[Chronique] Fils-des-brumes – tome 3 : Le héros des siècles de Brandon Sanderson

le héros des siècles
 –

« C’était ça la douleur. C’était à ça que ressemblait la perte. La douleur et l’engourdissement tout à la fois ; un fil barbelé qui s’enroulait autour de sa poitrine, associé à une incapacité totale d’y faire quoi que ce soit. Il avait envie de se tapir dans un coin, de pleurer et de se laisser simplement mourir. »


 
couv29099522
Le héros des siècles
Auteur :
Brandon Sanderson
Traducteur : Mélanie Fazi
Illustrateur : Chris McGrath
Éditeur : Calman-Levy / Le livre de poche
Genre : Fantasy
Année de parution : 2011
Nombre de pages : 999 (poche)
Prix : 11,40 €
Acheter
 
Synopsis
Pour mettre fin à la tyrannie, Vin a tué le Seigneur Maître.
Mais en essayant de fermer le Puits de l’Ascension, elle a laissé s’échapper une des formes maléfiques de l’Insondable. Depuis, ses Inquisiteurs et les brumes font toujours plus de victimes, tandis que les cendres qui tombent du ciel sont devenues incroyablement lourdes, menaçant d’ensevelir le pays et d’affamer les hommes. Vin et l’empereur Elend Venture espèrent sauver ce qui peut encore l’être. Mais pour cela, ils devront découvrir les derniers secrets du Seigneur Maître : l’ultime cachette d’atium, le plus puissant métal des Fils-des-Brumes, et l’identité du Héros des Siècles.

MON avis

Le héros des siècles est l’ultime tome de la première trilogie de Fils-des-brumes. Il met fin aux aventures de Vin, Kelsier, Elend, Sazed et tous les autres que l’on a suivies sur plus de 2000 pages dans le premier et le deuxième tome.

Ce troisième s’articule de manière un peu différente des deux premiers. Si les deux premiers tomes suivaient majoritairement toujours le même personnage principal, ce dernier tome prend plutôt des airs de roman choral, chaque chapitre suivant un personnage différent. Il faut dire que les personnages prennent des chemins différents dans ce tome chacun ayant une mission à remplir pour espérer sauver l’Empire ultime. Les points de vue de Vin, Elend, Sazed, TenSoon, Spectre et Marsh sont ainsi donnés tour à tour, ce qui fait que les personnages de Vin et Elend, très présent dans le tome précédent, le sont moins dans celui-ci. Si ces changements nécessitent un petit temps d’adaptation, ils servent très bien l’intrigue et nous permettent de découvrir de nouvelles facettes de l’empire ultime. Ainsi le personnage de Marsh nous permet d’en apprendre plus sur la psychologie des inquisiteurs et TenSoon nous dévoile l’histoire des kandra. À travers eux, c’est une toute nouvelle facette de l’allomancie que Brandon Sanderson nous dévoile ! 

Si ce tome possède une narration différente des deux premiers, il possède également une atmosphère bien différente. Ainsi si le tome 2 se concentrait sur les stratégies politiques et était empreint de notes d’espoir, ce troisième tome lui est complètement dénué d’espoir. Certains personnages tombent dans une profonde dépression, tous sont complètement désabusés par les évènements de la fin du tome 2. Ce troisième tome est donc très sombre que ce soit dans l’univers en lui-même avec les chutes de cendres noires qui recouvrent tout ou dans l’humeur des personnages. J’ai trouvé pas mal de répétitions dans la première moitié du roman. Les personnages ressassent beaucoup les évènements des tomes précédents et je dois avouer que j’avais parfois envie que les choses avancent. Il faut attendre la dernière partie (page 700 sur 1000) pour que tout s’enchaîne et qu’il devienne quasiment impossible de lâcher le récit. Les 700 premières pages ne sont pas dénuées d’intérêt pour autant. L’auteur y déploie son univers lui offrant une dimension encore plus grande que dans les tomes précédents.

Car Brandon Sanderson était loin de tout nous avoir révélé sur son univers, il gardait encore d’incroyables révélations pour ce troisième tome. L’univers est vraiment l’un des gros points forts de la saga et cela se confirme dans ce tome 3. Tous les tomes sont très équilibrés en termes de révélations et chacun contribue à enrichir l’univers de manière à peu près égale. L’auteur ménage ainsi un suspense constant tout au long de sa trilogie et réussit à surprendre le lecteur à chaque tome. En plus des révélations autour de l’univers que j’ai particulièrement appréciées dans ce troisième tome, il aborde également des thématiques traitées de manière très intelligentes. Ainsi la figure du tyran est décortiquée dans ce tome et l’auteur nous montre les différentes facettes d’un tyran en fonction du point de vue duquel on se place. La religion a également une place très importante dans ce tome. À travers le personnage de Sazed, l’auteur questionne sur le rejet et l’acceptation de la religion et sur la manière de croire. Ce n’est pas une thématique que j’apprécie particulièrement, mais j’ai beaucoup aimé la manière dont elle est traitée par l’auteur et le message final très tolérant qu’apporte l’auteur. Dans ces thématiques, Brandon Sanderson ne nous impose jamais sa vision de choses, mais nous propose surtout des pistes de réflexion.

Finalement, j’ai du mal à savoir si j’ai apprécié ou non le dénouement de cette trilogie. Face à un univers si riche, l’auteur ne pouvait pas fait autrement que de proposer une fin un peu surréaliste pour entretenir le suspense et éviter de finir sur un sentiment de facilité. De ce point de vue, la fin est très réussie même si le côté surréaliste ne convaincra peut-être pas tout le monde. Cependant, la fin apporte énormément d’émotions, les toutes dernières pages sont brillantes et nous ramène avec nostalgie dans certaines scènes des différents tomes. Quelques lignes parfaites pour nous aider à quitter les personnages sans trop de tristesse. 


Conclusion


Le héros des siècles conclut la trilogie Fils-des-brumes de manière magistrale. Si l’intrigue est moins développée dans ce tome qui se concentre sur les points de vue de différents personnages, l’auteur continue à étendre son univers et à nous proposer d’incroyables révélations. D’une atmosphère plus sombre, ce tome aborde de manière très intelligente des thématiques liées à la figure du tyran et à la religion sans jamais nous imposer un point de vue. La grand final fonctionne bien même, il est un peu surréaliste, mais conclut la saga de manière étonnante !

coup de coeur2

→ Retrouvez ma chronique du tome 1 et du tome 2 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s