thème difficile de la mort avec une touche d’humour très appréciable qui permet d’adoucir les passages difficiles. La mythologie créée à partir du mythe des enfers est très originale et donne au roman beaucoup de rythme et de mystères. Ces éléments ont fait que j’ai globalement beaucoup apprécié cette lecture très divertissante même si j’ai été un peu moins convaincue par la résolution finale ! 

TB lecture

Publicités

Une réflexion sur “[Chronique] Pandemonium, d’Aurélie Mendonça #PLIB2019

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s