[Chronique] L’héritage des Rois Passeurs, de Manon Fargetton

L'héritage des rois Passeurs
 –

« Ce qu’ils allaient à présent accomplir reposait sur des hypothèses mais, après tout, les hypothèses d’un dieu millénaire étaient sûrement plus dignes de confiance que la plus profonde certitude d’un mortel. »


 
l'héritage des rois passeurs
L’Héritage des Rois Passeurs
Autrice :
Manon Fargetton
Illustrateur : Magali Villeneuve
Éditeur : Bragelonne / Milady
Genre : Fantasy
Date de parution : 15 avril 2015
Nombre de pages : 473
Prix : 8,20 €
Synopsis
La dernière héritière d’une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l’éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d’Ombre. Voici l’histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d’Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

MON avis

Un univers inventif

Ne sachant rien de ce roman, j’ai été particulièrement étonnée de découvrir certains personnages évoluer dans notre réalité. Je m’attendais à un univers de fantasy complètement inventé et j’ai donc été très agréablement surprise par le monde créé par l’autrice. En effet, le récit repose sur la présence de deux mondes parallèles : Rive (le nôtre) et Ombre que seuls les Passeurs peuvent traverser. Ainsi le début du roman se déroule en alternance entre les deux mondes pour finalement concentrer l’action en Ombre où le système politique est particulièrement instable du fait de la mort de la Reine. 

La présence de ces mondes parallèles casse le côté très classique de ce roman, puisque l’autrice a inventé toute une mythologie avec des codes très précis, des groupes de personnages ayant des pouvoirs particuliers ainsi qu’un pan historique qui relie les deux mondes. Si Ombre se construit de manière assez classique dans son système politique avec une séparation du pouvoir entre la royauté, le clergé et les mages, le pouvoir royal a la particularité de se transmettre de femmes en femmes. On sent une volonté féministe de la part de l’autrice qui est extrêmement bien développée à travers le système politique, mais également grâce aux deux héroïnes Enora et Ravenn. Il s’agit de deux femmes fortes et indépendantes qui n’ont rien à envier aux hommes. Elles représentent peut-être un peu le cliché de la femme forte des récits féministes, mais c’est en même temps agréable de voir un récit où les femmes sont autant mises à l’honneur ! 

L’autrice gère extrêmement bien le rythme de son intrigue et le dévoilement de son univers. Si l’intrigue reste assez classique pour de la fantasy, l’autrice joue beaucoup sur les complots et les retournements de situation, ce qui rend le récit assez captivant. Cette intrigue dynamique associé à cet univers hyper inventif qui se dévoile peu à peu et ne finit pas de nous surprendre donne un côté très addictif au roman. Cependant, plus le récit avance, plus on remarque des plus ou moins grosses facilités scénaristiques, notamment les allusions à Sav-Loar qui arrivent de manière assez maladroite. Si ces défauts ont quelque peu atténué mon enthousiasme, c’est surtout le traitement des personnages qui m’a légèrement fait grincer des dents. 

Des personnages trop parfaits

L’héritage des Rois Passeurs met en avant une large gamme de personnages principaux et secondaires, tous sont construits de manière assez similaire et appartenant au même « camp » (avec donc des motivations communes). Les antagonistes sont peu décrits et globalement assez peu présents dans le récit. Le roman met donc en avant un seul point de vue comme si les personnages principaux représentaient forcément la raison et avaient des revendications légitimes contrairement à ceux qu’ils affrontent. Outre une vision très manichéenne des choses, j’ai été dérangée par la différence entre les actes des personnages et la manière dont ils étaient présentés. De manière générale, les personnages principaux sont très peu nuancés et semblent n’avoir absolument que des qualités. Pourtant ils ont bien des failles, l’autrice a par exemple eu la très bonne idée d’introduire un personnage alcoolique, ce qu’on voit très peu. Malheureusement son alcoolisme est complètement idéalisé et fait plutôt ressentir de la tendresse pour lui au lieu de le présenter comme un réel problème. De plus, ces personnages si parfaits, le sont beaucoup moins quand on observe leurs actes. Complots, vengeances, tuerie de personnages innocents, ils n’ont pas plus de scrupules que les grands méchants qu’ils affrontent… Et pourtant on les présente comme des personnages purs et innocents ce qui m’a mise vraiment mal à l’aise. De tels actes ne devraient être commis que par des personnages gris assumant leurs actes avec du recul. Ce n’est absolument pas le cas ici, les personnages étant eux-mêmes persuadés d’être les gentils de l’histoire, ce qui pose question sur leur propre moralité.

Pour autant ces personnages sont attachants et il est très facile de les apprécier. Je suis persuadée que si je n’avais pas l’habitude de lire de la fantasy, je n’aurais même jamais vu ces problèmes ! Cela n’empêche donc pas de passer un bon moment avec ce roman qui est un très bon divertissement. Enfin bref, je suis très curieuse de lire la suite pour voir si l’autrice a mieux construit ses personnages les rendant plus nuancés et plus crédibles dans leurs actes !


Conclusion


L’héritage des Rois Passeurs a été une agréable surprise. J’ai découvert un univers très inventif nous emmenant de surprises en surprises grâce à une mythologie très bien maîtrisée et une touche bienvenue de féminisme. L’intrigue, bien que classique et comportant quelques facilités, est dynamique et addictive, et nous offre un excellent divertissement. Je suis plus réservée à propos des personnages qui sont attachants, mais trop parfaits et manichéens. Leur description ne m’a pas semblé coller avec les actes qu’ils commettent sans jamais éprouver de remords. 

tb lecture

10 réflexions sur “[Chronique] L’héritage des Rois Passeurs, de Manon Fargetton

  1. OmbreBones 23 mai 2020 / 8 h 19 min

    Ma lecture de ce roman remonte à 2017 je crois donc c’est trop loin pour que je me souvienne si j’avais eu un sentiment semblable sur les personnages. Je me rappelle par contre avoir été bien plus enthousiaste au sujet de Sav Loar donc j’espère que tu seras séduite toi aussi 😊

    Aimé par 1 personne

  2. lefantomevagabond 23 mai 2020 / 9 h 01 min

    J’ai beaucoup aimé le premier tome, il faut que je le relise avant de commencer le 2, ma lecture date de beaucoup. Je n’avais pas souvenir de cette simplicité au niveau des personnages, du coup je vais y prêter attention à la relecture

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s