[Chronique] Le Sorceleur – tome 1 : le dernier vœu d’Andrzej Sapkowsksi

20190601_164949
 –

« Je te prenais pour un instrument aveugle et avide de sang, pour quelqu’un qui tue froidement, sans se poser de questions, qui essuie le sang sur sa lame et compte son argent. Mais j’ai compris que le métier de sorceleur est en fait digne de respect. Tu nous défends non seulement contre le Mal tapi dans l’ombre, mais aussi contre celui qui est tapi en nous. »


 
couv11304525
Le Sorceleur – tome 1 : Le dernier vœu
Auteur : Andrzej Sapkowski
Traducteur : Laurence Dyèvre
Illustrateur : Didier Graffet
Éditeur : Bragelonne
Genre : Fantasy
Date de parution : 2008
Nombre de pages : 308
Prix : 15,90 €
Synospsis

Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un Sorceleur. Il est unique.

Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d’un jour, amours d’une nuit.
Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue…

MON avis

J’hésitais depuis très longtemps à me lancer dans cette saga et mon côté superficielle qui m’a fait sauter le pas lorsque j’ai découvert la magnifique réédition de Bragelonne ! Et finalement, se fier à la couverture d’un livre a parfois du bon puisque je me suis régalé avec ce premier tome !  

Comme vous le savez sûrement, cette saga se décompose en 7 tomes (et des hors-séries) dont les 2 premiers sont des recueils de nouvelles. Je dois dire que j’étais réticente au côté recueil de nouvelles (et c’était l’une des raisons qui m’avait empêcher à sauter le pas) et finalement je trouve que le format habille parfaitement cette histoire. Malgré le fait que le récit se décompose donc en plusieurs nouvelles, on a quand même une trame principale et il y a une cohérence entre les différentes nouvelles. Elles ne sont pas complètement indépendantes les unes des autres et nous permettent de commencer à appréhender le personnage principal, le fameux Sorceleur. C’est un personnage complexe qui en dévoile encore assez peu dans ce premier tome, mais qui est également assez intriguant pour nous donner envie de lire la suite de ses aventures. Ces nouvelles nous emmènent donc dans les pas du Sorceleur à travers des contrées où il n’est pas forcément le bienvenu et dans sa quête contre différentes créatures. On apprend également un peu du passé du héros et notamment comment il est devenu un sorceleur, un peu malgré lui. Bref, ce premier tome est une petite mise en bouche qui nous promet de grandes aventures pour la suite ! 

Le format nouvelles donne également un très bon rythme au récit. L’auteur ne s’attarde pas en fioriture, même si les nouvelles sont assez longues, elles sont très dynamiques. Il n’y a pas forcément énormément d’action et de combats dans les différentes nouvelles (même s’il y en a), mais il y a énormément de dialogues, ce qui rend la lecture très fluide et agréable. Le contexte de chaque nouvelle est posé grâce à ces dialogues et même si elles sont très différentes les unes des autres, on n’est jamais perdu dans l’histoire et il est même assez aisé de se situer dans ce nouvel univers dont on sait finalement assez peu de choses à la fin du premier tome. C’est peut-être le point qui manque un peu, l’univers n’est pas vraiment très développé, on nous parle d’énormément de créatures, mais on en rencontre assez peu, on peut donc rester sur sa faim. D’un autre côté, l’auteur nous en montre juste assez pour nous donner envie de lire la suite et il y a 6 autres tomes pour développer plus l’univers donc ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Je ne dirais pas non plus qu’on est dans un tome d’introduction, grâce justement au format nouvelles qui permet déjà de nous emmener dans de nombreuses aventures. Bref, je trouve que ce roman a été écrit de manière assez intelligente et j’ai d’ailleurs énormément aimé le style d’écriture (ou du moins la traduction) qui était assez travaillé tout en restant très fluide. Le roman est globalement très abordable, il n’est pas très violent, le Sorceleur étant assez cérébral, ils ne foncent pas tête baissée au combat, mais parvient plutôt à ses fins grâce à des moyens détournés. Je ne peux donc que conseiller ce roman à tout le monde, même ceux qui ne lisent pas beaucoup de fantasy !

Le point que j’ai le plus aimé dans ce premier tome et que je ne m’attendais pas du tout à trouver ici, ce sont toutes les références aux contes. Chaque nouvelle revisite un ou plusieurs contes tel que La belle et la bête, Blanche neige ou La belle au bois dormant pour ne citer qu’eux et j’ai trouvé ça très réussi. On voit très clairement les références aux différents contes dans les nouvelles, mais l’auteur réussi quand même à s’en éloigner et à proposer quelque chose de nouveau et d’original à partir ça. Honnêtement, j’ai rarement vu de « réécritures » de contes aussi réussies et je me suis régalée à chercher les références au fil des pages. Je trouve que c’est la petite touche en plus qui rend cette lecture vraiment passionnante et qui donne encore plus envie de lire la suite pour savoir quels seront les prochains contes revisités !

Enfin, j’ai trouvé que le roman et le niveau des nouvelles étaient globalement très homogènes. Le problème des recueils est qu’il y a souvent des nouvelles excellentes et d’autre beaucoup moins bonnes. Ici, le niveau général est le même. Il y a une seule nouvelle (l’avant-dernière) qui m’a moins plu, car j’ai moins accroché à l’intrigue, mais c’est vraiment la seule.


Conclusion


Le Sorceleur est un roman très abordable et très agréable à lire grâce à son format nouvelles et aux intrigues intelligemment menées par l’auteur. Celui-ci nous présente une infime partie de son univers qui revisite brillamment plusieurs contes de fée et nous laisse donc avec beaucoup d’interrogations qui donnent très envie de lire la suite ! 

 

Une réflexion sur “[Chronique] Le Sorceleur – tome 1 : le dernier vœu d’Andrzej Sapkowsksi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s