[Chronique] Vaisseau d’Arcane – tome 1 : Les Hurleuses, d’Adrien Tomas

 
 –

vaisseau d'arcane

« C’est alors qu’Elle parle. Elle se penche à son oreille, Elle murmure : « Ton voyage commence ». Il n’a pas le temps de protester. La plaine et l’orage lui sont arrachés, il traverse des milliers de kilomètres en une fraction de seconde. Il est ailleurs. »


couv22565186
Vaisseau d’Arcane
Auteur :
Adrien Tomas
Illustration : Qistina Khalidah
Éditeur : Mnémos
Genre : Fantasy
Date de parution : 28 août 2020
Nombre de pages : 380
Prix : 21 €
Acheter
 
Synopsis
Au Grimmark, la magie peut foudroyer en un éclair. Ses victimes, les Touchés, ne sont plus jamais les mêmes : ils possèdent une incroyable puissance, mais leurs esprits sont à jamais anéantis. Lorsque son frère Solal est frappé par l’Arcane, Sof, infirmière raisonnable et sans histoire, décide de tout risquer pour le sauver du destin de servitude qui l’attend. Dans leur fuite éperdue à travers les steppes infinies et les forêts boréales, ils découvriront un monde sublime et redoutable. Mais leur liberté est vue comme un affront, leur existence même comme un blasphème. Dans leur ombre, des factions s’affrontent, tissant autour d’eux un écheveau de machinations dont elles tirent les fils avec une virtuosité machiavélique. La magie n’est pourtant pas une puissance qui se dompte…

MON avis

Une construction d’univers particulièrement réussie 

Les Hurleuses est le premier tome d’un dyptique de fantasy et ma première découverte de la plume d’Adrien Tomas. L’éditeur classe ce roman comme appartenant au genre du steampunk mais, d’après les blogopotes, le roman appartient davantage à l’arcanepunk. En effet, dans ce récit la technologie tourne autour de « l’arcane » et non réellement de la vapeur (n’hésitez pas à aller voir d’autres chroniques pour en savoir plus). Ainsi si l’action se situe bien en pleine ère industrielle, les machines fonctionnent grâce à la magie et plus particulièrement grâce à l’Arcane représentant en quelque sorte la source de cette magie. On sait assez peu de choses sur l’Arcane dans le récit et sur l’origine de ce phénomène, cependant elle est au cœur de la société créée par Adrien Tomas à la fois énergie inépuisable et immense danger. La puissance de l’Arcane entraîne la formation de puissants orages dont les éclairs anéantissent mentalement et parfois physiquement ceux qu’ils foudroient. C’est le sort qui arrive malheureusement à Solal en début de récit, conduisant sa sœur Sof à fuir avec lui pour lui éviter d’être arrêté et utilisé par la société comme intermédiaire de l’arcane. 

Adrien Tomas a construit avec Vaisseau d’Arcane un univers particulièrement intéressant, d’une grande densité et originalité. Outre toute cette société construit autour de l’Arcane que j’ai évoquée dans le paragraphe précédent et qui démontre à elle seule l’imagination de l’auteur, le récit est également très riche dans son esthétique et met en scène des personnages d’une grande diversité. Plusieurs types de créatures peuplent ce monde et les humains côtoient ainsi des Orcs et ce qu’on appelle des Poissons-crâne. Je ne veux pas en révéler trop sur ces créatures, car elles valent le coup d’être découvertes, mais elles possèdent chacune des particularités étonnantes. Le mode de vie, les coutumes de ces créatures sont également très développées dans le récit lui apportant une grande richesse et le rendant assez immersif. De manière générale, l’univers est le grand point fort de ce récit et l’auteur le présente avec beaucoup d’intelligence. Les éléments formant l’univers nous sont distillés petit à petit au cours du récit, l’auteur sait donner les bonnes informations au bon moment pour éveiller notre intérêt et donner à l’intrigue juste ce qu’il faut de complexité, sans pour autant qu’il soit difficile de rentrer dans le récit. 

Une intrigue classique, mais efficace

L’intrigue est construite à la manière d’un roman choral, chaque chapitre nous donnant le point de vue d’un personnage différent. On retrouve notamment les points de vue de Solal, de Sof, de Nym un personnage assez ambigu travaillant comme assassin (ou plutôt opérateur) pour le compte de quelqu’un dont on ne connaît pas l’identité et de Gabba Do, un jeune Poisson-crâne qui reprend un rôle d’ambassadeur, mais qui sert surtout de marionnette à des personnages plus puissants. Cette manière de construire l’intrigue ne permet pas de lui donner un rythme particulièrement rapide. Entre les introspections des personnages et le développement de l’univers, l’intrigue n’avance pas très vite et reste sur un déroulé assez classique. Cependant, l’univers et les personnages sont suffisamment bien construits pour que l’intrigue reste toujours agréable à suivre et qu’on ressente assez de curiosité pour continuer à tourner les pages. J’ai particulièrement aimé les chapitres sur Nym et la psychologie de ce personnage. C’est le personnage autour duquel planent le plus de mystères nous envoyant sur de nombreuses fausses pistes. Les révélations qui surviennent à la fin concernant ce personnage sont particulièrement bien pensés par l’auteur et nous éclairent sur toutes les zones d’ombre du récit (même si rassurez-vous, il reste beaucoup de choses à découvrir pour la suite). Il faut quand même avouer que certaines actions semblent trop faciles et que tous les aspects autour du personnage de Nym ne sont pas forcément crédibles. Néanmoins, les révélations survenant à la fin de ce premier tome sont très efficaces et font oublier les petits défauts de l’intrigue !


Conclusion


Adrien Tomas nous offre un premier tome à l’univers extrêmement dense et riche aussi bien à travers son système de magie et son utilisation dans cette une ère de révolution industrielle que dans son esthétisme et dans la création des personnages. Le récit construit sous forme de roman choral mettant en avant l’introspection des personnages et le développement de l’univers rendent l’intrigue assez lente et plutôt classique dans son déroulé, même si elle reste toujours intéressante à suivre. Ce premier tome s’achève sur de très belles révélations inattendues et qui rassemblent plusieurs éléments de l’intrigue à la manière d’un puzzle et donnent très envie de lire la suite de ce dyptique !

tb lecture

D’autres avis : OmbrebonesLes chroniques du chroniqueurCélinedanae – Fantasy à la carte – BookenstockBoudiccaSamlor en livre – 

6 réflexions sur “[Chronique] Vaisseau d’Arcane – tome 1 : Les Hurleuses, d’Adrien Tomas

  1. OmbreBones 7 octobre 2020 / 8 h 15 min

    Merci pour le lien ! Je suis contente que tu aies bien aimé ta lecture, je partage ton avis dans l’ensemble d’ailleurs 😁

    Aimé par 1 personne

  2. plumesdelune 9 octobre 2020 / 12 h 55 min

    J’adore la couv’ ! il m’intéresse assez mais j’avais pas trop aimé le dernier de l’auteur (engrenages et sortilèges) alors je suis un peu mitigée XD
    Kin

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s