[Chronique] L’Empire d’écume – tome 1 : La fille aux éclats d’os, d’Andrea Stewart

L'empire d'écume
 
« J’avais toujours imaginé que la mort viendrait me cueillir au milieu de l’océan, sous la forme d’une tempête, d’une volée de flèches impériales ou d’un couteau Ioph Carn entre les omoplates. Il faut croire que la mort, comme la vie, fait rarement ce qu’on attend d’elle. »


couv4398977
 
L’Empire d’écume – tome 1 : La fille aux éclats d’os
Autrice :
Andrea Stewart
Traduction : Laurence Boischot
Illustration de couverture : Johann Bodin
Éditeur : Bragelonne
Genre : Fantasy
Date de parution : 15 mai 2021 (VF)
Nombre de pages : 601
Prix : 16,90 € 
 
Synopsis
Sur toutes les îles de l’Empire, on prélève sur chaque enfant un éclat d’os derrière l’oreille, lors d’un rituel trop souvent mortel. Depuis son palais, l’empereur utilise ces précieux fragments pour créer et contrôler de redoutables chimères animales, les concepts, qui font régner la loi. Mais son autorité vacille et partout la révolte gronde.
Sa fille, Lin, a été privée de ses souvenirs par une étrange maladie et passe ses journées dans l’immense palais plein de portes closes et de noirs secrets. Pour regagner l’estime de son père, elle décide de se lancer dans le périlleux apprentissage de la magie d’os.
Une magie qui a un prix… Alors que la révolution vient frapper aux portes du palais, Lin devra décider jusqu’où elle peut aller pour reconquérir son héritage… et sauver son peuple.
 
 
MON avis
La fille aux éclats d’os avait déjà retenu mon attention lors de sa sortie en VO et je n’ai donc pas hésité à le précommander en apprenant sa sortie en français, malgré son classement en young adult en France alors qu’il a été écrit comme un roman adulte. Il s’agit du premier tome d’une trilogie parut sous le titre sous le titre The bone shard daughter en 2020.  

Des voix plus ou moins bien mises en avant

La fille aux éclats d’os est un récit choral dont les chapitres alternent entre quatre grands points de vue :

  • Lin, la fille de l’Empereur qui est en compétition avec le fils adoptif de l’Empereur, Bayan, pour récupérer le trône ;
  •  Jovis, un contrebandier parcourant le monde à la recherche de sa femme enlevée 7 ans plus tôt ;
  • Ranami/Phalue, un couple de lesbiennes issu de classes sociales très différentes ;
  • Sable, un personnage plus mystérieux dont on apprend l’identité à la fin de ce premier tome. 

Si les quatre points de vue existent dans le roman, ils ne sont pas mis en valeur de la même manière. Ainsi Andrea Stewart développe beaucoup plus les personnages de Lin et Jovis. Le personnage de Sable est un peu à part puisqu’il permet d’apporter la touche de mystère au récit et n’est dont présent que par petites notes. Par contre, on sent que les personnages de Ranami/Phalue sont bien moins étoffés que les autres. Ce sont les seuls personnages dont le point de vue n’est pas conté à la première personne, ce qui met directement de la distance vis-à-vis d’elles. Dès le départ, on sent que l’autrice accorde bien moins d’importance à la présentation de ces deux personnages et à leur développement, ce qui rend ce point de vue bien moins réussis que les autres. Andrea Stewart prend son temps pour introduire les personnages de Lin et de Jovis, pour leur forger une personnalité et des buts assez forts. Au contraire le couple Ranami/Phalue est très cliché, l’intrigue qui entoure ces personnages est une lutte de classe sans grand intérêt, car déjà vu et qui manque surtout énormément de nuances. J’ai eu l’impression que l’autrice elle-même ne savait pas comment gérer ce pan de l’intrigue et le laissait donc un peu de côté. Le roman n’aurait rien perdu s’il se concentrait uniquement sur les trois autres points de vue, selon moi. 

Un roman de fantasy classique, mais avec de belles promesses

Andrea Stewart propose avec La fille aux éclats d’os un univers qui repose sur des enjeux extrêmement classiques en fantasy. Ainsi on y retrouve un peuple opprimé par un Empereur tout puissant et la mise en place d’un début de rébellion contre le système. L’intrigue de ce premier tome ne révolutionne ainsi absolument pas le genre de la fantasy et est finalement assez introductive. Ce début de trilogie sert vraiment à définir les enjeux et à mettre en place les différents personnages dans le rôle qui leur est dédié et la fin du premier tome laisse entrevoir de très belles ouvertures pour une suite peut-être moins classique. 

Le personnage de Lin est celui que j’ai trouvé le plus intéressant puisqu’en tant que fille de l’Empereur, elle est vraiment au cœur du système et va pouvoir faire bouger les choses de l’intérieur. L’intrigue autour de ce personnage est celle qui contient le plus de surprises et de rebondissements. L’autrice donne une essence très intéressante à ce personnage et réussit à rendre sa relation avec son père et son frère adoptif très vivante. Les liens qui unissent ces trois personnages sont particulièrement saisissants dans les non-dits qu’il y a entre eux et dans la compétition malsaine qu’on impose à Lin et Bayan. L’intrigue est parfois un peu répétitive du fait de l’action concentré uniquement à l’intérieur du palais et qui reprend toujours la même mécanique, mais le récit prend une direction assez ambitieuse et ce qui se met en place est vraiment très intriguant. J’ai également beaucoup aimé le personnage de Jovis. L’intrigue qui le concerne est plus linéaire, mais ce personnage possède un véritable charisme qui le rend très attachant. Jovis va également construire une certaine relation avec une créature très étrange nommé Mephi. Leur relation est l’un des points forts du récit, mais c’est vrai que j’ai toujours du mal à résister à une petite boule de poils qui parle ! 

Un univers un peu trop pauvre

Finalement, je reste assez partagée sur ce premier tome qui contient plein de belles promesses, mais dont j’attendais un univers plus original. Pour tout dire, j’ai même trouvé l’univers assez pauvre. Je n’en ai pas encore parlé, mais le monde créé par l’autrice se base sur la magie des os. Comme son nom l’indique, certains personnages vont pouvoir animer des choses à partir d’éclats d’os prélevés sur la population, ce qui est la base de leur oppression. Si cela semble très original au premier abord, j’ai finalement trouvé toute cette magie très éphémère. J’ai eu l’impression que l’autrice l’avait développé uniquement comme un prétexte pour apporter de l’originalité à cet univers très pauvre comme je le disais et également pour expliquer pourquoi le peuple se sent opprimer. Malheureusement, je n’ai pas trouvé que tous ces éléments s’intégraient très bien dans l’univers. Il manque énormément d’explications, la magie des os est réservée uniquement à l’Empereur et reste donc très restreinte. J’attendais quelque chose d’un peu plus grandiose avec cette magie et j’aurais surtout souhaité qu’elle soit incorporée de manière moins artificielle à l’histoire. 

J’ai donc pas mal de choses à reprocher à ce premier tome et, honnêtement c’est la fin pleine de rebondissements qui a remonté un peu la note, même si je passais globalement un bon moment. Néanmoins, c’est vraiment cette fin m’a donné envie de découvrir la suite qui comportera moins de points négatifs, je l’espère !


Conclusion


La fille aux éclats d’os est un roman de fantasy assez classique puisqu’il reprend le postulat du peuple opprimé par un Empereur tout puissant. Il repose sur la magie des os, un système assez original, mais que j’ai malheureusement trouvé un peu trop artificiel. Le roman met en scène plusieurs voix à travers un récit choral dont deux voies qui sortent réellement du lot, celle de Lin la fille de l’Empereur et de Jovis un contrebandier très charismatique. L’autrice s’est surtout concentrée sur ces deux voix au détriment des autres qui sont bien moins mises en avant et possèdent des enjeux très clichés. Heureusement, l’intrigue qui suit le personnage de Lin est bien mieux maîtrisée et nous offre de très beaux rebondissements notamment dans le dernier quart. Ce premier tome est finalement assez introductif posant les enjeux de l’univers, mais annonce de belles promesses pour la suite qui sera peut-être un peu moins classique que ce premier tome !

Bonne lecture

D’autres avis : Les blablas de TachanLight and smell – LianneL’ours inculte – Car0le My bo0ks – Songe d’une nuit d’été – Les Fantasy d’Amanda – Alice Neverland 

9 réflexions sur “[Chronique] L’Empire d’écume – tome 1 : La fille aux éclats d’os, d’Andrea Stewart

  1. tampopo24 16 juin 2021 / 6 h 35 min

    Même si j’ai globalement beaucoup aimé, je comprends les reproches que tu fais au titre sur l’univers un peu classique et étriqué, les personnages pas tous logés à la même enseigne. Mais j’avoue que je mystère, la magie et la relation Jovis-Mephy l’ont emporté chee moi 😅

    Aimé par 1 personne

  2. L'ours inculte 16 juin 2021 / 7 h 45 min

    Merci pour le lien !
    J’ai trouvé aussi quelques éléments moins convaincant mais dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment, j’ai hâte de lire la suite

    Aimé par 1 personne

  3. Light And Smell 16 juin 2021 / 20 h 08 min

    Je l’ai adoré ce premier tome, mais je comprends sans problème les points qui ne t’ont pas spécialement convaincue. J’avoue que si j’ai adoré le mystère qui entoure la magie d’os, je n’aurais pas été contre un système plus explicité et développé…

    Aimé par 1 personne

  4. Yuyine 29 juin 2021 / 10 h 11 min

    Moi qui suis friande de gros worldbuilding je risque de rester sur me faim. Je passe donc.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s