[Chronique] A l’ombre du manoir – tome 1 : Les brumes vermeilles, de Lizzie Felton

a l'ombre du manoir
 
« Dès l’instant où elle avait franchi ses grilles, il lui avait semblé que toutes les horloges du monde s’étaient arrêtées de tourner. Que la Terre elle-même avait pris une pause. Elle avait compris que ce lieu était spécial et qu’il renfermait une magie palpable, où toute notion du temps s’effaçait. »


couv45670502
 
A l’ombre du manoir – tome 1 : Les brumes vermeilles
Autrice :
Lizzie Felton
Illustration : Mina M
Éditeur : Editions du chat noir
Genre : Fantastique / Horreur
Date de parution : 6 octobre 2021
Nombre de pages : 311
Prix : 19,90 €
 
Synopsis
Il y a des obsessions qui conduisent au malheur.
Lorsque Violette emménage avec son mari et leurs quatre enfants dans le vieux manoir abandonné dont elle a toujours rêvé, les portes d’une nouvelle vie idyllique s’ouvrent à eux. Mais quels secrets cache celle qui reste close ?
Tour à tour, les six membres de la famille font l’expérience d’événements inexpliqués. Des perceptions étranges, des troubles du comportement anormaux, des pertes de mémoire troublantes… L’écho d’un passé prégnant résonne encore entre ces murs. De quoi ont-ils vraiment été le témoin ? De quoi le seront-ils ?
Alors que s’élèvent les brumes vermeilles aux abords de la bâtisse, la survie devient leur seule option. Pour cela, il leur faudra percer les mystères qui se terrent à l’ombre du manoir.
 
MON avis
Les brumes vermeilles est le deuxième roman de Lizzie Felton après Les amoureux de la lune également paru aux éditions du chat noir.
 
Les brumes vermeilles est le premier tome d’un dyptique mettant en scène une famille composée de Violette, d’Isodore et de leurs quatre enfants : Octave, Blues, Jazz et Salsa qui va emménager dans un étrange manoir. Lizzie Felton reprend ainsi le mythe de la maison hantée en réutilisant les codes assez connus du genre : fantômes, portes condamnées ou qui claquent, vieux grenier, phénomènes inexpliqués… tout cela et bien d’autres choses encore sont présents dans le récit. Mais le manoir, en plus d’être hanté va également avoir une influence très pernicieuse sur l’état mental de chacun des personnages. Chaque membre de la famille va ainsi être affecté d’une manière différente par la maison, éveillant en eux différents sentiments en fonction de leur personnalité : mélancolie, colère, peur, passion ou encore catatonie. Ce premier tome s’attarde ainsi énormément sur le ressenti des personnages en plus de poser une ambiance très mystérieuse. Les chapitres passent d’un personnage à un autre, s’attardant sur chacun d’entre eux même sur les plus jeunes membres de la famille. Ainsi Jazz et Salsa sont encore de jeunes enfants tandis qu’Octave et Blues, deux jumeaux, préparent leur Bac. Ils ont tous une manière très différente de ressentir la maison, Salsa a très vite senti la forte influence négative du manoir, tandis qu’Octave semblait en apparence moins affecté. L’influence de la maison s’est faite de manière plus insidieuse sur Blues accentuant son caractère solitaire et l’encourageant à agir de manière incontrôlable. Mais celle sur qui le manoir a l’influence la plus dérangeante c’est bien Violette. C’est pourtant elle qui était fascinée par cette demeure et a absolument voulu s’y installer. Mais Violette dont l’esprit est assez fragile se retrouve complètement ensorcelée par ce manoir, manoir qui est un véritable personnage à part en entière du récit. Et un personnage ô combien mystérieux. Ce premier tome pose les bases et introduit les personnages, mais soulève énormément de questions. Ce manoir a-t-il réellement une âme ou est-ce le (les ?) fantôme(s) qui y règne(nt) qui s’amuse à manipuler les nouveaux habitants ? Lizzie Felton ne nous donne pas beaucoup d’éléments de réponses dans ce premier tome et on ne peut donc qu’essayer d’émettre des hypothèses. Il est vrai que j’aurais peut-être aimé un peu plus d’éclaircissement sur les différents phénomènes paranormaux, de ce point de vue le récit reste introductif, il faudra attendre le second tome pour avoir les réponses ! 
 
Du côté de l’écriture, j’ai été assez touchée par la plume de l’autrice. On ressent son amour pour les mots, pour faire jouer les sonorités et pour la poésie. Le récit se lit un peu comme un conte, il dégage une atmosphère un peu onirique et ensorcelante qui nous emmène sans difficulté dans un autre univers. J’ai très souvent ressenti des similitudes avec la série The Haunting of Hill House à la lecture d’A l’ombre du manoir. Je ne sais pas si l’autrice s’est inspirée de la série pour construire son roman, mais on y retrouve le même genre d’ambiance et la même dynamique concernant l’influence du manoir sur les personnages, notamment celui de la mère. Si vous avez aimé la série, les ambiances un peu nerveuses et surtout les histoires où l’on ne sait plus vraiment démêler le vrai du faux, je vous recommande A l’ombre du manoir. Je tiens tout de même à vous prévenir, la fin de ce premier tome est terrible ! Si le ton monte progressivement au cours du récit, les évènements prennent un coup d’accélérateurs dans les dernières pages qui se terminent par un énorme bouleversement qui donne tout simplement envie de se jeter sur la suite ! 

En bref


A l’ombre du manoir est le premier tome d’un dyptique reprenant le mythe de la maison hantée. On y suit les 6 membres d’une famille venant tout juste de s’installer dans un vieux manoir délabré où des évènements mystérieux vont commencer à se produire. L’autrice reprend de manière très réussie les codes des récits de maisons hantés et le roman fait plusieurs fois penser à la série The Haunting of Hill House. Comme dans la série, le manoir va avoir une influence très pernicieuse sur les différents membres de la famille. S’ils ne ressentent pas tous les mêmes choses, il est clair que quelque chose d’insidieux se développe dans l’esprit de chacun des personnages… Quoi ? Ce premier tome nous laisse plus d’interrogations que de pistes de réponse et s’achève sur un terrible cliffhanger donnant très envie de lire la suite ! Il propose en tout cas une ambiance mystérieuse à souhait portée par une plume douce et poétique. L’autrice prend le temps de développer chaque personnage, leur évolution se fait de manière progressive et cohérente puisque la manière dont le manoir va les influencer fait directement écho à leur personnalité propre. On apprend à connaître les personnalités en étant plongé dans leur quotidien et le résultat est assez envoûtant !

TB lecture

 

2 réflexions sur “[Chronique] A l’ombre du manoir – tome 1 : Les brumes vermeilles, de Lizzie Felton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s