[Chronique] Sous les sabots des dieux, de Céline Chevet #PLIB2021

Sous les sabots des dieux
 
« Ne te fais pas d’ennemis, reste loyale. Ne deviens pas le bambou qui ploie au gré du vent soir fière comme l’érable, droite et incorruptible, et lorsque tu te briseras sous les bourrasques d’une politique qui nous dépasse, les Cieux sauront reconnaître ton inflexibilité comme une vertu. »


couv1525844
 
Sous les sabots des dieux
Autrice :
Céline Chevet
Éditeur : Editions du chat noir
Genre : Fantasy Historique
Date de parution : 14 octobre 2020
Nombre de pages : 369
Prix : 19,90 € 
Acheter
#ISBN9782375681497
 
Synopsis
Corée, VIIème siècle. Complots au royaume de Silla.
La Chine des Tang est plus écrasante que jamais. Comment unifier les Trois Royaumes lorsque qu’il faut se méfier de ses frères autant que de ses ennemis ?
Amour, politique, trahison, vengeance, foi, Haneul va devoir apprendre à se servir des armes qui sont les siennes pour survivre dans cette époque chaotique de l’Histoire, où ses croyances sont mises à mal.
Prêtresse du temple Céleste, élevée au sein du palais royal, elle voit ses dieux se faire avaler par un Bouddhisme de plus en plus influent. Ne cache-t-il pas dans son ombre les sombres desseins des Tang qui veulent s’emparer du pays ?
Alors que Silla est plus fragile que jamais, où ira sa loyauté ? À la famille royale ou à la nation ?
Haneul, sa sœur l’empoisonneuse, son amant l’écuyer, Mok le prince bâtard, autant de destins qui vont se croiser autour de cette question tragique…

MON avis

Après mon coup de cœur pour La fille qui tressait les nuages, j’ai été ravie de pouvoir découvrir en 2020 les deux nouveaux romans de Céline Chevet : Les chaînes du silence et Sous les sabots de dieux. L’autrice revient du côté de l’Asie dans ce dernier roman, premier tome d’un diptyque, mais explore un registre différent, celui de la fantasy historique. Elle nous emmène dans la Corée du VIIe siècle, et plus particulièrement dans le Royaume de Silla à cette époque troublée où le pays oscille entre chamanisme et bouddhisme et où les tensions avec ses voisins sont au plus haut. 

Une jeune femme sur qui tout repose…

L’intrigue suit particulièrement Haneul, fille de la grande prêtresse de la religion chamanique et prêtresse elle-même. La jeune fille vit cloîtrée au sein temple Céleste à l’intérieur même du palais royal et ne sait que très peu de choses du monde extérieur et des conflits politiques qui animent le Royaume. C’est à travers ses yeux et son innocence que l’on découvre la situation de Silla que ce soit ses affaires externes et sa potentielle alliance avec la Chine ou internes avec la présence de Mok, fils bâtard du roi qui aimerait s’emparer du pouvoir. Haneul va se retrouver bien malgré elle au cœur de ces intrigues politiques qui la dépassent puisqu’elle devient le lien privilégié entre les dieux et les hommes. La jeune femme va devoir faire des choix, car de son cœur ou de sa raison, c’est tout la vie politique d’un pays qui peut basculer suite à ses décisions.

On peut dire que Céline Chevet sait construire de très forts enjeux dans ces romans ! On sent dès les premières pages la tension qui anime le peuple et le gouvernement de Silla et l’importance des décisions que la jeune femme aura à prendre. Mais cette tension est habilement contrebalancée par la naïveté de Haneul qui observe le monde avec des yeux plein de crainte et de curiosité mêlées. Si son côté ingénu peut être rapidement agaçant, car la jeune femme a énormément de mal à prendre des décisions, elle est pourtant tout à fait cohérente avec son parcours et son évolution. Je n’ai pas forcément ressenti beaucoup d’empathie pour ce personnage, et pourtant je l’ai trouvé particulièrement bien construit. Ses choix et son caractère sont aisément compréhensibles quand on sait l’environnement dans lequel elle a grandi et les personnes qui l’entourent et l’influencent. Néanmoins, malgré sa personnalité assez nuancé et complexe, j’ai assez facilement cerné ce personnage si bien que je n’ai jamais vraiment été surprise par ses choix. Si j’aurais aimé être un peu plus surprise, j’ai néanmoins pris du plaisir à observer les conséquences de ses décisions qui viennent véritablement bouleverser l’intrigue et suivre ce récit très bien menée et pleine de rebondissements. 

Une intrigue tournée vers des intrigues politiques et religieuses

Céline Chevet se concentre énormément dans ce récit sur les questions géopolitiques de la Corée du VIIe siècle qui correspondent assez bien à la réalité historique ainsi qu’aux questions de religion. Ces aspects sont particulièrement intéressants pour qui s’intéresse un minimum à l’histoire, mais je dois avouer que j’aurais aimé être un peu plus immergée dans cette société dont je ne connais absolument pas les mœurs. Je suis donc restée un peu sur ma fin au cours de ce premier tome en ce qui concerne l’aspect historique. L’intrigue reste très cantonnée au palais royal et on n’apprend que peu de choses sur les coutumes et la manière de vivre de l’époque pour le commun des mortels n’appartenant pas aux plus hautes sphères de la société. Il m’a manqué des descriptions de ce Royaume et c’est vrai que je n’ai pas retrouvé ce que j’aime d’habitude dans la plume de Céline Chevet qui m’a semblé plus froide que dans ses autres récits. De plus, lorsque l’intrigue s’éloignait du palais, elle racontait surtout des intrigues militaires et récits de batailles auxquelles je n’ai pas forcément accroché.

Néanmoins, le récit est déjà très riche de ces intrigues politiques et religieuses qui sont complexes et assez fascinantes à suivre. Les jeux de pouvoir donnent du rythme et de la tension au récit quand le côté religieux offre un côté plus doux avec de très beaux questionnements et une morale qui semble bien correspondre à la société de l’époque. Le roman offre son lot de trahisons et il est agréable de lire un récit qui ne tombe jamais dans des facilités scénaristiques. Céline Chevet ne cherche ainsi jamais à rendre les choses plus douces ou à atténuer la douleur de ses personnages. Chaque action amène son lot de conséquences aussi dures et injustes soient-elles et on peut dire que l’autrice ne ménage aucun de ses personnages. Le mélange d’intrigues politiques et de mysticisme fonctionne donc très bien et rendent ce roman très divertissant à lire malgré les petits bémols que j’ai pu relever.


Conclusion


Céline Chevet nous emmène dans la Corée du VIIe siècle et plus particulièrement au Royaume de Silla où les complots politiques font rage. Entre les conflits internes liés à des questions de succession, les choix d’alliances décisives avec les Royaume voisins et l’éloignement petit à petit de la religion chamanique au profit du bouddhisme, l’autrice nous emmène dans une intrigue pleine de forts enjeux et de rebondissements. Dans cette tension constante, Haneul, l’héroïne, nous offre un peu de douceur malgré un côté ingénue parfois agaçant et il est fascinant de constater à quel point ses décisions auront un impact sur l’avenir du Royaume et de chacun des autres personnages. Même si j’aurais aimé que l’aspect historique soit un peu plus développé, j’ai passé un bon moment avec ce roman à l’intrigue très bien menée mêlant habilement jeux de pouvoir et mysticisme.  

Bonne lecture

D’autres avis : Ombrebones –  ?

4 réflexions sur “[Chronique] Sous les sabots des dieux, de Céline Chevet #PLIB2021

  1. tampopo24 16 janvier 2021 / 8 h 42 min

    C’est tellement rare d’avoir un titre de déroulant en Corée que rien que pour ça, je veux le découvrir ! Les intrigues politiques sont la cerise sur le gâteau !

    Aimé par 2 personnes

    • Sometimes a book 17 janvier 2021 / 14 h 25 min

      Oui et c’est pour cette raison que j’aurais aimé que l’aspect historique soit encore plus marqué ! Mais je te le conseille quand même, ça reste vraiment sympa à lire 😀

      Aimé par 1 personne

  2. OmbreBones 16 janvier 2021 / 20 h 14 min

    Merci pour le lien 🙂 je dois dire que moi j’ai apprécié l’aspect politique et militaire mais c’est quelque chose que je recherche en général donc.. J’ai hâte de découvrir le tome 2 et comment ça va tourner ! T’as été choquée aussi pour Mok ? 😳

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 17 janvier 2021 / 14 h 23 min

      Non pas choquée, car je l’ai vu venir, mais j’étais agréablement surprise que l’autrice ose aller dans cette direction !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s