[Chronique] Terminus, de Tom Sweterlitsch

20190804_161928
 –

« Il peut se produire des trucs comme ça dans un espace étroit, des farces quantiques. Le temps est ici comme de l’eau qui coule parfois vers le haut. Cet espace étroit peut très bien être le résultat d’une action qui n’a pas encore été effectuée. »


 
terminus-1198027
Terminus
Auteur 
: Tom Sweterlitsch
Éditeur : Albin Michel
Traducteur : Michel Pagel
Illustrateur : Aurélien Police
Genre : Science-fiction / Thriller
Date de parution : 24 avril 2019
Nombre de pages : 448
Prix : 24,90 €
Synospsis

MON avis

J’aime beaucoup la collection imaginaire d’Albin Michel et le mélange de deux genres que j’aime beaucoup le thriller et la science-fiction m’a tout de suite interpellée. Je n’ai donc pas hésité très longtemps, d’autant plus que tous les avis sur ce roman depuis sa sortie sont très positifs et je ne vais pas les contredire. 

Une intrigue passionnante 

Passionnant est le maître mot de ce roman qui se referme comme un piège sur le lecteur. Je n’ai quasiment jamais réussi à m’arrêter à la fin des chapitres de ce livre. Tous se terminent sur un tel suspens qu’on a besoin de lire au moins les premières lignes du suivant. On est ainsi happé par cette histoire qui réussit le tour de force de ne jamais devenir répétitive malgré le sujet du voyage dans le temps. 

Le roman est ainsi découpé en cinq parties, avec une alternance entre le présent et le futur. J’avais peur que ces aller-retours dans le temps ne deviennent très répétitifs, mais pas du tout. J’ai beaucoup aimé le postulat de départ d’aller dans le futur pour résoudre l’enquête policière dans le présent. On n’essaye pas d’empêcher le crime qui a été commis, mais de découvrir les coupables en regardant les conséquences dans le futur. On observe ainsi le futur pour mieux comprendre le présent. Et bien sûr chaque futur est alternatif, les futurs découverts par le personnage principal, Shannon Moss, ne sont que des futurs possibles. Le roman nous permet ainsi une forte réflexion autour du fait de moduler le présent pour modifier le futur. Doit-on empêcher un futur attentat de se produire ? Doit-on empêcher la mort d’un de ses proches ? Quelles seront les conséquences d’ainsi « forcer le destin » ? C’est les questions auxquelles le lecteur est confronté à travers cette lecture et c’est agréable de voir un thriller avec un vrai message et une portée psychologique. 

Outre l’enquête policière assez classique au départ, une épée de Damoclès plane sur les personnages puisque les voyages dans le temps ont mis en évidence la présence d’une fin du monde, ce fameux Terminus, dont la date se rapproche inexorablement. Les personnages doivent ainsi faire face à une menace qui les dépasse et leur choix vont avoir de terribles répercussions. 

Un monde extrêmement réaliste

Il est assez compliqué de parler de ce roman, car les concepts abordés sont complexes et même pendant la lecture, il est assez facile de se perdre (surtout vers la fin où tous les évènements s’enchaînent très vite). Néanmoins, j’ai adoré la rigueur scientifique avec laquelle tous les éléments sont disséqués. 

Le concept du voyage dans le temps, le Terminus et toutes leurs conséquences sont expliqués avec des notions scientifique précises, ce qui rend le monde extrêmement réaliste. Rassurez-vous, le roman reste quand même assez pédagogique pour pouvoir le comprendre sans être scientifique. Ces explications scientifiques contribuent à rendre l’ambiance du récit très sombre et oppressante. Elles nous permettent de comprendre les énormes enjeux de l’intrigue. Ainsi, même si on est dans de la science-fiction, tout paraît extrêmement crédible. Plusieurs fois au cours de la lecture, je me suis dit que l’héroïne ne pourrait pas tomber plus bas face à la dureté des situations auxquelles elle était confrontée et pourtant le récit s’enfonce encore plus dans l’horreur et la tragédie jusqu’à la fin. L’auteur n’atténue pas la violence de l’univers qui est exacerbée par le réalisme de l’intrigue et je ne conseillerai donc pas cette lecture aux lecteurs les plus sensibles.

Car, comme les personnages, le lecteur n’est pas épargné dans ce roman. C’est douloureux de voir des personnages dans leur version future et de s’attacher à eux, puis de les retrouver dans le présent ou dans un autre futur avec une « personnalité » différente ou un destin différent. Et en même temps, c’est hyper intéressant de voir l’évolution des personnages en fonction des choix qu’ils ont pris. Ces côtés sont très bien mis en avant par l’auteur et accentuent le fort message porté par le récit. 

Quelques réserves

L’intrigue de ce roman est surprenante et passionnante et met nos nerfs à rude épreuve, mais quelques éléments ont fait que ça n’a pas été un coup de cœur.

J’ai été un peu déçue de la partie de l’intrigue concernant le Terminus. Je m’attendais vraiment à ce que cet aspect soit très mis en avant, mais les personnages ne s’en préoccupent pas beaucoup pendant la majorité du roman. L’enquête policière est au premier plan et, même si elle est liée au Terminus, j’ai trouvé que celui-ci n’était pas assez pris au sérieux, avant qu’il ne soit trop tard. J’ai énormément aimé l’originalité des quelques scènes décrivant cette fin du monde, notamment le prologue qui pose directement l’ambiance du récit, et j’aurais aimé que ça soit encore plus développé.

Ma deuxième réserve concerne l’épilogue qui ne m’a pas vraiment convaincue. Je n’ai pas eu l’impression que cette fin cadrait avec le reste du récit, elle me paraissait trop « simple » vis-à-vis du reste et sur un ton trop éloigné. J’aurais aimé une fin un peu plus nuancée pour être plus en accord avec la dureté générale du récit.

Néanmoins, Terminus est un thriller qui se démarque de par son originalité et son ambiance si particulière. Je vous le conseille si vous aimez les récits durs et froids emprunts d’un profond réalisme et si la thématique du voyage dans le temps ne vous fait pas peur.

terminus.png


Conclusion


Terminus mêle thriller et science-fiction à la perfection à travers le thème du voyage dans le temps. Toutes les notions sont expliquées avec une grande rigueur scientifique ce qui rend le roman très réaliste, accentue sa dureté et met en exergue l’importance des enjeux soulevés. L’intrigue est surprenante et terriblement addictive, elle nous entraîne entre présent et futur en nous interrogeant sur les aspects éthiques et moraux que soulèvent la question du voyage dans le temps. Le côté fin du monde aurait pu être encore plus développé pour accentuer le côté oppressant du récit et l’épilogue un peu plus nuancé pour coller avec l’ambiance générale. 

tb lecture  

 

 

Publicités

3 réflexions sur “[Chronique] Terminus, de Tom Sweterlitsch

  1. OmbreBones 14 août 2019 / 7 h 09 min

    Ma chronique aurait ressemblé à la tienne sans la fin. Je trouve qu’elle casse cette rigueur scientifique qui me plaisait justement et qu’elle fait un fuck à tout ce qui a été mis en place. Ça m’a tellement gâché le plaisir que je n’ai même pas eu envie d’en parler sur le blog 😦 alors que j’avais vraiment bien aimé jusque là. Frustration quoi.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s