[Chronique] Le privilège de l’épée, d’Ellen Kushner

le privilège de l'épée


 
couv28882270
Le privilège de l’épée
Autrice : Ellen Kushner
Traduction : Patrick Marcel
Illustration : Zariel
Maison d’édition : ActuSF
Genre : Fantasy
 Réédition française : 20 mai 2022
Nombre de pages : 603
Prix : 22,90 €
 
Synopsis
Derrière ses salles de bal et ses boudoirs, Bords-d’Eaux dissimule ses luttes de pouvoir, entre manigances politiques et duels de rapière. Katherine se retrouve plongée dans cet univers quand elle arrive de sa campagne chez son oncle, le « Duc Fou de Trémontaine ». Auprès de lui, elle va comprendre que les règles sont faites pour être brisées. Katherine délaisse alors la voie du mariage qu’on voudrait la voir suivre pour lui préférer celle de l’épée et de ses privilèges.
MON avis
Le privilège de l’épée nous emmène dans le même univers qu’un autre roman d’Ellen Kushner : A la pointe de l’épée, également paru et réédité plusieurs fois chez ActuSF. Si les deux romans s’inscrivent dans un univers commun, ils peuvent tout à fait être lus indépendamment. Pour preuve, j’ai commencé par la lecture du Privilège de l’épée et n’ai aucun problème de compréhension, et je ne pense pas non plus que le plaisir de lecture en a été atténué. 
 

De quoi ça parle ?

Dans cet univers, Ellen Kushner invente une société en tout point inspirée par la France de l’Ancien Régime. Elle nous emmène donc dans une société patriarcale avec des strates sociales bien définies où les apparences sont reines pour conserver son statut. L’autrice met plus particulièrement en avant Katherine qui va être envoyée chez son oncle, le duc de Trémontaine, afin de sauver sa mère de la ruine. De la campagne, Katherine va être soudainement immergée dans les mondanités de la ville et plongée dans un univers plein de complots, de secrets et de trahisons. Mais le duc de Trémontaine a une ambition pour sa nièce qui est bien éloignée de ce qu’on attend d’une femme de son âge : la former au duel à la rapière. 
 

Des personnages haut en couleur

Ellen Kushner dessine avec habileté ses personnages, leur imprégnant bien de l’époque de l’Ancien Régime, tout en leur donnant un côté rebelle voire révolutionnaire les éloignant des clichés. Katherine est un personnage très agréable à suivre dans sa découverte des codes du monde des mondanités et son apprentissage de l’épée. Elève pas très douée, au caractère tranchant comme sa lame, elle va très vite imposer son point de vue et devenir une figure d’influence dans la société d’une manière assez originale et inattendue. C’est particulièrement agréable de découvrir le monde à ses côtés. On s’identifie aisément à elle, jeune fille un peu naïve qui se retrouve projetée dans un univers qu’elle ne connaît pas et auquel elle devra très vite s’adapter. 

Son oncle, le Duc de Trémontaine, surnommé le « Duc Fou » est lui aussi un personnage haut en couleur que j’ai beaucoup aimé découvrir. L’autrice conserve bien l’aura de mystère qui plane autour de ce personnage. Autant au sein de sa propre famille qu’au sein de la société, c’est un personnage qui a de nombreux secrets à cacher et dont la véritable personnalité ne se dévoile que petit à petit. Il possède à la fin un petit côté malsain ou dérangeant notamment à travers sa réputation et en même on sent qu’en grattant sous la surface, il cache de multiples autres facettes. Les autres personnages secondaires sont aussi réussis. Tous ont leur propre voix, leurs propres histoires et leurs objectifs qui les rendent crédibles et facilement attachants.  

Une intrigue entraînante

On ne voit pas les pages défiler à la lecture du Privilège de l’épée tant les personnages nous emmènent dans une aventure entraînante pleine de rebondissements, de lieux à découvrir et de secrets à élucider. L’autrice nous propose ici un roman de cape et d’épée très équilibrée entre duels, filatures, évolution des personnages, mondanités, amour du théâtre et de la littérature, vengeance, secrets de famille… C’est un récit très riche qui propose aussi bien un grand divertissement qu’une réflexion sur la place des femmes dans cette société très patriarcale. 

Ellen Kushner ne dessine pas un univers dans laquelle les femmes ont une place facile bien au contraire. Elle montre très bien ce qu’on attend d’une femme dans cette société puis renverse petit à petit les codes pour le dénoncer. Pour cela elle utilise plusieurs personnages féminins très différents : Katherine tout d’abord qui réussit petit à petit à allier sa féminité avec les combats à l’épée et à se faire accepter dans ce domaine. Katherine va également faire la rencontre d’Artemissia, une noble qui va rester très longtemps cantonnée dans ce que la société veut d’elle : en faire un bon parti d’un mariage arrangé. Mais face au comportement très problématique de son fiancée, la jeune femme va changer d’avis et se battre avec Katherine pour se venger et récupérer son honneur. Ellen Kushner montre la violence de la société pour les femmes, mais aussi pour tous ceux qui ne rentrent pas dans les codes. Mais elle montre aussi la force et le pouvoir de l’acceptation de soi. 

Le privilège de l’épée est ainsi un très beau roman mettant de très belles valeurs en avant. Il m’a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un coup de cœur, sûrement des enjeux plus clairement définis, mais j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces personnages forts et marquants.  

 
très bonne lecture
Cette chronique émane d’un service-presse des éditions ActuSF que je remercie !
 
D’autres avis : OmbrebonesCélindanaë –  

Publicité

15 réflexions sur “[Chronique] Le privilège de l’épée, d’Ellen Kushner

  1. OmbreBones 27 juillet 2022 / 7 h 41 min

    Je suis contente que tu aies aimé ce roman 😊 tu montres bien ses multiples points forts dans ta chronique, beau boulot !

    Aimé par 1 personne

  2. Steven 27 juillet 2022 / 8 h 00 min

    Je suis plus que convaincu et tenté suite ton élogieuse chronique ! Cette inspiration de l’ancien régime semple plus qu’envoutante. Je me les notes puisque je ne connais pas non plus l’autre roman cité.
    Merci à toi !

    Aimé par 1 personne

  3. Les Mots de Mahault 27 juillet 2022 / 11 h 38 min

    Cette histoire de duel à la rapière m’intrigue, ça s’éloigne totalement de ce à quoi je m’attendais en lisant le début de ta chronique. C’est une autrice que j’ai envie de découvrir depuis longtemps.

    Aimé par 1 personne

  4. Callysse 28 juillet 2022 / 12 h 56 min

    J’ai entendu beaucoup de bien de ce roman, ton avis rejoins les précédents que j’ai pu lire. J’espère le lire un jour 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. leslivresderose 30 juillet 2022 / 19 h 26 min

    J’ai très envie de découvrir cette autrice d’ici la fin de l’année! Je me suis procuré récemment A la pointe de l’épée! 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. zoelucaccini 29 août 2022 / 15 h 05 min

    Oh oui, celui-là m’attire beaucoup !
    Bcp aimé Thomas le Rimeur que j’ai lu en juillet; je poursuivrai volontiers mes lectures de cette autrice.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s