[Chronique] Lady Helen – tome 3 : L’ombre des mauvais jours, d’Alison Goodman

Lady Helen 3
 –

« La parole d’une femme semblait toujours sujette à caution. L’intransigeance de l’homme était du ressort de l’homme. Du moins, c’était ce qu’affirmait le monde, et le monde était assurément du ressort de l’homme. »


 
couv20403596
L’Ombre des mauvais jours
Autrice :
Alison Goodman
Traducteur : Philippe Giraudon
Illustratrice : Marion Louw
Éditeur : Gallimard
Genre : Historique / Fantastique
Date de parution : 20 juin 2019
Nombre de pages : 650
Prix : 21 €
Synopsis

Bath, décembre 1812… Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs : sa mission de Vigilante Suprême n’est pas encore accomplie. Cette double vie met Helen au supplice : non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique Lord Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses pouvoirs. La confrontation finale avec leur grand ennemi, l’Abuseur Suprême, est imminente…

MON avis

J’avais adoré les deux premiers tomes de la saga Lady Helen, une trilogie mêlant de manière très réussie des éléments fantastiques liés à la présence de créatures nommées les Abuseurs à un cadre historique très recherché. 

Un dernier tome dans la lignée des précédents

Pas de surprise pour ce troisième tome, on y retrouve l’ambiance si singulière de la saga et les mêmes forces et faiblesses que les tomes précédents. C’est d’ailleurs bien la grande force de cette saga, l’autrice reste très régulière que ça soit au niveau du rythme de l’intrigue, des rebondissements ou de son atmosphère. Ainsi, chaque tome est d’un niveau équivalent, le tome 2 n’est pas un tome de transition et je pense que si on apprécie le premier tome, il y a de grandes chances pour que la suite plaise aussi ! 

Ainsi tout comme ses prédécesseurs, L’ombre des mauvais jours possède une intrigue assez lente, notamment dans la première partie du récit. Cela s’explique par le fait que l’autrice prenne son temps pour détailler le contexte historique, chaque tome se déroulant dans un cadre un peu différent. L’ambiance de la Régence reproduit avec beaucoup de perfectionnisme de la part de l’autrice donne toujours autant de charme au récit. Dans ce tome, l’autrice développe des thématiques liées à la place de la femme dans la vie quotidienne et la thématique du mariage tout en considérant les différentes classes sociales. Ainsi l’héroïne a parfois des réactions assez agaçantes pour une femme du XXIe siècle, mais qui correspondent totalement à la société dans laquelle elle évolue et c’est assez intéressant de voir de quelle manière les choses ont évolué jusqu’à aujourd’hui. 

Finalement, l’autrice utilise un cadre historique très solide en s’inspirant de lieux et de personnages qui ont réellement existé, ce qui rend le roman très immersif et assez dépaysant. Le tout associé à la plume très fluide de l’autrice donne un côté addictif au récit qui devient vite difficile à lâcher. 

Un final qui répond à toutes les attentes

En ce qui concerne l’intrigue, ce dernier tome donne également entière satisfaction. Le dénouement de la saga reste prévisible, mais répond parfaitement au cheminement mis en place au cours de la trilogie. Ce qui importe le plus dans ce tome est donc bien la manière dont la conclusion va être amenée et là l’autrice nous réserve beaucoup de surprises et de rebondissements. On pourrait croire au milieu de l’intrigue que tout se résout un peu trop facilement, mais c’est finalement loin d’être le cas. L’autrice continue de développer sa mythologie autour des abuseurs qui devient assez complexe et elle finit de répondre à toutes les questions laissées en suspens. Ce dernier tome nous offre ainsi une intrigue extrêmement maîtrisée, remplie de petits clins d’œil, et de révélations. 

Je dois avouer que j’ai passé quelques passages de romance dans ce tome, mais Lady Helen est l’une des très rare saga où la romance ne me dérange pas. Et pourtant, dans ce troisième tome, on est en plein triangle amoureux, cliché que je n’apprécie pas vraiment d’habitude ! Mais le charme des personnages rend la romance agréable à suivre d’autant plus qu’elle est fortement appuyée par le contexte historique et ne prend pas le pas sur les aventures et l’aspect fantastique du récit. Finalement, Alison Goodman aura réussi à extrêmement bien doser chaque élément, rendant cette saga unique en son genre et si elle décide un jour de continuer les aventures de Lady Helen, je serais au rendez-vous !


Conclusion


Ce dernier tome de la trilogie Lady Helen est dans la continuité des tomes précédents et conclut brillamment la saga. L’autrice continue de développer et de complexifier la mythologie autour des abuseurs nous offrant une intrigue très riche en rebondissements et en révélations. Le mélange entre romance, fantastique et histoire est toujours aussi bien réalisé et maîtrisé rendant ce dernier tome tout aussi plaisant à lire que les précédents. petit coup de coeur


LogoDefiCortex

3 réflexions sur “[Chronique] Lady Helen – tome 3 : L’ombre des mauvais jours, d’Alison Goodman

  1. lauradesmots 8 août 2020 / 10 h 44 min

    J’ai les trois tomes dans ma PAL, il faut vraiment que je me lance !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s