[Chronique] Les métamorphoses, tome 2 : Numérique de Marina & Sergueï Diatchenko

numérique
« Je suis Numérique et, de ce fait, libre. » 


couv63399936
 
Numérique
Auteurs :
Marina & Sergueï Diatchenko
Traduction : Denis E. Savine
Illustration : Lauréline Reynaud & Dorian Danielsen
Éditeur : L’atalante
Genre : Science-fiction
Date de parution : 27 mai 2021
Nombre de pages : 409
Prix : 23,90 €
 
Synopsis
Testeur de jeux vidéo d’une nouvelle génération ? Une aubaine pour Arsène, ce gamer surdoué d’à peine quinze ans. Mais, ce job en or, il n’est pas le seul à y postuler et la compétition sera rude.

Tout cela pour le compte de l’insaisissable Maxime, dont les desseins sont ambigus. Pur charlatan ? Aimable manipulateur ? Visionnaire d’un monde virtuel à venir ? Ou plus déconcertant encore ? « Je transfigure le matériel en immatériel et inversement. »

Entre désir et réalité, demi-vérités et faux-semblants, entre virtuel et réel, Arsène apprend à naviguer d’un monde à l’autre, là où les frontières s’estompent. Mais pour aller où ? L’enjeu est rien moins qu’innocent.
MON avis

Vita nostra brevis est, brevi finietur…
« Notre vie est brève, elle finira bientôt… »

Numérique, ou Brevi est, est le deuxième tome de la saga des Métamorphoses qui devait à l’origine être une trilogie, mais dont un quatrième tome est en préparation. Après le chef d’œuvre qu’était Vita Nostra, Marina & Sergueï Diatchenko nous proposent ici un tout autre type de métamorphose, beaucoup plus technologique cette fois-ci, et mettant en scène de nouveaux personnages.

 

C’est le jeune Arsène que l’on découvre ici, âgé de 14 ans, c’est un prodige des jeux vidéo. Il a même abandonné l’école pour se consacrer 24 heures sur 24 à un jeu en ligne où il incarne l’un des personnages les plus puissants : Ministre. Les choses se corsent lorsque ses parents se rendent compte de la vie qu’il mène réellement. Il est contraint de s’enfuir dans un cybercafé où il rencontre un étrange personnage, Maxime. Tout comme le mentor de Sacha dans Vita Nostra, Maxime va prendre sous son aile Arsène et lui proposer de passer les tests pour intégrer son entreprise de développement de jeux vidéo. Arsène va se retrouver en compétition avec d’autres jeunes et passer des épreuves dans lesquelles le réel et le virtuel vont peu à peu se mélanger. 
 
Si la thématique est extrêmement différente, on retrouve pas mal de similitudes entre Numérique et Vita Nostra, notamment dans la construction de l’intrigue. Le début est très ancré dans le réel encore plus dans Numérique qui présente une société en tout point semblable à la nôtre, bien qu’elle aille un peu plus loin dans la technologie du monde du jeu vidéo via l’entreprise de Maxime. Les auteurs prennent le temps de nous faire découvrir Arsène sous ses deux facettes, celui de l’adolescent renfermé et celui de Ministre dans son monde virtuel. On découvre un adolescent brillant qui ne vit que pour sa passion des jeux vidéo et dont le monde s’écroule lorsqu’il en est éloigné. À ce titre, l’évolution d’Arsène au fil du récit est très intéressante et illustre parfaitement bien le concept de métamorphose qui donne son nom à la saga. C’est sous sa facette virtuelle que l’on rencontre Arsène et l’on fait alors face à un personnage sûr de lui qui connait absolument tous les codes du monde qui l’entoure. Et puis, lorsqu’Arsène se retrouve confronté à la réalité, l’image qui est ressort est tout autre, il est mal à l’aise en société, il ne comprend pas les codes pour y évoluer de manière saine. Sous l’influence de Maxime, il va alors utiliser le virtuel qu’il maîtrise si bien, pour adapter la réalité à ses envies et besoins et pour s’y intégrer. Il se métamorphose ainsi au fil des pages sans se rendre compte du prix à payer lorsqu’on déforme la réalité.
 
On ne peut pas le nier, Marina et Sergueï Diatchenko ont un don pour nous proposer des histoires absolument inédites et nous emmener aux frontières du réel dans des lieux qu’on n’aurait jamais pu imaginer. Ils proposent une nouvelle fois une intrigue d’une dimension folle qui retourne le cerveau en interrogeant la réalité. Le début pourrait paraître un peu long, notamment les diverses épreuves que doit passer Arsène et qui m’ont paru un peu redondantes. Passé cette partie, on assiste tout d’un coup à la révélation de ce que cache vraiment tout cet univers. L’intrigue prend alors une direction aussi glaçante que fascinante, le récit interpellant vraiment sur des questions de société. Numérique dénonce bien entendu notre dépendance au monde virtuel à travers différent types de personnages et d’interactions. Arsène n’est pas le seul de sa famille à en être dépendant, ses parents possèdent eux aussi leur dépendance que ce soit à la télévision ou à Internet à travers le monde du blog. Les personnages sont très justes et creusés et peuvent tous faire écho à nos propres failles. Les auteurs essayent de nous interpeller directement poussant à l’extrême la manière dont le virtuel peut influencer le réel. Le dénouement est très bien trouvé, moins frustrant que celui de Vita Nostra à mon goût 

Conclusion


Marina et Sergueï nous proposent encore une fois un expérience littéraire inédite à mille lieux de ce dont on a l’habitude de lire. Ils interrogent de manière très pertinente sur notre comportement face au virtuel à travers des personnages justes à travers lesquels on peut aisément se reconnaître. Dans un style très fluide, ils nous emmènent dans une intrigue où virtuel et réel vont peu à peu être mêlés jusqu’à un dénouement glaçant, mais aussi très révélateur. Ce n’est pas un coup de cœur contrairement à Vita Nostra car j’ai moins d’affinité avec la thématique principale du roman, mais ce deuxième tome est tout aussi réussi que son prédécesseur et je vous encourage vivement à découvrir cette incroyable saga des Métamorphoses ! 
 
TB lecture
 
 
 

9 réflexions sur “[Chronique] Les métamorphoses, tome 2 : Numérique de Marina & Sergueï Diatchenko

  1. Steven 19 mars 2022 / 7 h 36 min

    C’est le deuxième avis que je découvre et comme le précédent, tu soulignes à merveille toute l’étendue du talent des auteurs pour jouer avec les limites du réel et le pouvoir de l’imaginaire. J’ai encore plus envie de découvrir ce tandem audacieux qui, en cette période, mérite cette mise en lumière !

    Aimé par 1 personne

  2. OmbreBones 19 mars 2022 / 8 h 30 min

    Merci pour le lien ! J’avais adoré cette lecture même si elle est très différente de Vita Nostra tout en étant proche.. j’ai hâte de lire le 3 et de savoir sur quoi ça portera cette fois ! 🤩

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 22 mars 2022 / 12 h 04 min

      Pour avoir lu le résumé du tome 3, ça a l’air génial encore une fois ! A priori on va partir dans l’espace cette fois-ci 😍

      Aimé par 1 personne

  3. Tigger Lilly 19 mars 2022 / 11 h 50 min

    La sauce n’avait pas pris pour moi. Trop familière avec le sujet, l’ensemble m’avait paru caricatural.
    Hâte du troisième tout de même.

    Aimé par 1 personne

  4. Yuyine 22 mars 2022 / 9 h 46 min

    J’avais beaucoup aimé ce second volet mais pas autant que Vita Nostra qui avait fait l’effet d’une claque. J’apprends, grâce à toi, qu’un quatrième est prévu. Je suis curieuse de voir sur quelles thématiques les auteurs vont nous emmener.

    Aimé par 1 personne

    • Sometimes a book 22 mars 2022 / 12 h 05 min

      Oui je suis tout à fait d’accord et j’ai vraiment hâte de lire les prochains tomes aussi !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s