[Chronique] Alex Stern – tome 1 : La neuvième maison, de Leigh Bardugo

 –La neuvieme maison

« Ils ont essayé de me tuer, Hellie, dit-elle d’une voix rauque tout en glissant dans les ténèbres. Ça veut dire que je peux leur rendre la pareille. »


couv17537951
La neuvième maison
Autrice : Leigh Bardugo
Traduction : Sébastueb Guillot
Éditeur : De Saxus
Genre : Fantastique / Horreur
Date de parution : 27 août 2020
Nombre de pages : 525
Prix : 19,90 €
Acheter
 
Synopsis
Alex  » Galaxy  » Stern a vécu une adolescence chaotique. Élevée à Los Angeles par une mère hippie, elle a abandonné l’école très jeune pour se retrouver dans un monde sombre, violent et sans avenir.
À 20 ans, elle est la seule survivante d’un horrible massacre inexpliqué, et c’est sur son lit d’hôpital qu’elle se voit offrir une seconde chance : rejoindre la prestigieuse université Yale en intégrant la maison Léthé. Cette entité, appelée La Neuvième Maison, surveille les huit sociétés secrètes de Yale ; ces dernières forment les futurs décideurs ainsi que les personnes influentes et pratiquent la magie sous différentes formes, bien souvent sinistres et dangereuses.
Alex a été choisie, car elle possède un pouvoir rare et mystérieux : elle peut voir les fantômes. Alors que son mentor a disparu, elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune fille. Ce qu’elle va découvrir va bien au-delà de l’horreur…

MON avis

La neuvième maison est la première excursion de Leigh Bardugo dans la littérature adulte après avoir été révélée par ses romans young adult se déroulant tous dans un univers de fantasy aux inspirations russes. Avec La neuvième maison, l’autrice revient dans notre monde réel et nous emmène au cœur des sociétés secrètes de la célèbre Université de Yale.

Une anti-héroïne aux émotions très réalistes

 Leigh Bardugo s’est inspirée des véritables sociétés secrètes de l’Université de Yale tout en construisant autour d’elles une dimension fantastique. Chaque société possède ainsi une spécialité magique, par exemple la maison Skull & bones s’adonne à la divination à l’aide d’entrailles humaines et animales et la maison Book & snake pratique la nécromancie. Pour éviter les dérives, l’autrice a imaginé une société secrète qui aurait pour objectif de surveiller les autres maisons et c’est là qu’on rencontre le personnage principal, Alex, qui vient d’être recrutée dans cette société. Alex est loin d’être une étudiante typique de Yale, en réalité elle a été sélectionnée, car elle possède une très rare faculté : elle peut voir les fantômes. 

L’ambiance du récit est particulièrement sombre et poisseuse.  Leigh Bardugo met en scène une héroïne, qu’il faudrait d’ailleurs plutôt qualifier d’anti-héroïne, particulièrement torturée.  Alex est un personnage très ambigu, elle est à la fois sympathique grâce à son franc parlé et sa détermination et antipathique de par les actes qu’elle peut commettre. Ce n’est pas une héroïne à laquelle il est aisé de s’identifier, mais c’est agréable de voir une héroïne qui sort de l’ordinaire et qui s’écarte des clichés. Leigh Bardugo a plutôt bien réussi la construction de ce personnage complexe et brisé en dosant très bien ses moments de force et de faiblesse. Ses réactions collent bien avec les situations particulièrement difficiles qu’elle traverse. Elle s’en sort parfois par des pirouettes, mais sans jamais qu’on ait un sentiment de facilité. Et si Alex se relève toujours de ces épreuves, encore une fois ce n’est jamais avec facilité et l’autrice retranscris très bien toute la fatigue et les angoisses que peut ressentir son personnage. 

Les personnages secondaires sont également assez nombreux et bien moins développés que l’héroïne, mais ils possèdent tous un caractère bien défini et certains finissent même par devenir assez attachants. Il y a un pan secondaire de l’intrigue autour de la disparition certain personnage qui est particulièrement intéressant. On découvre l’évolution de la relation entre Alex et ce personnage à travers des souvenirs, ce qui apporte un peu d’émotions à ce récit très dur et froid. La fin de ce premier tome (car oui ce n’est pas indiqué, mais c’est bien un premier tome !) laisse penser que le prochain tome va continuer de développer l’intrigue autour de ces personnages, ce qui n’est pas pour me déplaire !  

Un roman d’ambiance

Il ne faut pas se laisser tromper, La neuvième maison est avant tout un récit d’ambiance, bien avant d’être un roman d’action. L’autrice prend son temps pour développer son univers et ses personnages à travers des sauts dans le temps entre passé et présent. On découvre ainsi en parallèle le passé d’Alex notamment sa découverte de l’Université de Yale ainsi que les évènements très troubles qui se sont produits avant. Le présent lui, se déroule quelques mois plus tard, alors qu’un cadavre est retrouvé sur le campus. Le récit est donc partagé entre l’enquête que va mener Alex sur cette mystérieuse mort et son apprentissage des différentes sociétés secrètes et de son rôle au sein de la sienne. Il est vrai que ces différentes alternances de chronologie n’aident pas à dynamiser le récit. Personnellement, je n’ai aucun problème avec les romans lents d’autant plus quand l’ambiance sombre est aussi bien retranscrite, mais si ce n’est pas votre cas vous aurez du mal avec ce récit. De plus, l’intrigue possède un côté labyrinthique et complexe que j’ai trouvé très appréciable. Difficile de savoir à qui faire confiance au milieu de toutes ces sociétés secrètes plus mystérieuses les unes que les autres. Finalement la résolution de l’intrigue est vraiment bien trouvée et met bien exergue certaines problématiques de la société américaine. 

En plus de son aspect lent, La neuvième maison n’est pas à mettre entre toutes les mains. Le roman comporte des scènes extrêmement violentes retranscrites de manière très visuelles. Leigh Bardugo n’épargne ni le lecteur ni les personnages. L’ambiance du récit est très sombre dès les premières pages et l’intrigue est une alternance entre scènes calmes et scènes violentes. J’ai rarement lu un roman comportant autant de scènes violentes, moi qui suis pourtant une amatrice de thrillers. Dans La neuvième maison, elles parsèment tous le récit. Je conseillerai donc ce livre à des lecteurs avertis ayant l’habitude de lire des récits comportant des scènes difficiles et une ambiance sombre et glauque. 


Conclusion


La neuvième maison est un récit d’ambiance se déroulant au cœur de l’Université de Yale et de ses sociétés secrètes. Leigh Bardugo met en scène une anti-héroïne brisée qui va devoir se mêler de la vie de ces sociétés secrètes au péril de sa propre vie. L’ambiance du récit est très noir alternant des scènes d’une grande violence avec des scènes plus lentes et introspectives. Les émotions de l’héroïne et l’atmosphère du récit sont extrêmement bien retranscrites nous offrant une intrigue complexe et très appréciable, malgré son apparente lenteur.

tb lecture

D’autres avis : Lire à la folie Artemissia Gold – ?

16 réflexions sur “[Chronique] Alex Stern – tome 1 : La neuvième maison, de Leigh Bardugo

  1. tampopo24 23 septembre 2020 / 6 h 07 min

    Leigh Bardugo + une anti héroïne + une ambiance très travaillée
    Tout ça me donne furieusement envie !
    Merci pour ce retour ☺️

    Aimé par 1 personne

  2. lire à la folie 23 septembre 2020 / 17 h 57 min

    Je suis entièrement d’accord avec toi 🙂
    L’ambiance est vraiment glauque et l’histoire se déroule lentement sous nos yeux pour arriver à une conclusion vraiment bien construite. J’ai hâte de savoir ce que l’autrice nous proposera dans la suite!

    Aimé par 1 personne

  3. Baroona 23 septembre 2020 / 18 h 14 min

    Ça tombe bien, je l’ai croisé récemment et je me demandais ce que ça valait. Ce n’est clairement pas pour moi, merci de l’info. ^^
    Ça peut s’envisager comme un one-shot, y’a une fin satisfaisante, ou pas du tout ? C’est pour savoir à quel point c’est honteux de cacher l’information…

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 23 septembre 2020 / 19 h 40 min

      Alors en soi l’enquête principale est terminée à la fin de ce tome, mais y’a quand même plein d’intrigues secondaires qui ne sont pas du tout résolues donc j’ai tendance à dire que ça appelle fortement à lire la suite quand même

      J'aime

  4. Light And Smell 23 septembre 2020 / 20 h 52 min

    Quand la plume est là, la psychologie du ou de la protagoniste cohérente et bien développée et l’atmosphère prenante, les romans lents ne me dérangent pas même si je préfère le savoir avant de me lancer. Je suis vraiment de plus en plus tentée par ce roman qui semble poisseux et sombre à souhait !

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 24 septembre 2020 / 9 h 22 min

      Je sais pas si on peut dire que la plume est là, parce que c’est vrai que Leigh Bardugo écrit bien, mais en même temps j’ai pas été très convaincue par la traduction… Mais c’est quand même très immersif et je suis d’accord que quand tous ces éléments sont réunis, les lenteurs ne sont pas dérangeantes !

      Aimé par 1 personne

      • Light And Smell 24 septembre 2020 / 12 h 23 min

        Je vais essayer de comparer les premières pages VO/VF si des extraits sont disponibles en ligne parce que cette traduction peu convaincante m’inquiète un peu…

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s