[Chronique] Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, de Noémie Wiorek

Les chats des neiges
 –

« J’attends les prophéties. Douces prophéties, pleines de vérités. Nous devons entortiller nos propres fils, trancher ceux qui porteraient atteinte à nos desseins, coudre et tisser. J’ai l’intuition que les ténèbres vont vaincre. Je sais que la neige recouvrira le monde. »


 
couv9674992
Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver
Autrice :
Noémie Wiorek
Illustrateur : François-Xavier Pavion
Éditeur : L’homme sans nom
Genre : Fantasy
Date de parution : 1 juin 2020
Nombre de pages : 403
Prix : 21,90 €
Synopsis

Morz est la terre la plus au Nord du monde. Des siècles plus tôt, la neige a cessé de tomber et la glace a fondu, devenue une boue informe et immonde.
Il y a une ombre dans l’Est de Morz ; celle de Noir, un esprit maléfique prêt à tout pour provoquer la ruine du royaume. Sur ses talons court le Second, un guerrier prodigieux, plus cruel et féroce que tous les séides gravitant autour d’eux.
Il y a un enfant sur le trône de Morz : on attend de lui la ferveur de ses ancêtres pour maintenir le royaume dans la Lumière. Mais le prince Jaroslav doute de sa place, de son pouvoir et ne souhaite qu’une seule chose : vivre en paix.
Et dans le Nord, près des montagnes, ourdissent les sorcières, vengeresses, dévorées par le rêve incertain de refaire un jour tomber la neige sur leur monde déchu.

MON avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’homme sans nom pour l’envoi de ce service-presse. Il s’agit d’un roman dont la sortie a été affecté par la crise du coronavirus et dont la sortie a été repoussée en juin. N’hésitez donc pas à soutenir la maison d’édition dans ce contexte particulier !

Un roman d’atmosphère

Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, quel titre magnifique qui m’a tout de suite donné envie de découvrir ce roman. Et à l’intérieur, on trouve un texte à l’image de ce titre, un peu brumeux, souvent poétique et toujours introspectif. La plume de Noémie Wiorek est très agréable, douce et sombre à la fois. L’autrice a une facilité pour décrire les paysages et les ambiances nous offrant un récit d’atmosphère très immersif. Il est aisé de s’imprégner de cet univers dans lequel des figures fantasmées du bien et du mal s’affrontent dans l’espoir de faire revenir (ou non) la neige dans cette contrée. Espoir un peu vain, mais qui anime les personnages au plus profond de leur être les conduisant même jusqu’à la folie. 

Ne cherchez pas de grandes scènes d’action dans ce récit qui se concentre surtout sur les quêtes personnelles des personnages. Si ces scènes sont présentes, elles sont assez courtes et le rythme du récit demeure assez lent du début à la fin. J’ai d’ailleurs regretté ces longueurs dans le milieu du récit, un peu las de voir les personnages à ce point bloqués par leurs propres doutes. Bien heureusement, tout se débloque dans la troisième et dernière partie du roman qui a réussi à me re-captiver et que j’ai lu quasiment d’une traite. Cette dernière partie marque la prise de décisions des personnages : continuer à lutter contre la folie ou alors s’y plonger corps et âme… Tout s’éclaire enfin dans cette dernière partie qui offre un final mélangeant mélancolie et amertume. 

La lutte entre le bien et le mal

Sous la belle plume de Noémie Wiorek, le récit interroge sur les notions de bien et de mal. Le traité utilisé peut sembler assez stéréotypé : opposer la figure de la lumière portée par le prince Jaroslav et celle des ténèbres portée par d’étranges créatures menées par un démon, Noir, et son second Agnieszka, humaine ou sorcière ?

Finalement, ces personnages sont bien moins manichéens qu’on pourrait le croire et sont tous animés par un but qu’ils croient être le bon. L’autrice place son récit alternativement dans les deux points de vue, on se retrouve donc à suivre les deux entités représentant le bien et le mal sans pouvoir vraiment choisir un camp plutôt qu’un autre. Par ce procédé, l’autrice nous montre qu’il n’y a qu’un pas entre l’ombre et la lumière et que même le chemin de la lumière peut conduire aux ténèbres. Le personnage d’Agnieszka est le plus nuancé et le plus révélateur de cette dualité entre le bien et le mal. C’est un personnage qui doute sans cesse de ses convictions, des choix qu’elle a fait et de ce qui est juste. C’est un personnage assez attachant malgré le fait qu’on ne puisse pas vraiment la comprendre.  

Ainsi, la manière dont l’autrice se joue des clichés de la fantasy est finalement assez bien pensé et fonctionne plutôt bien amenant des situations surprenantes. Le message finalement délivré en découle de manière naturelle sans être trop forcé ni convenu. De plus, à travers cette thématique, l’autrice interroge également sur d’autres choses comme les questions liées à la différence et à l’acceptation des autres. On peut également voir dans ce récit une réflexion écologique qui reste assez légère et bien intégrée dans l’intrigue. 


Conclusion


Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver nous emmène dans un récit d’atmosphère où l’ambiance onirique et poétique côtoie un côté sombre. Grâce à la très belle plume de l’autrice, on plonge dans un monde très immersif dans lequel le bien et le mal s’affrontent avec beaucoup plus de subtilité qu’on pourrait le croire. Finalement, l’autrice joue assez bien avec les stéréotypes du genre et nous offre un très beau texte très introspectif, mais qui souffre parfois d’une lenteur un peu trop marquée. 

bonne lecture

15 réflexions sur “[Chronique] Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, de Noémie Wiorek

  1. OmbreBones 18 juillet 2020 / 11 h 30 min

    Belle chronique ! Je me tâte toujours par rapport à l’aspect lent j’ai pas l’impression que c’est fait pour moi. J’attends de voir si le déclic se produit.

    Aimé par 1 personne

  2. lasorcieredesmots 19 juillet 2020 / 12 h 36 min

    La couverture est vraiment sympa ^^ l’idée de ce roman a vraiment l’air bien et je crois que je me laisserais tenter bien volontiers par cette histoire, malgré les bémols que tu as notés 😀

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 19 juillet 2020 / 19 h 37 min

      Oui j’adore le titre et la couverture (l’intérieur aussi est très beau) ! Si tu penses que ces bémols ne te gêneront pas, je te le conseille ! 😀

      J'aime

  3. veryimportantbook 19 juillet 2020 / 14 h 53 min

    Ce titre est effectivement très réussi

    Aimé par 1 personne

  4. Les Fantasy d'Amanda 19 juillet 2020 / 15 h 32 min

    Je suis d’accord avec toi sur l’ensemble des points abordés. J’ai aussi trouvé que l’auteure laissait planer le mystère sur certaines parties de l’histoire, ce qui m’a un peu frustrée. Du reste, les longueurs m’ont aussi posé problème, même si la dernière partie est beaucoup plus dynamique, heureusement. 😉

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 19 juillet 2020 / 19 h 39 min

      Oui la dernière partie rattrape bien les choses et c’est vrai qu’il y a pas mal de mystères, mais ça ne m’avait pas dérangée plus que ça !

      Aimé par 1 personne

  5. Baroona 19 juillet 2020 / 18 h 36 min

    Ce n’est pas la première fois que je vois un avis « pas mal mais loin d’être parfait » donc je ne suis pas sûr de le tenter un jour. Mais le titre en lui-même claque et donne envie, c’est certain. ^^

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 19 juillet 2020 / 19 h 40 min

      Oui j’ai l’impression qu’on est plusieurs à avoir à peu près le même avis, ça donne une bonne idée du roman !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s