[Chronique] Druide, d’Oliver Peru

Druide

« Orbrigan s’efforça de sourire à ses compagnons mais il se demandait ce que pourraient accomplir un ours, une ombre et un loup contre un ennemi dont il n’avaient pour l’instant rien vu. Un ennemi invisible capable de terroriser la cité des druides par la simple rumeur de sa présence. »


druide
 
Druide
Auteur et illustrateur :
Oliver Peru
Éditeur : J’ai Lu
Genre : Fantasy
Date de parution : 2010 (aux éditions Eclipse)
Nombre de pages : 605
Prix : 8,90 €
 
Synopsis
1123 après le Pacte.
Au nord vivent les hommes du froid et de l’acier, au sud errent les tribus nomades et au centre du monde règnent les druides. Leur immense forêt millénaire est un royaume d’ombres, d’arbres et de mystères. Nul ne le pénètre et tous le respectent au nom du Pacte Ancien. Les druides, seigneurs de la forêt, aident et conseillent les hommes avec sagesse mais un crime impensable bouleverse la loi de toutes les couronnes : dans la plus imprenable citadelle du Nord, quarante-neuf soldats ont été sauvagement assassinés sans que personne ne les entende seulement crier.
Certains voient là l’œuvre monstrueuse d’un mal ancien, d’autres usent du drame comme d’un prétexte pour relancer le conflit qui oppose les deux principales familles régnantes. Un druide, Obrigan, et ses deux apprentis ont pour mission de retrouver les assassins avant qu’une nouvelle guerre n’éclate. Mais pour la première fois, Obrigan, l’un des plus réputés maître loup de la forêt, se sent impuissant face à l’énigme sanglante qu’il doit élucider… Chaque nouvel indice soulève des questions auxquelles même les druides n’ont pas de réponses.
Une seule chose lui apparaît certaine : la mort de ces quarante-neuf innocents est liée aux secrets les plus noirs de la forêt
 

MON avis

J’avais l’impression d’être l’une des seules personnes à n’avoir pas encore lu Druide d’Oliver Peru, roman extrêmement plébiscité par les amateurs de fantasy. C’est désormais chose faite et si je reconnais les atouts indéniables de ce roman, j’ai aussi des petites choses à lui reprocher.

Un roman qui joue avec les genres

Druide nous emmène dans un monde de fantasy assez simple dans son système politique, mais en même temps extrêmement fouillé dans ses paysages et dans son histoire. Il faut dire que si la carte de cet univers nous montre un espace assez étendu, le récit lui se concentre surtout sur l’immense forêt qui s’étend sur quasiment tous le Sud de ce monde. Cette forêt sacrée est la terre des Druides dont le rôle est de la protéger et qui ne se mêlent pas aux peuples des hommes, mise à part la caste des loups qui est parfois envoyée régler des conflits humains.

Le roman suit ainsi principalement un Druide de cette caste, Obrigan, et ses deux apprentis, qu’on envoie pour enquêter sur les circonstances d’un massacre de 49 soldats qui présentent des blessures particulièrement atroces et ont été attaqués dans une forteresse réputée comme étant impénétrable. Le roman s’ouvre ainsi sur une scène de crime extrêmement visuelle et un immense mystère qui pose tout de suite l’atmosphère extrêmement sombre et un peu mystique du récit. La violence du massacre et l’enquête qui débute brise les codes du roman de fantasy classique nous emmenant plus vers une dark fantasy aux frontières du thriller et de l’horreur. Dans ce sens, ce roman est très réussi, le mélange des genres étant bien maîtrisée et j’ai trouvé très agréable le fait de se retrouver dans un univers aussi sombre mettant en scène des personnages profondément humains. 

Une intrigue pleine de mystère portée par de très bons personnages

Oliver Peru a une plume très efficace et immersive qui nous emmène aisément dans son univers. La forêt est décrite de manière très sensorielle avec une multitude de détails si bien qu’on voyage en même temps que les personnages. La manière dont les personnages sont dépeints est également particulièrement réussie, puisqu’ils sont tous profonds et nuancés. Il est très facile de s’attacher à eux malgré les erreurs qu’ils peuvent commettre et leurs nombreuses failles. Il y a assez peu de personnages dans ce roman et les liens qui les relie sont donc particulièrement forts. Aucun personnage n’écrase les autres, ils possèdent tous un certain charisme les mettant sur un pied d’égalité et les rendant tout autant plaisant à suivre les uns que les autres. Leurs failles les rendent d’ailleurs assez touchants et même les antagonistes de l’histoire possèdent une certaine nuance rendant l’univers très loin d’être manichéen. Seul bémol concernant les personnages, la quasi-totale absence de protagoniste féminins. Il n’y en a qu’un seul dans le récit et je ne l’ai pas forcément trouvé hyper bien mis en valeur, même si c’est un personnage avec une grande force de caractère.

L’intrigue en elle-même est sombre et pleine de mystère même si l’identité des meurtriers est assez vite révélée par l’auteur. Leur identité n’est finalement pas le plus important puisqu’ils sont liés à de nombreux secrets qui vont jusqu’à remettre tout l’univers en question. D’ailleurs le terme « identité » n’est pas celui approprié puisqu’on ne connaît pas réellement leur identité exacte avant la fin du roman, mais je ne préfère pas en dire trop pour laisser la surprise. 

Le récit est construit à la manière d’un compte à rebours, sûrement dans le but de dynamiser l’intrigue et d’apporter encore plus de tension à l’atmosphère. Si cela fonctionne bien pour ce deuxième point, j’ai trouvé que le rythme était un peu trop inégal.

Des problèmes de rythme

Ainsi le début du roman est assez prenant puisqu’on se familiarise avec l’univers et ses personnages. Le massacre d’entrée nous plonge directement dans l’intrigue, puis on suit à tour de rôle Obrigan et ses deux apprentis qui se retrouvent bien vite séparés les uns des autres. Cette alternance de points de vue donne un côté très haletant au récit, d’autant plus que les trois personnages se retrouvent vite en grande difficulté, apportant une tension très forte à l’histoire. Mais cette tension finit malheureusement par retomber dans le milieu du roman. Le personnage d’Obrigan devient alors l’élément central du roman laissant complètement de côté l’arc narratif des deux apprentis. L’intrigue s’enlise alors dans une trame très linéaire dans lequel le manque d’action et de révélations se fait ressentir. Le fait que le roman ne suive qu’une poignée de personnages dont certains ont disparu en cours de route, n’aide pas à dynamiser le récit et à le complexifier. Jusqu’aux 100 dernières pages, les révélations tardent à venir et tout le potentiel de l’univers tarde à se révéler. Bien heureusement, ces 100 dernières pages offrent un beau revirement et apportent enfin tous les éléments que l’on attendait. La fin du roman est tout simplement excellent, l’auteur nous apporte toutes les réponses grâce à un jeu de passé-présent haletant et de l’action sans discontinu. Les scènes de combat sont très réussies et certaines révélations sont surprenantes et magnifient d’une belle manière l’univers. Druide est donc un bon roman qui vaut le coup d’être découvert, mais qui souffre malheureusement d’un rythme trop inégal apportant des longueurs assez lourdes au récit. 


Conclusion 


Druide est un roman à l’univers très sombre qui nous emmène dès les premières pages au cœur d’un massacre particulièrement atroce. Le roman joue ainsi avec les genres de la fantasy, mais aussi du thriller et de l’horreur et réussit parfaitement à les combiner. L’univers de fantasy est immersif nous plongeant de manière très sensorielle dans une forêt sacrée aux côtés des Druides qui la protège. Malgré le côté très sombre de l’intrigue, les personnages sont attachants et possèdent une personnalité très nuancée et une bonne dose de charisme. Le récit souffre néanmoins de problème de rythme et d’une trame très linéaire apportant d’importantes longueurs jusqu’aux 100 dernières pages qui sont tout simplement excellentes. Le roman prend alors une tournure haletante enchaînant action et révélations sans nous laisser reprendre notre souffle jusqu’à la toute dernière page.

Bonne lecture

5 réflexions sur “[Chronique] Druide, d’Oliver Peru

  1. tampopo24 22 mai 2021 / 8 h 08 min

    Belle chronique très complète.
    Je pense que le titre a tout pour me plaire, notamment avec son mélange des genres mais je note ce problème de rythme au milieu pour ne pas lâcher l’affaire ^^

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 23 mai 2021 / 19 h 33 min

      Merci beaucoup, je suis contente de voir qu’il te tente malgré les longueurs et j’ai hâte de voir ton avis si tu le lis !

      Aimé par 1 personne

  2. Yuyine 8 juin 2021 / 10 h 18 min

    Je passe tous les jours à côté de ce roman à la bibliothèque où je travaille en me demandant constamment ce que ça vaut ^^ donc merci d’éclairer enfin ce mystère. Je tenterai bien la lecture à l’occasion tout en retenant les problèmes de rythme en milieu de roman.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s