[Chronique] Celle qui venait des plaines, de Charlotte Bousquet

couv1693510

« Tu vois, j’étais aveugle, moi aussi. J’étais heureuse d’être à lui. Ce n’est pas ça, l’amour. On ne possède pas qui on aime. On se tient à ses côtés, pour le meilleur et pour le pire. »

Celle qui venait des plaines
Auteur
: Charlotte Bousquet
Éditeur
: Gulf stream
Date de parution
: 12 octobre 2017

Genre : Steampunk
Nombre de pages : 355
Prix : 17.50 €
Synopsis :

Le vert des hautes herbes surplombées par le feu orangé du soleil couchant sur les plaines du Dakota, les récits de victoires autour d’une flambée à la tombée de la nuit, les chevaux couleur de cendres, le tonnerre des canons, les rivières de sang…
Et soudain, le déracinement et l’enfermement à la Mission
Saint-James, l’apprentissage de la haine d’une culture immémoriale, la purification par la souffrance et une éducation de fer pour briser les volontés les plus tenaces.

Voici l’histoire de Winona, fille aînée du vent et de la lumière, héritière de traditions ancestrales qu’elle fut contrainte de recracher comme le pire des venins,
métisse éprise de liberté et de justice dont la route ne cesse de croiser celle des célèbres Steele men, cow-boys et mercenaires – pour le meilleur et pour le pire.

Mon avis

Sur les traces de Buffalo Bill, Calamity Jane et Crazy Horse, Charlotte Bousquet nous conte l’histoire et surtout la légende de Winona qui a grandi en pleine guerre de Sécession. Ce livre est percutant tant il met en scène la cruauté des Hommes et de la vie. Mais ces évènements, aussi tragiques soient-ils, sont racontés avec une telle poésie que ce livre nous happe et ne nous relâche plus avant la dernière page.

C’est assez difficile de parler de ce livre, tant il m’a touchée et bouleversée. C’est compliqué de mettre les mots justes sur tout ce que l’on ressent pendant cette lecture : l’horreur, la beauté de l’écriture, la force incroyable du personnage principal, sa légende. Tout ça se mélange pour donner une livre aussi banal qu’incroyable. Car, finalement ce qu’il nous raconte c’est simplement l’histoire de la vie avec ses épreuves, ses joies, sa colère et ses belles rencontres. Je ne vais pas vous en dire trop sur ce livre, car je pense qu’il faut le découvrir sans a priori.

Le début de ce roman est plutôt déroutant à cause de sa structure. J’ai trouvé qu’il était difficile au premier abord d’appréhender les différents personnages et leur histoire. J’ai parfois confondu certains personnages et dû retourner en arrière pour bien me souvenir de qui ils étaient. Les chapitres de ce livre ne sont pas dans l’ordre chronologique. D’un côté on découvre la légende de Winona racontée par ses ennemis et de l’autre on suit Winona qui nous conte elle-même sa propre histoire. La vérité derrière la légende. Et ces chapitres sont vraiment extrêmement forts et lourds de sens. Une fois son récit commencé, la vérité nous frappe de plein fouet.

Le personnage de Winona est incroyable. Elle fait preuve d’une sagesse et d’une force de caractère inimaginable. Je pense que si on la rencontrait réellement, on pourrait la décrire comme une femme qui impose directement le respect. Elle raconte son histoire de manière juste sans faux-semblants. Elle ne veut pas qu’on la plaigne, elle nous délivre seulement son expérience, comme un témoignage. J’ai beaucoup aimé également l’évolution du personnage à qui Winona fait ses confidences, le narrateur de ce livre en quelque sorte. Au début du récit, il est déterminé, il a un but précis. Puis, petit à petit, il commence à douter en entendant l’histoire de Winona, il représente bien le trouble que nous, lecteurs, pouvons ressentir.

J’ai également beaucoup aimé découvrir la manière dont s’est construit la légende de Winona. Et finalement la différence entre ce que l’on raconte et la réalité. J’ai été parfois assez étonnée par la tournure des choses, mais on se rend compte que les choses sont comme elles devaient l’être.

Finalement, une fois ce livre refermé, je n’avais qu’une envie : le recommencer.

Conclusion

Charlotte Bousquet nous raconte avec une poésie incroyable l’histoire et la légende d’une jeune amérindienne, Winona, durant la guerre de Sécession. Je ne m’attendais pas à une histoire aussi dure et bouleversante et en même temps si belle. Ce récit nous emprisonne au milieu de sentiments contradictoires pour nous montrer que la réalité est souvent bien éloignée de la légende, mais que la vie est ainsi et qu’il faut la savourer. C’est en tout cas ce que je retiens de cette histoire qui va rester longtemps gravée dans ma mémoire.

coup de coeur2

9 réflexions sur “[Chronique] Celle qui venait des plaines, de Charlotte Bousquet

  1. leslivresderose 5 décembre 2017 / 22 h 24 min

    J’ai acheté ce ;ivre en raison de sa thématique! Après avoir lu ta chronique, je suis encore plus convaincue qu’il va me plaire!! 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s